Maison d'Amahir



 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Epousailles de Della et Keridil

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
Orantes de Volvent

avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 15/11/2010

MessageSujet: Re: Epousailles de Della et Keridil   Sam 20 Nov - 20:54

Les voilà donc, elle, Jusoor de Blanc Combaz, et lui neveu de la future mariée, main dans la main parcourant à la hâte les jardins du domaine pour rejoindre la petite chapelle Saint-Nicolas. Leur progression dans les allées arborées avait un air un rien burlesque : là on esquivait quelques flaques d’eau boueuse et saumâtre, ici un alignement de taupinières, le tout dans l’unique dessein de protéger la magnifique couleur mauve de la toilette de la protégée du Baron Digoine. Cette petite course rocambolesque des deux retardataires aurait pu s’accompagner de quelques éclats de rire mais la jeune femme ne semblait pas d’humeur enjouée. Durant toute la durée de leur long périple, elle n’avait pas décroché un mot à Orantes, si ce n’est pour lui répondre de manière des plus laconiques quand celui-ci l’interrogeait. Pour autant le neveu de Della avait fait mine tout le chemin faisant de n’avoir rien distingué car pour lui c’était jour de festoiements que les noces de sa Tante et il n’avait aucune intention de laisser quiconque gâcher cette événement.

Enfin, les portes de la chapelle furent à portée de vue. La mariée et son témoin avançaient déjà dans le vaisseau central et c’est de la façon la plus discrète possible qu’Orantes conduisit Jusoor jusqu’aux bancs libres les plus proches.
Revenir en haut Aller en bas
Blanche

avatar

Messages : 13
Date d'inscription : 20/11/2010

MessageSujet: Re: Epousailles de Della et Keridil   Sam 20 Nov - 21:11

Plus que toute chose, Blanche était persuadée que son retard passerait inaperçu. Que Della, dans cette chapelle surpeuplée, ne verrait rien que quelques visages curieux qui darderaient leur nez inquisiteur dans l'allée centrale, lorsqu'elle remonterait la nef, et rien donc, rien si ce n'est ces quelques fronts. Dès lors, comment distinguer, si celui de l'hermine bretonne se trouvait quelque part, non loin d'elle, quelque part près d'elle ?
Elle était forcément là, se dirait Della. Et Blanche, ainsi pardonnée, trouvait particulièrement rassurante cette perspective d'un édifice saint trop petit pour qu'on y distingue les présents des absents.
Mais ce qu'elle ne savait pas, Blanche, c'est qu'effectivement Della avait remarqué son absence, qu'elle serait très en colère peut être, et que l'excuse préparée à l'avance (qui n'en avait rien d'une, dès lors qu'elle comptait user des subterfuges pour lui faire croire qu'elle avait été là dès le début) ne servirait, tout compte fait, à rien du tout.

Les paysages défilent, mais pour Blanche ces terres qui se ressemblent sont toutes différentes. C'est une découverte perpétuelle, et ce dont elle aurait besoin le plus, c'est un guide pour lui indiquer quelles sont toutes ces villes, ces terres, ces endroits qu'elle traverse, à qui ils appartiennent, quelqu'un pour lui faire goûter aux spécialités locales, lui montrer les plus beaux points de vue, lui faire sentir à cette France profonde, à l'encens des église et les saules des forêts.
Mais de guide elle n'a que Béatrice, qu'elle connait si peu qu'elle en a presque peur. Timidité, prémisse de leur relation, prémisse de leurs échanges. Blanche ne sait encore trop quelle orientation elle lui donnera, elle était venue pour se plaindre, mais elle hésite à le faire désormais.
Et, comme à chaque fois qu'elle est mal à l'aise, elle glisse une main vierge sous le rideau qui clôt les portes du carrosse, et dégage son ouverture. Le vent s'engouffre, lâche et froid, qui caresse le front blond et les sourcils clairs. Il dénoue les rides et l'angoisse disparait, alors que d'une bouche pâteuse car fatiguée, l'enfante blonde murmure une comptine bretonne...


La maison est derrière, le monde est devant... Nombreux sentiers ainsi, je prends...
Revenir en haut Aller en bas
Keridil

avatar

Messages : 627
Date d'inscription : 28/12/2009
Localisation : Orléans

MessageSujet: Re: Epousailles de Della et Keridil   Sam 20 Nov - 21:31

Elle avançait, elle avançait, et elle n'avait pas l'air de vouloir reculer. Le Blanc Combaz avait la classe, et d'ailleurs il faudrait que le fiancé le chope après la cérémonie, il avait un mot à lui dire en privé.
Accueillant sa promise d'un sourire et d'une main tendue, il prit celle que lui offrait Digoine, blanche et chaste, appartenant à Della et non pas au témoin hein. Geste symbolique.
Lexhor leur demanda s'il pouvait commencer, Della acquiesça et le complimenta.


Vous êtes magnifique...

Il sourit et rougit peut-être un peu, autant que son costume. Être observé par une foule c'était loin d'être chose facile. Et encore du monde arrivait.

Et vous merveilleuse...

