Maison d'Amahir



 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Où Keridil se cultive

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Keridil

avatar

Messages : 627
Date d'inscription : 28/12/2009
Localisation : Orléans

MessageSujet: Où Keridil se cultive   Mar 10 Aoû - 22:59

Lis le Norbert, lis le Norbert...comme s'il était simple, avec tous les traités longs et parfois pompeux qu'il avait à lire, de lire le Norbert.
Enfin, puisque le futur papa chéri de Keridil lui avait dit "Lis le Norbert", le brun avait été en chopper un exemplaire où il avait pu en trouver.
Prendre de l'avance sur l'apprentissage que Naluria voulait lui prodiguer ne pouvait après tout pas être un mal, et en somme, le Nono n'était point si épais, et ça avait presque l'air d'être une littérature de loisir.

Plume en main, l'écuyer se dit qu'il pourrait annoter l'ouvrage afin de personnaliser l'approche, ce qu'il trouvait fort didactique. Diantre qu'il était bizarre de se faire sa propre éducation...surtout de la sorte. Il avait toujours préféré la pratique à la théorique, et c'était d'ailleurs bieeeeen ennuyé au moment de passer son certificat de cavalerie...Qui d'ailleurs n'était toujours pas terminé pour ceux qui se demanderaient où en est cette histoire.


Citation :
Avant-propos
Le but de ce petit guide de l’héraldique est de faire découvrir au plus grand nombre, nobles comme roturiers, l’art héraldique mais surtout de répondre aux questions les plus fréquentes. Il ne dispense en aucun cas de dialogue avec le héraut ou son poursuivant d’armes qui seront ravis de traiter vos demandes. Il se veut de lecture simple et agréable sans trop vulgariser les choses.
Bonne lecture !

La Hérauderie
La Hérauderie est un organe royal chargé de s'assurer de la bonne gestion des terres et des titres. Elle surveille également tout ce qui touche aux armoiries, à la noblesse et à la généalogie noble.
Cette institution est constituée de 4 rangs hiérarchiques.

Au sommet de la hiérarchie, on trouve le Roy d’Armes de France -> Llyr qui mène les débats de l’assemblée héraldique (composée de l’ensemble des hérauts du royaume de France), nomme et révoque les hérauts. Grand Officier de la couronne, il est nommé par le Roy de France ou à défaut le Grand Maître de France.

Les Maréchaux d’Armes, au nombre de trois, assistent le Roy d’Armes et sont nommés par lui, parmi les hérauts. Ils sont chacun responsables d’un certain nombre de marches héraldiques (provinces à gérer) et sont amenés à pallier à l’absence de héraut lorsqu’une de leur marche de tutelle est vacante.

Le Héraut d’Armes est, quand à lui, responsable de la gestion des titres et des terres d’une province précise. Il en prend d’ailleurs le nom. Par exemple, le héraut d’Orléans est nommé Orléans (Rhân). Il est nommé et révoqué par le Roy d’Armes.
Les hérauts prêtent serment au moment de leur entrée en fonction et peuvent ainsi accéder aux débats de la hérauderie et servir de témoins héraldiques lors de cérémonies.

Le poursuivant d’Armes, plus bas rang de la hiérarchie héraldique est l’assistant du héraut. Il l’aide dans les recherches et la confection de blason. Il est nommé et révoqué par le héraut qui n’a aucune obligation de prendre un poursuivant. C’est une fonction ayant souvent pour vocation de former un futur héraut, bien que rien n’oblige qu’un héraut ait été poursuivant auparavant.

Le blason
Le blason est la représentation d’armoiries. Ces armes sont représentées sur un écu qui est à l'origine un bouclier.
Contrairement à l’idée reçue, le blason n’est pas réservé à la seule noblesse. Chacun peut avoir un blason, entre autre familial, s'il n'usurpe pas un blason déjà existant. La seule chose réservée à la noblesse est le port de la couronne, révélatrice du rang de noblesse de la personne, ainsi que de certains ornements comme les tenants ou le cry. Les devises sont également disponibles à la roture.
OK

Un blason ne peut être porté que par une seule personne (ainsi que son époux/épouse). Dans le cas des blasons familiaux, il faut donc ajouter une brisure pour chacun des membres à partir du blason du chef de famille.