Audacieux, il déposa sur sa joue un baiser avant de faire signe à son paternel. Il pouvait commencer.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Lexhor
Phoenix d'Alluyes
Phoenix d'Alluyes
avatar

Messages : 5193
Date d'inscription : 19/10/2009
Age : 32
Localisation : Orléans - Paris

Pour améliorer le rp
écus:
0/0  (0/0)
RP: Pas commencé

MessageSujet: Re: Epousailles de Della et Keridil   Sam 20 Nov - 21:57

Les principaux acteurs de la cérémonie, fiancés et témoins étaient là et la mariée était prête à commencer. Il ne fallait donc plus tarder, le coeur des deux jeunes gens devait battre la chamade.
Le Diacre regarda l'assemblée murmurante, et scruta rapidement tous les visages, afin de voir qui attendait la suite avec impatience, qui s'endormait déjà après un long voyage, qui pensait déjà au banquet et qui était trop occupé à extirper quelques paquets de poussières humides et gluantes de ses cavités nasales pour voir son esprit habité de telles pensées.
Un sourire se dessina sur son visage. regarder une assemblée de personnes dont le regard est braqué sur vous, dans l'attente que vous prononciez une parole était assez amusant pour le duc.
Il sourit aux jeunes époux, ouvrit la bouche comme pour parler, puis, d'un geste de l'indexe demanda quelques instants. Il passa derrière son pupitre où était installé tout son matériel habituel, dont une choppe et un tonnelet de gienlain dont il se servit justement un godet avant de reprendre sa place. Après une gorgée, juste pour s'humidifier le gosier, il finit par prendre la parole.


Bien! Mes bien chers frères, mes bien chères soeurs, famille, amis, vassaux, connaissances, invités, convives, fidèles... Mes bien chers tous donc, bienvenue en la Chapelle Saint-Nicolas d'Alluyes. Nous sommes tous ici réunis pour célébrer le mariage de deux jeunes gens, follement épris l'un de l'autre.

Un regard vers Kéridil et Della, une gorgée de la bière locale aussi.

Y'a intérêt du moins...

Puis regardant l'assemblée de nouveau.

Mais en définitive, qu'est-ce que le mariage? Je n'attendrai pas de réponse, ça serait trop long et je pense déjà au banquet et au Saint-Pourçain qui m'y attend. Aussi je vais vous le rappeler, par l'intermédiaire d'un passage du livre des vertus, la création, où Spyosu nous raconte la décision du Très-Haut de faire des humains ses enfants. Dieu s'adresse à Oane.

Et Lexhor s'enfile deux gorgées, toujours dans le souci de garder sa gorge humide. Après tout c'était son outil de travail et il voulait en prendre soin...

Citation :
“Afin que vous remplaciez par de nouvelles générations celles dont la vie se termine, je vous fais un cadeau bien plus beau encore. Cet amour que J’attends de vous, Je vous permets aussi de l’éprouver également envers vous, en couple. La tendresse et le désir mutuels seront les composantes de ce pur sentiment. La procréation en sera le but. Mais seul l’amour que J’aurai béni pourra permettre l’acte de chair, afin que votre espèce perdure dans Mon amour.”

Une petite pause, un regard vers sa choppe, puis il reprend la parole. Sinon ça ferait limite ivrogne...

Ce court passage, car j'ai peur que le Saint-Pourçain s'évapore, résume parfaitement, à mon sens, le sacrement du mariage.

Regardant l'assemblée.

Je vois certains d'entre vous se dire qu'ils ont déjà entendu ça quelque part...J'aime beaucoup ce texte alors il accompagne chacun de mes mariages. Réfléchit. Enfin ceux que je célèbre...

Ivrogne, fainéant...

Mais c'est parce qu'à chaque mariage il y a des gens qui n'ont jamais assisté à une de mes cérémonies et que je veux en faire profiter le plus de monde!

Ivrogne, fainéant et de mauvaise foi...Bienvenue chez les Ewings Della! Souris, c'est trop tard...

Quoi qu'il en soit ce passage nous rappelle bien ce pourquoi le mariage existe, c'est à dire bénir l'union d'un homme et d'une femme, éprouvant autant d'amour l'un pour l'autre qu'ils en éprouvent pour Dieu. Charge à eux de perpétuer cet amour à leur nombreuse descendance. Nombreuse...

Pourquoi répéter ce dernier mot deux fois? Pour être sûr qu'il ne passe pas aux oubliettes...

Kéridil, Della, si votre amour est pur et solide, alors vous vous apporterez l'un à l'autre nombre de richesses inestimables. Ma femme m'a apporté le Saint-Pourçain. Bénie soit elle et Bénie soit l'Auvergne!

Et la gienlain aussi visiblement, le godet était vide...Il le posa d'ailleurs sur le pupitre.
Se retournant vers l'assemblée en se raclant la gorge.


Bellleeeeeee qui tient ma viiiiieeeeeee...

S'arrête et se lèche les lèvres.

Veuillez m'excuser, je me chauffais la voix, car voici venu le temps du traditionnel crédo!

Regardant Kéri et Della, avec un signe de tête. Puis il commence.

Revenir en haut Aller en bas
Beatritz

avatar

Messages : 7
Date d'inscription : 15/11/2010

MessageSujet: Re: Epousailles de Della et Keridil   Dim 21 Nov - 1:52

-"A travers l'ombre, jusqu'à la fin de la nuit... Jusqu'à la dernière étoile qui luit..."

Béatrice avait poursuivi la comptine, de manière évidente. Elle l'avait toujours connue. Toujours... Pourquoi ? On avait chanté tant de chants d'Eglise, alentour d'elle, dans le couvent dans lequel elle était née, et c'était un chant profane dont elle se souvenait... Celui d'une femme, qui sur la place du village de Baume-les-Dames, un jour qu'elle était sortie avec la mère supérieure qui lui apprenait la gestion d'un domaine, pour vendre les pâtes d'angélique que faisaient les nonnesses, avait chanté cet air à l'envi.
C'était le cri de la liberté, pour l'enfant qu'elle était alors. Une liberté douloureuse, un cri de souffrance. D'une beauté qu'elle ne pourrait jamais nier. Si bien que des années plus tard, il lui prenait encore le cœur.

Elle contemplait la Bretonne, face à elle, aussi blonde qu'elle était brune, aussi Bretonne qu'elle était Bourguignonne... Sa dame de compagnie, et pourtant, avant ce chant, le silence avait été le maître de leur voyage. Chacune craignait-elle de parler en premier ? Ou y avait-il, entre ces deux altesses, une compréhension réciproque, la conscience d'un destin semblable, sinon commun, qui se passait de mots, et se satisfaisait de la présence de l'autre ?

Qui aurait pu le dire ?

Une comptine, peut-être...


-"Brumes et nuages noyés dans l'obscurité... Tout va se mêler... Ooohooo, tout vaaa... Se mêler..."

Leur véhicule, précédé et suivi de gardes, et d'un autre de moindre confort pour deux caméristes et un valet, fit son entrée à Alluyes. Il les déposa devant la chapelle, avant d'aller plus loin trouver les écuries.
Dans sa grande robe insolemment bleue, emmitouflée dans sa cape d'or fourrée d'hermine, celle des anciens dignitaires d'Empire, et portant sa toison d'airain, Béatrice avait tout pour être remarquée. Mais elles se placeraient au fond, car elles étaient en retard. Une mauvaise gestion du plan de route, car elles revenaient de loin... Un regard à Blanche, et elles entrèrent. Qu'est-ce, cinq minutes de retard, en regard de 4 jours de route ?
Revenir en haut Aller en bas
Bel.garath
Vassal
Vassal
avatar

Messages : 1087
Date d'inscription : 04/04/2010
Localisation : quelque part sur les chemins...ou à la taverne

MessageSujet: Re: Epousailles de Della et Keridil   Dim 21 Nov - 4:34

Bel. avait accueilli le maximum de personnes qu'il pouvait avant que la cérémonie ne commence. Et lorsqu'il s'aperçut que les gens étaient tous rentrés dans la chapelle, il chargea Molosse de s'occuper des derniers retardataires, afin qu'il puisse se changer en vitesse et arriver sans trop de retard pour la cérémonie.

Il court dans l'allée menant à la cours, et rentre dans le chateau en hâte, dans la salle où il avait laissé ses affaires pour le mariage. Jamais il ne s'était changé aussi vite, et il n'était pas peu fier de lui. Il arborerait une nouvelle tenue, fraîchement commandé chez un tisserand, qui, mine de rien, avait fait un sacré bon boulot. Il rocksait le ponay, comme on le dirait bien des siècles plus tard.




C'est ainsi habillé qu'il se hâta vers la chapelle. Elle était pleine a craquer. A croire que les jeunes futurs mariés avaient des centaines et des centaines d'invités....ou bien que la chapelle était toute petite. Bref! Il cherchait une personne précisément, qu'il avait chargé de lui garder une place. Ses yeux se balladent de droite à gauche, balayant rapidement la salle a la recherche d'une brunette qu'il finit enfin par trouver. Et Lex commençait déjà a parler. Il se faufila doucement entre les personnes, écrasant, sans le vouloir quelques pieds pour arriver enfin a destination, aux côtés d'Ael.


Erf! parcours du combattant pour réussir à me faufiler jusqu'à toi. Ca va? le temps n'a pas été trop long toute seule? Et toi? que penses-tu de ma nouvelle tenue? Puis, alors qu'il parlait a sa voisine, il s'aperçut que les deux-trois personnes autour le regardaient d'un sal oeil, puisque la cérémonie avait commencé.

Ben quoi? D'solé si y'en a qui travaillaient avant hein! tssss!

Puis il se retourna vers sa voisine et lui jeta un grand sourire avant de se taire et d'écouter Lexhor parler.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
petrus59

avatar

Messages : 1
Date d'inscription : 21/11/2010

MessageSujet: Re: Epousailles de Della et Keridil   Dim 21 Nov - 5:48

Très en retard, Petrus se faufila jusqu'à l'entrée. Après s'être présenté à un molosse à l'entrée, il fit un signe de tete de loin à quelques personnes qu'il pouvait reconnaître, puis alla s'installer dans un coin de la salle.

Pourtant il avait été bien invité suffisamment en temps et en heure. Rhhoo, comment avait-il fait pour être en retard ??...

En tous cas, cela lui faisait bien plaisir de venir assister aux épousailles de son chef aux ambassades, le chambellan Kerdil. Il ne connaissait pas sa dulcinée; mais leur souhaitait évidemment tout le bonheur, en espérant avoir un peu plus tard l'occasion de le leur dire de vive voix.
Revenir en haut Aller en bas
Zelenka
Vassale
Vassale
avatar

Messages : 2295
Date d'inscription : 04/04/2010
Localisation : Orléans

Pour améliorer le rp
écus:
0/0  (0/0)
RP: Pas commencé

MessageSujet: Re: Epousailles de Della et Keridil   Dim 21 Nov - 12:16

Cela devait être la nouvelle marque de Zel, être en retard, aux épousailles, aux baptêmes... enfin bref elle n'était pas très loin pourtant la route était courte de la Haute Tour jusqu'à la Chapelle Saint-Nicolas tout de même! Elle avait dû trop longuement flâner en chemin, c'est la raison qu'elle donnerait si on venait à lui demander ce qu'elle avait dont fichue pour être à la cérémonie si tardivement. Elle pénétra dans la chapelle et en un rapide coup d'oeil aperçu Wyn et une place vide à ses côtés, ni une ni deux elle s'en alla près de lui.