Le blason se compose de différentes figures plus ou moins simples appelés meubles. Cela va de figures géométriques plus ou moins complexes à des figures appartenant à la faune ou à la flore. Les couleurs ou émaux, les métaux et les fourrures sont aussi des composants importants des blasons.
Les combinaisons de tous ces éléments donnent la composition du blason. Le blasonnement constitue la description du blason.

L’art héraldique étant complexe, il ne sera pas décrit ici plus en détail toutes les facettes du blason. Bien sûr, si cela vous intéresse particulièrement, vous pouvez toujours vous adresser au héraut ou à son poursuivant qui seront ravis de partager leurs connaissances avec vous.

Les titres de Noblesse et la vassalité
Il existe différents rangs de noblesse. Nous ne ferons qu’évoquer brièvement le Prince et le Marquis qui ne peuvent être anoblis que par le Roy.

Il reste donc, dans l’ordre, le Duc/Comte, le Vicomte, le Baron et le Seigneur. Les différents titres de noblesse sont octroyés selon plusieurs modalités.

Les fiefs de retraite sont octroyés aux Ducs et Comtes à la fin de leur mandat, ainsi qu’aux régents. Pour un mandat ou une régence de six semaines à la tête d’une province, octroie d’une baronnie. Pour un mandat plein à la tête d’une province, octroie d’un vicomté et pour deux mandats pleins, octroie d’un duché/comté. L’octroie d’un fief de retraite pour un régent est décidée par le Duc/Comte suivant.

Les fiefs de mérite sont octroyés, sur demande du Duc/Comte régnant. Une patente, dossier recensant tous les hauts faits du candidat est envoyée au collège héraldique qui statuera sur le mérite du candidat et décidera d’octroyer ou non un fief.
Le plus bas fief de mérite est la seigneurie. Elle est octroyable uniquement dans les provinces ne faisant pas partie du Domaine Royal. Les nobles du Domaine du Roy étant des vassaux directs de ce dernier, le Roy ne peut se permettre de prendre de simple seigneurs ou dames comme vassaux.
Le rang supérieur est la baronnie. Elle est soit octroyée directement soit provient de l’élévation d’une seigneurie de mérite pour les provinces hors Domaine Royal.
On peut également trouver, bien plus rarement toutefois, des vicomtés de mérite, obtenus par élévation d’une baronnie.

Les seigneuries issues de mérite sont octroyées par des nobles titrés à minima d’une baronnie. Ils prennent alors des vassaux qui leur doivent alors aide, conseil et service armée. Le suzerain doit lui protection, justice et subsistance. C’est le lien vassalique. Le seigneur ou la dame se voit alors confié une partie des terres du suzerain en gestion et accède ainsi au rang de seigneur ou de dame.
Si le fief suzerain est historique alors il peut avoir autant de vassaux qu’il est possible de trouver de seigneuries vassales historiques.
Si le fief n’est pas historique, alors une limite est définie selon les rangs.
Deux vassaux pour une baronnie, 3 pour un vicomté, 4 pour un duché/comté, 5 pour un marquisat et 6 pour une principauté.

Hmmm Ouais assez général finalement, et en plus, Keridil en savait déjà un peu plus que ça.
Un ptit plus à glisser entre les pages du Norbert ? Oh bah oui.


Citation :

Le monde du temporel

Le Roi : Votre Majesté (même sa femme l'appelle ainsi)
La Reine : Votre Altesse (même son époux l'appelle ainsi)
Le Dauphin : Votre Altesse Royale
Prince(sse) de Sang : Votre Altesse, Princesse (pas de Prince...)