Bonjour Wyn, je suis un peu en retard, tu vas bien? lui chuchota-t-elle après lui avoir fait une bise discrète sur la joue.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Della

avatar

Messages : 529
Date d'inscription : 17/07/2010

MessageSujet: Re: Epousailles de Della et Keridil   Dim 21 Nov - 13:54

Elle allait l'aimer, ce beau-père !
Oui, il avait ce qu'il fallait pour que ça arrive !
Naviguant entre le sérieux et quelques touches d'humour, il allait à l'essentiel, mettant en avant le fondement de ce pour quoi elle avait dit "oui" à ce mariage. Vivre et partager avec Keridil, la tendresse et l'Amour qui feraient de leur couple, ce lieu de vie nouvelle tel que le Très Haut le souhaitait.

Et tandis que derrière eux, arrivaient encore des invités - qui n'était jamais arrivé en retard à un mariage ? - elle regarda son plus tout à fait fiancé mais pas encore époux et lui sourit. Dans son regard, il dut pouvoir lire la promesse d'un amour qu'elle envisageait éternel.
Elle entama le Credo.

Je crois en Dieu, le Très-Haut tout puissant...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Keridil

avatar

Messages : 627
Date d'inscription : 28/12/2009
Localisation : Orléans

MessageSujet: Re: Epousailles de Della et Keridil   Dim 21 Nov - 15:22

Tout au long du discours de Lexhor, Keridil avait gardé un sourire quasi béat aux lèvres. Il adorait les prêches du diacre, si peu conventionnels. Dieu que ça changeait des vieux évêques un rien poussiéreux. Là, si quelqu'un avait l'effronterie de se lever pour demander la taverne, il était presque sur que le Duc lui indiquerait aimablement où la trouver.
Enfin vint le credo, ô doux credo. Celui-là il était difficile de s'en défaire, on pouvait même facilement dire qu'il rythmait tous les grands évènements d'une vie. Certes son apprentissage avait été semé d'embuches pour un brun qui jamais ne fera de théâtre. Mais bon, à force de l'entendre et surtout de le chanter, ça reste en tête. Et vala qu'on suit le pas et qu'on couvre tendrement la voix de la blonde.


...
Créateur du Ciel et de la Terre,
Des Enfers et du Paradis,
Juge de notre âme à l'heure de la mort.
Et en Aristote, son prophète,
le fils de Nicomaque et de Phaetis,
envoyé pour enseigner la sagesse
et les lois divines de l'Univers aux hommes égarés.
Je crois aussi en Christos,
Né de Maria et de Giosep.
Il a voué sa vie à nous montrer le chemin du Paradis.
C'est ainsi qu'après avoir souffert sous Ponce,
Il est mort dans le martyr pour nous sauver.
Il a rejoint le Soleil où l'attendait Aristote à la droite du Très-Haut.
Je crois en l'Action Divine;
En la Sainte Eglise Aristotelicienne Romaine, Une et Indivisible;
En la communion des Saints;
En la rémission des péchés
En la Vie Eternelle.
AMEN

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Blanche

avatar

Messages : 13
Date d'inscription : 20/11/2010

MessageSujet: Re: Epousailles de Della et Keridil   Dim 21 Nov - 16:48

Arriver à Alluyes n'était, tout compte fait, pas si compliqué. Ou était-ce parce que dans le monde de Béatrice, l'obéissance des domestique frisait la perfection ? Quoiqu'il en soit, elles étaient arrivées, un peu en retard, mais si peu, comparé aux heures de voyage, aux chemins empruntés, aux mauvaises rencontres évitées, et à toutes ces choses qui rendaient les voyages en France pittoresques.
Le seul point négatif, selon la cadette Walsh, était le lourd silence pesant qui avait régné dans le petit habitacle des heures durant. Non pas que Blanche avait épuisé tous les sujets de conversation, elle était d'un naturel pipelette, et peu encline à se taire, non, elle avait plein de choses à dire, mais ne savait quels mots employer, ni comment les prononcer et les assembler ensemble pour qu'ils résonnent à la perfection.
Par exemple, en croisant un chevreuil au détour d'un bosquet, sa bouche surprise s'était fendue d'un sourire, et elle avait été sur le point de raconter ses mésaventures à Cauvisson, lorsqu'ils avaient été, avec Aléanore, à la poursuite de sangliers sauvages, mais elle s'était ravisée. Elle ne voulait pas parler d'Aléanore, car sa voix à ce sujet devenait étrangement aiguë, comme emprisonnée dans une gorge enserrée, ce qui rendait alors toute élocution difficile, aussi le prénom si français de feue l'Alterac, prononcée dans une bouche tant étrangère qu'elle en devenait impie, perdait alors toute sa pureté. Et puis, de toute façon, elle ne savait pas comment dire chevreuil en français. Avouez que "grosse bête marron", en guise d'introduction à l'Altesse Impériale, ça le faisait moins.
Le silence, donc. Elle s'en était amusée, guérie presque de sa timidité, car il y avait, semble t'il, des échanges légers entre les deux muettes, ce qui avait permis au coté breton du carrosse, d'en apprendre un peu plus sur le coté ducal qui lui faisait face.

Elle avait noté, par exemple, la façon discrète qu'avait la Castelmaure-Frayner de dodeliner de la tête pour se reposer, quand le voyage si tranquille, en devenait ennuyeux. Il lui faudrait singer la duchesse, car sur ce point Blanche et elle étaient fort différentes : si l'une, brune arrive à somnoler sans y paraitre, l'autre par contre, préférait rester éveillée, plutôt que de s'endormir brusquement, et d'être réveillée par un soubresaut imprévu, avec la marque d'un coussin sur la joue.
Il y avait aussi cet horrible chat qui infestait l'habitacle de ses poils, et rendait Blanche nerveuse. Elle aimait les chiens une centaine de fois plus, car dans un monde nordique bercé par les viking et les romains, il n'y avait pas de place pour autre chose qu'un tas de muscle et de crocs, qui ramenait à l'occasion une baballe à grelot et des os de moutons.

Fort heureusement, le chat ne les suivait pas jusqu'à la chapelle. En y entrant, la blonde avait vite remis ses gants (c'est qu'il faisait froid, quand même...) et regardait les gens présents avec une curiosité non dissimulée. L'avantage offert par ses iris gris clair, c'est qu'observer les gens à outrance ne créait aucune indignation : s'ils se retournaient, et se voyaient dévisagés, ils ne remarquaient jamais qu'une jeune fille aux yeux clairs, si beaux qu'ils en étaient saisis pour la regarder à leur tour. Elle n'était alors plus indiscrète, ni curieuse, simplement observatrice. De la même façon qu'on dit d'un enfant qu'il découvre le monde, et ne s'en moque jamais, Blanche regardait les gens avec intérêt et fascination.
A commencer par les regards admiratifs qu'ils versaient à la Castelmaure, pièce à conviction de l'étude anthropologique que menait la jeune bretonne envers les autochtones français. Béatrice était comme une tranche de brioche claire, entourée d'un galon bleu, que l'on aurait agitée sous les yeux affamés de novices en cuisine. Et ça, oui, c'était très drôle à observer.
Revenir en haut Aller en bas
jusoor

avatar

Messages : 4
Date d'inscription : 17/11/2010

MessageSujet: Re: Epousailles de Della et Keridil   Dim 21 Nov - 18:25

L'arrivée de Ju et d'Orantes jusqu'à la chapelle aurait pu avoir aux yeux d'un observateur, quelquechose de comique, d'absurde. Une démarche des moins assurée et un équilibre incertain devant les pièges que la nature avait pu dresser pour gêner leur progression. Ju elle même en avait le sourire au bord des lèvres, se raccrochant à la main d'Orantes dans les endroits les plus facheux. Elle aurait tôt fait de rire ouvertement, mais elle laissa s'éteindre l'éclat dans sa gorge en coulant un regard sur lui. Lui, si attaché aux conventions, si "noble", comment aurait-il pu comprendre cet excès soudain de joie ? Cette liesse spontanée et inavouable pour le coup ? Les bonheurs simples n'étaient sans doute pas de son goût, et en faire l'étalage encore moins... Alors plutôt que de risquer une nouvelle semonce, Ju resta "digne".

L'huis était enfin passé, aussi discrètement qu'il leur était permis. Offrant des sourires d'une politesse mesquine à ceux qui les regardaient d'un oeil noir, Ju se laissa guider par Orantes jusqu'à un banc. Une fois assise, elle se dévissa la tête pour avoir les promis dans son champ de vision et profitant des murmures du credo elle se pencha à l'oreille d'Orantes :


Della est ravissante, plus que ça même...

Puis observant le père qui s'était glissé sur un des bancs de tête, elle sourit. Elle n'était pas peu fière du témoin Blanc Combaz, il arborait fort belle allure ce jour. A ce propos, elle se pencha et étudia discrètement le parme de sa houppelande, voir si leur course jusqu'à la chapelle n'y avait pas fait de ravages. Tout allait bien à première vue, l'innocence de la robe avait été sauvegardé. Mais un froncement de sourcils marqua la mèche sans-gêne qui s'était invitée sur sa joue. Ce n'était pas sa place, elle n'aurait pas du être là. Ju se redressa et glissa ses doigts blancs dans le chignon devenu artistique, créant le contraste entre sa main pâle et le jais de ses cheveux. A plusieurs reprises, agacée presque, elle tenta de prendre la rebelle dans le peigne, et finalement abandonna avec un soupir. Et la mèche retomba sur l'ovale du visage. La petite était têtue, la mèche aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Tolaine

avatar

Messages : 2
Date d'inscription : 17/11/2010
Age : 27

MessageSujet: Re: Epousailles de Della et Keridil   Dim 21 Nov - 23:13

Une mine boudeuse se peint sur le visage de la Volvent alors que Gnia se moque d'elle en sous-entendant que dans la famille ils sont pas très rancuniers, tss la Tolaine c'est pas n'importe quel renart ! Elle sait se montrer rancunière quand il le faut, mais pouvait-elle l'être encore contre l'Artésienne ? Certes elle avait eu le droit à une leçon de vole gratis et ne pensant pas la voir au mariage de sa tante et la Brune n'avait pas pris la peine d'emporter un coussin car elle risquerait peut être de prendre un second cours, allez savoir... Pis c'est que la jeune demoiselle avait quand même réussi à toucher le coeur mou sous la carapace d'Agnès et c'est comme ça qu'elle avait pu assister aux épousailles de sa petite soeur depuis le parvis.

Le Brun-Brune était retourné tout droit dans l'armoire, il n'était pas près de ressortir d'ailleurs, elle voulait bien se couper les cheveux une fois pour se travestir mais pas deux, c'est que ça repousse pas vite en quatre mois. De plus elle n'avais aucune raison de le faire, faisant partie des invités et n'ayant commis aucune faute grave qui aurait pu la faire éconduire hors du domaine à l'encontre des futurs mariés.

Un sourire finit pas étirer les lèvres de la jeune femme en apprenant que Son Infâme Grandeur partagerait volontiers un verre avec elle après la cérémonie. La Renarde Brune se fera un plaisir un plaisir de retrouver son bourreau autour d'une bonne chopine, d'ailleurs, ne dit-on pas des victimes qu'elle aiment leurs tortionnaires ? C'était peut être le cas pour la Brune.

Elle suivit l'Artésienne à l'intérieur de la chapelle, elle la suivit des yeux afin de voir où celle-ci s'installerait, elle avait pris place aux côtés d'une rousse, et pas n'importe quelle rousse ! Deedlit, la suzeraine d'Agnès, une amie de Tolaine aussi mais apercevant son frère ainsi que son oncle et sa femme, elle alla s'asseoir près des membres de sa famille puis ce fit toute petite pendant que Della remontait l'allée centrale au bras d'Eusasias.
Revenir en haut Aller en bas
Jglth

avatar

Messages : 7
Date d'inscription : 15/11/2010

MessageSujet: Re: Epousailles de Della et Keridil   Lun 22 Nov - 0:02

[Entrée dans la chapelle, avant le début de la cérémonie]

Après avoir passé le cerbère à l'entrée qui semblait prêt à bondir sur toute personne capable de perturber la cérémonie, Julien s'avançait aux côtés d'Akane dans la chapelle. Depuis qu'il l'avait vu vêtue ainsi, comme une dame en fait, il déployait des trésors de concentration pour ne pas pouffer de rire, au risque de la vexer. Et avoir "sur les bras" une normande vexée, le Maréchal ne connaissait rien de plus dangereux. Même les Hydres qu'il traquait ces dernières semaines étaient des enfants de choeur en comparaison de la fureur d'une normande, et quand on sait que la normande qui l'accompagnait était surnommée "la tempête", cela ne présageait rien de bon. Hop, nouvel effort pour se concentrer. Vite vite vite, trouver quelque chose et focaliser son esprit dessus. Ah oui voila, une chanson. -...Mon petit oiseau a prit sa volée... Mon petit oiseau a pris sa volée... A pris sa...-.
Hein? Quoi? Il réalisa à ce moment qu'Akane lui adressait la parole. -... A la volette...-


- Et bien, visiblement il n’y a plus qu’à attendre la mariée. Que de monde ! J’avoue ne pas raffoler de ce genre d’événements mondains, mais c’était important… J’essaye de repérer quelques têtes connues, visiblement notre procureur se trouve présente... Après…

Moment intense de concentration pour chasser la chanson -... A pris sa...- et répondre sans chanter -...volée...-. Petit sourire en coin en lui répondant.

- Allons voyons, tu l'as dit toi même, c'était important que tu sois présente alors maintenant, évitons de nous comporter comme des sauvages.

Regarde aux alentours. -...est allé se mettre...-

- Je distingue quelques personnes que j'ai déjà rencontré pour ma part mais je doute fort que tu les connaisses également puisque je les ai croisé à la curia.


-...sur un oranger...-. Non mais quelle idée alors! Il savait bien que c'était dangereux de se mettre à chantonner cette chanson -...est allé se mettre...- mais bon, l'ermite qui vivait dans la forêt de Lillebonne lui avait conseillé ce remède pour chasser de sa tête une pensée trop persistante. L'ennui, c'est que -...sur un oranger...- maintenant, c'est la chanson elle même qui était trop persistante et pas moyen de penser à autre chose. -...sur un o...- En tout cas, l'ermite allait entendre parler du pays lorsqu'il rentrerait. Aïe, Akane revenait à la charge et elle évoquait -...à la volette...- d'elle même ce qui avait conduit à lui mettre cette chanson dans la tête.

- Ça va ? Tu arrives à t’acclimater de ton côté ? Et surtout arrives tu à supporter la vision de me voir dans cette chose, enfin cette robe ? Bon, elle est élégante, je ne dis pas, mais je ne suis vraiment plus habituée…En même temps, je n’allais pas arriver en braies et cuissardes…

- J'avoue que j'ai toujours un peu de mal à te voir ainsi et je ne sais pas si je m'y ferai un jour. En plus, je suis quasi certain que tu dois passer ton temps à chercher tes dagues.

-...sur un oranger...-



[Début de la cérémonie]

Sa grasce Lexhor prit la parole et Julien apprécia son style. Tous deux se connaissaient mal et les premiers propos que tous les deux avaient échangés quand Lexhor remonta sur le trône orléannais étaient pour le moins désagréables. Mais bon, depuis qu'ils avaient mis les choses au clair, ils réussissaient à travailler de concert. C'est alors que celui ci, avant d'entonner le credo s'éclaircit la voix en fredonnant quelques notes d'une pavane. C'est à ce moment que Julien blanchit subitement.
Jusque là, il n'avait pas plus prêté attention que cela au futur marié. Il savait juste que c'était un jeune homme d'environ dix sept ans, actuel chambellan d'Orléans. Lorsqu'il le vit, il eut le sentiment de se prendre une claque. D'une voix pas très assurée, il se pencha vers Akane et lui murmura.


- regarde moi, imagine moi sans la barbe, rajeuni d'une dizaine d'années et dis moi si rien ne te choque entre le visage de Keridil et le mien.


Bon sang, se pourrait il que? Lui même ne connaissait pas ses parents et il avait fallu des journées entières de recherches au vicomte Sardanapale pour qu'il arrive à découvrir ses origines. Il savait que son père avait eu une soeur qui s'était fâchée avec son grand père et avait fuit. Aurait elle eut une descendance? Ce jeune homme devant lui serait il... son cousin?
Revenir en haut Aller en bas
Akane

avatar

Messages : 31
Date d'inscription : 14/11/2010

MessageSujet: Re: Epousailles de Della et Keridil   Lun 22 Nov - 0:38

[ A l’entrée de la chapelle ]

Se comporter comme des sauvages ? Il avait de l’humour le brun à côté d’elle, son cavalier. Non mais il savait qu’en diplomatie, on se devait d’avoir un minimum de savoir vivre ? Elle retient un premier grognement, avec beaucoup de mal, mais elle y arrive…

Loin de se douter que les joutes verbales et taquines continueraient de la sorte, elle essayait de rester impassible, enfin presque, dur de se contenir vu son tempérament. Puis c’était le cas de le dire, elle ne connaissait quasiment personne, elle ne se sentait pas en terrain conquis la belle … Le voilà qui enfonçait le clou un peu plus « un peu de mal à la voir ainsi et pas certain de s’y faire »… Non, mais il ne pouvait pas lui faire un compliment ? Savait-il combien de temps cela avait mis pour se parer ainsi ? Finalement, avait elle perdu toute féminité après avoir tant manié les armes qu’elle en semblait ridicule ? et pourquoi fallait il qu’il lui parle de ses dagues ?

Un léger soupir comme guise de réponse et une moue qui commençait à se vouloir boudeuse… - Ben oui les femmes aussi ça pisse dans leur armure après tout – mais quand même, youhou révélation du jour, grande annonce officielle et en vue des attributs que la nature lui avait donné, oui elle était une femme assez gracieuse, même si sa grâce à ce moment précis, n’était plus souriante…

Elle reporte son attention sur la mariée très élégante au demeurant, et assista en silence à la cérémonie ne pouvant s’empêcher de se demander si elle était devenue trop masculine…


[ Début de la cérémonie … ]


Amen… Ah non ce n’était pas ça… D’abord une prise de parole du maistre des lieux visiblement, original comme début de cérémonie, au moins l’espace d’un instant, elle ne se sentait plus trop perdue et se serait crue en Normandie. Avant d’entamer le crédo, il chantonne un air qu’elle croyait connaître mais visiblement non… Ou peut être un air qu’elle a connu et dont elle ne se souvient pas… Elle avait perdu la mémoire, une partie de sa mémoire sur un champ de bataille plus jeune…

Alors qu’elle récitait le crédo à voix très basse, tout en essayant de se rappeler quel était cet air entendu précédemment, Julien se pencha vers elle pour lui faire une remarque sur le marié… L’imaginer plus jeune sans barbe… Ah non c’était l’inverse regarder Julien et l’imaginer plus jeune sans barbe..

Non pas possible…

Et là le silence…Elle blêmit à son tour, déjà qu'elle est pâle de peau, là elle paraissait livide...

… Enfin pas tant silence que ça vu qu’elle chuchota sans langue de bois


- Non, tu me fais une blague là ! Tu as un frère ? C’est ton frère ?


... Amen...


_________________

Semper Paratus Servio
Revenir en haut Aller en bas
Aurae

avatar

Messages : 2
Date d'inscription : 21/11/2010

MessageSujet: Re: Epousailles de Della et Keridil   Lun 22 Nov - 2:31

[Le matin du mariage]


Mariage, décès, mariage, décès... Le Chancelier d'Orléans avait l'impression de passer sa vie dans la maison du seigneur... D'ailleurs, ses costumes n'étaient plus rangés dans les armoires, perte de temps... Mais aujourd'hui, il se dit que ça allait être un peu différent, c'était Keri Keri Keri le rejeton du Duc qui se marie, forcément va y avoir du sport !! Mais avant, peut être aller bosser un peu, les choses ne se feraient pas tout seul...

[La fatalité ou comment avoir l'art de se mettre à la bourre]


Comme dirait un certain philosophe "rien ne sert de courir"... Vous m'avez compris... Du château à Blois, de Blois à Alluyes. Si tout allait bien, il n'y aurait aucun soucis, mais il y a toujours des imprévus qui ont de quoi faire perdre son sang froid. Petit résumé... Orléans, le départ, Zanka son cheval, généralement foudre de guerre... pas de bol un refroidissement et monsieur tirait la patte... Bon heureusement il avançait suffisamment pour ne pas marcher à côté de lui... Tout allait bien jusqu'à ce qu'un tronc d'arbre barre la route, en règle général un cheval ça saute au dessus "finger in the nose", vous me croirez ou pas, mais cet animal à l'intelligence au dessus de la norme s'arrête devant et refuse de passer... A ce moment là on se dit qu'on va manger de bons steaks les jours qui vont suivre !!! Mais bon Aurae, grand patient et ami de la nature, ne va pas se décourager pour si peu.. Il descendit du bourrin, souleva une patte après l'autre pour lui faire passer l'embuche... Et hop en route, Blois n'est plus trop loin. Les premières maisons passées, le Chancelier se dirigea vers l'écurie gérer par un ami palefrenier pour qu'il s'occupe de cheval et le remette sur pied...

[La fatalité: Acte II]


Arrivé à la Belle Verte, un chouïa en retard, il vit le carrosse qui attendait déjà devant. Sans perdre une seconde, Aurae monta se changer... Il faillit bousculer sa femme qui finissait sa toilette et s'excusa d'un petit cri "pardon pardon , je suis à la bourrrrrreeee". Petite toilette de rigueur pour le monsieur et habillage en quatrième vitesse ! Sortant de la salle de bain, il attrapa la main de Lyll et lui dit énergiquement "Allons-y, on va encore se faire repérer en arrivant en fin de cortège"
Les choses ne se passent bien que dans le monde des bisounours, pourtant Blois en est un grand fief, il ne devrait donc pas y avoir de soucis. Chaque problème étant résolu par des bisous et des gros cœurs rose qui voltigent dans les airs. Enfin... Normalement il n'y a aucun problème...
Mais n'oublions pas que le retard prit n'est point rattrapable. Or, aujourd'hui, ceci ne devait pas arriver car c'était le plus gros marché de la semaine !! La seule route qui mène a Alluyes demande d'y passer. Enfer et damnation ! Le carrosse s'arrêta !

Le conducteur ouvrit la trappe et interpella le Chancelier


Messire nous sommes bloqués, un éleveur de bovin bloque toute la route...

L'art de voir rouge couleur pinard, bon vite une solution !! La seule ruse qu'il ait trouvé c'était de jouer sur le ton du Lieutenant, à la mesquine. Il dit au chauffeur au préalable de surtout bien le suivre qu'il allait tout dégager. Aurae se précipita vers le troupeau en brandissant son épée tout en s'adressant à l'éleveur.

Obstruction de la voie publique ! Veuillez libérer les accès de la ville ou je vous mets en procès ! Il faut que toutes les rues soient accessible à la milice pour la sécurité de tous !!

L'éleveur, un peu surpris, s'exécuta et l'aida à rabattre les vaches sur le côté. Un regard en arrière pour voir si le carrosse suivait. Bien, ça se dégageait, pour plus de sureté Aurae ouvrit lui ouvrit le chemin son épée à la main faisant mine de poursuivre un brigand...

Ouf, le marché traversé, la voie était libre, tel un agent secret il sauta dans le carrosse en marche et s'assit à nouveau en face de sa femme et fit un gros...


Pffiiiooouuu !!


[La Chapelle et le mode furtif, pas forcement si furtif au départ]


Le château était en vue, un molosse protégeait l'entrée. Il sortit sa tête...

Le bonjour !! Aurae, Chancelier d'Orléans, je suis très pressééééé ! Veuillez ouvrir les grilles que mon chauffeur puisse avancer au plus près !! Foncez !!!!

Le garde quelque peu surpris, ne réfléchit pas et s'exécuta... Course poursuite contre le temps dans le domaine de son ami... Traces de freinage, crissements de roue, on se serait cru en plein rodéo !!

Le couple descendit avec hâte et Aurae ordonna au chauffeur de rejoindre ses compères.

Diantre la poisse, les portes de la chapelle étaient déjà fermées. Aurae chercha une porte dérobée, pour éviter de se faire repérer... Là !! Là il y avait la porte qui semblait mener à la sacristie, il l'ouvrit et se dirigea vers l'autre porte qui donnait directement sur la nef. Le Chancelier entrebâilla la porte pour trouver une solution discrète... Eurêka, un pilier cachait la porte de l'officiant et des promis, et juste à droite de grandes tentures, idéal pour se faufiler. Il avait repérer François et Ju non loin de là, eux au moins ne diraient rien... Le couple se faufila discrètement, jusqu'à arriver près des deux tourtereaux qui gentiment se décalèrent.

Mission accomplie !! Que l'on croit !

A peine deux minutes après que le couple de la Herpinière se soit assis, la longue tenture, derrière laquelle ils étaient passés, lâcha... Un long bruit sourd se fit entendre et voilà la tenture presqu'enroulée sur elle-même au bas du mur.
Tout le monde suivit le bruit des yeux, et Aurae et Lyll firent de même en jouant très bien les étonnés qui ne comprenaient pas comment cela avait bien pu se passer, non non, sincèrement, aucuuuuuuune idée !






Dernière édition par Aurae le Lun 22 Nov - 14:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Jglth

avatar

Messages : 7
Date d'inscription : 15/11/2010

MessageSujet: Re: Epousailles de Della et Keridil   Lun 22 Nov - 13:09

[Toujours à l'entrée dans la chapelle]

Et hop, voila, c'était réussi, la tempétueuse normande était vexée. Désormais, il allait falloir passer au plan B sinon la journée risquait de s'annoncer fort mal. Non mais quel idiot il pouvait être parfois. Il aurait bien pu anticiper que ses taquineries seraient fort mal perçues dans un moment comme celui là. Akane était aussi à l'aise que lui dans les cérémonies officielles, un peu comme deux poissons hors de l'eau. Heureusement pour lui, il avait anticipé qu'avec le caractère d'Akane, ce genre de situation pouvait se produire et il se résolut à abattre sa botte secrète. Il sortit de sous son pourpoint un petit paquet bien enveloppé, l'ouvrit, et le lui tendit.


Un peu de pâte d'amande?


[Début de la cérémonie...]

Toujours aussi blanc qu'un linge, il attendit la réponse d'Akane. Celle ci ne pu que confirmer ce qu'il redoutait. En fait, il était plutôt surpris, curieux, intrigué par ce nouveau mystère et, à la fois, heureux de retrouver un membre de sa famille encore en vie. Avec une pareille tête, ils ne pouvaient qu'être de la même famille non?


- un frère? non voyons, ce n'est pas possible, ou alors Sardanapale se serait trompé du tout au tout. Je pense qu'il va falloir fouiller du côté de mes oncles ou tantes.

Quoi qu'en y repensant bien, Julien avait souvent entendu parler d'un épisode mystérieux concernant son père et la grange de Briguite mais il n'avait jamais réussi à connaitre le fin mot de l'histoire... Cousin? Demi frère? Allez donc savoir...

N'étant pas dans les meilleures conditions, il sentit ses poils se hérisser lorsque le credo fut entonné. Non mais qu'est ce qu'ils avaient en Orléans? Il allait falloir leur apprendre la musique! Unisson, quarte, quinte et c’est marre ! Tous les autres intervalles, c’est de la merde ! S'il continuait ainsi à entendre des intervalles païens, il allait faire un rapport au pape !
Revenir en haut Aller en bas
Akane

avatar

Messages : 31
Date d'inscription : 14/11/2010

MessageSujet: Re: Epousailles de Della et Keridil   Lun 22 Nov - 14:12

[Début de la cérémonie toujours…]

La brune avait repris sa récitation à voix basse du crédo, même si elle