Les Marquis : Votre Magnificence, Marquis(e)
Les Ducs : Votre Grâce, Duc(hesse),
Les Comtes : Votre Grandeur, Comte(sse)
Les Vicomtes : Monseigneur, Vicomte(sse)
Les Barons : Seigneur, Baron(ne)

Les Seigneurs/Banneret : Seigneur/Dame, châtelain(e)
Les Chevaliers : Messire, Chevalier
Les Écuyers ou damoiseaux/elles : Sieur/Dame X ou Damoiselle
Les commerçants, artistes, artisans : Maistre(sse) X
Les serfs : Et Toi là bas !


Le monde du spirituel

Le Pape : Votre Sainteté
Les Cardinaux : Votre Éminence
Les Archevêques et Évêques, Préfets des Offices Romains, Recteurs des ORR et Grand-Maître des OMR : Monseigneur (pas de féminin)
Les Curés, Vicaires ou Prêtres : Mon père / Ma mère
Les Diacres et Diaconesses, les Regularis : Mon frère / Ma sœur
Les Vidames : Monseigneur

Prochaine leçon, les lois héraldiques...pourquoi pas ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Keridil

avatar

Messages : 627
Date d'inscription : 28/12/2009
Localisation : Orléans

MessageSujet: Re: Où Keridil se cultive   Dim 22 Aoû - 21:39

Bon eh bien non ! Pas les lois héraldiques ! Pourquoi ? Parce qu'en gros, Keridil les connait, et dans le doute, l'héraldique est quelque chose pour lequel on peut toujours prendre le temps de se renseigner le moment venu. Pour l'heure et pour compléter son savoir d'écuyer, voyons un peu ce qu'il en est des joutes !

D'abord, parce qu'il faut commencer par le commencement, notre brun lut ceci :



Citation :
Charte de la Ligue des Joutes


I- Classement

A- L'intérêt:

- L'objectif premier est de promouvoir les tournois et la participation des nobles et des chevaliers à une activité indispensable.
Avoir un classement général pour comparer les niveaux des jouteurs est un stimulant. Le rôle de ce classement est d'établir une comparaison des talents et de la célébrité sur une Lice des différents nobles du Royaume, et d'ainsi obtenir leurs réputations.
- La joute se joue de manière locale. Les jouteurs auront une réputation par leurs joutes.
- Un noble et un chevalier font la guerre, et les tournois en temps de paix.
- L'intérêt est que chaque noble de province puisse organiser des joutes locales officielles, à son rythme. Seul un noble possède une terre et un lieu de joutes adéquat.
- Ainsi si une province en organise, une tous les trois mois; les chevaliers et nobles souhaitant faire une carrière de jouteurs devront se déplacer dans une autre province.

B- Calcul des points:

La première condition pour une comptabilisation est que le tournoi rassemble minimum 16 jouteurs.

La distribution des points se fait de la manière suivante :
si un participant est éliminé au
  • 1er tour, il remporte 1 point
  • 2nd tour, 2 pts
  • 3e tour, 4 pts
  • 4e tour, 8 pts
  • etc

Le vainqueur remporte le double de point que le finaliste vaincu.

La participation même avec une défaite d'entrée apporte un point.

En cas d'éliminatoire, les participants à ces rangs préliminaires se voit gratifié d'1 point supplémentaire.

Un jouteur ne participant pas activement verra ses points et sa participation invalidés au moment de l'enregistrement dans le classement [hrp : si l'inscrit ne poste pas de rp sur sa participation au tournoi, il ne gagne ni point ni expérience.].


II- L'Organisation de la Ligue de joutes:

A- Des tournois

- Un noble ne peut participer qu'à une joute à la fois. En cas de multiplication des participations, pour qu'il puisse effectivement concourir, il est necessaire qu'il y ait un jour entier entre le dernier rang de participation et le premier rang de la joute suivante.
- L'organisateur avec le Héraut peut envoyer une missive à tous les nobles et chevaliers de la province et celles voisines.
- Un comportement contraire à l'honneur peut conduire à une interdiction par le Héraut de continuer les joutes.

B- Bureau de La Ligue de joutes:

Ce bureau a pour objectif de tenir à jour le classement, de veiller au respect des règles, du jeu. Ce bureau permet de poser les questions concernant les joutes et de pouvoir contacter le Héraut en charge. Un tableau récapitulatif sera tenu à jour et consultable librement. Il indiquera le calendrier des joutes, le classement de la Ligue et les règles de celle-ci.

Le Héraut ès Joutes, appelé également Maitre de la Ligue, a autorité pour tout ce qui concerne cette Ligue de Joutes. Il est choisi par le Roy d'Armes et fait partie du collège héraldique de France.

Ce Héraut a la possibilité de choisir un Poursuivant d'Armes, qui aura la charge de le seconder dans son travail. Le Héraut a encore la liberté de choisir, en outre, une seconde personne pour participer à l'évolution et aux discussions autour de la Ligue des Joutes. Ces trois personnes constituent le Bureau de la Ligue.

Ils sont responsables en outre de la coordination des tournois, des différents organisateurs, juges et Hérauts. Ils comptabilisent l'expérience et mettent à jour le classement général. Ils ont enfin le devoir de promouvoir la Ligue dans les provinces du Royaume.

C- Les membres de la Ligue de Joutes:

Les membres de la Ligue de joutes sont intégrés sur les critères d'organisation, d'apport à la Ligue.
Les Hérauts, les arbitres et les grands organisateurs de joutes peuvent avoir accès au forum.
Ils participent aux discutions et apportent leurs aides dans la gestion.
Le nombre des membres devra être régulé et raisonnable afin de ne pas empêcher le bon fonctionnement de cette association de bonne volonté.


III- Organisateurs: le Héraut et le Noble-Organisateur

La prime condition pour l'organisation d'une joute est que celle-ci soit accueilli sur les terres d'un noble ou organisée par le Duc ou Comte regnant de la Province.
La seconde condition inviolable est que l'entière vérification du bon respect des critères de la Ligue revienne au Héraut de la Marche Héraldique. Le Héraut en question peut se faire remplacer par un confrère du collège français ou par le Maitre de la Ligue.


A- Héraut:

Le caractère officiel et reconnu du Tournoi par la Ligue est de la responsabilité du Héraut. Il doit donner explicitement son aval au Noble Organisateur afin que la Joute soit officiellement ouverte. Il a aussi le devoir de vérifier tout au long de la Joute que celle-ci respecte les obligations de la Ligue.

Le Héraut s'occupe:
- de vérifier la bonne noblesse et la bonne chevalerie
- de déclarer l'officialisation de cette Joute, en autorisant son ouverture
- de vérifier qu'aucune dérogeance ou irrespect des règles de l'hospitalité ne viennent entâcher la réputation des nobles participants et de la terre d'accueil
- de déclarer le nom du vainqueur.


B- Noble-Organisateur:

Il se doit d'être en contact et en accord avec l'Héraut local et le Maitre de la Ligue de Joutes.
Il doit trouver par lui-même:
- les arbitres des joutes reconnus par la Ligue
- le logement, le couvert, le lieu de joutes.

Il doit s'occuper de la publication de l'annonce du tournoi dans la gargote de sa province et celles limitrophes. Qu'il s'en charge personnellement ou non, il est le responsable de la bonne tenue auparavant et durant la Joute.

De par le caractère violent des Joutes, nul Noble Organisateur ne saurait être tenu responsable d'une blessure acquise sur une Lice.


En ce dix-neuvième de Janvier de l'an Mille Cinq Cents Cinquante Six, nous, Morgwen de la Louveterie, Maréchal d'Armes, Héraut ès Joutes et par la même Maitre de la Ligue de Joute, publions la présente version de la Charte de la dite Ligue.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
 
Où Keridil se cultive
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Eustoma/Lisianthus,coment ça ce cultive c'te chose?????
» Qui cultive les Arisaema?
» Mes vandas, comment je les cultive
» [Keridil] Dressing ^^
» mousse de java

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Maison d'Amahir :: Partie HRP et archives générales :: Archives générales :: Auneau :: Communs :: Les dépendances de Keridil :: La pièce principale-
Sauter vers: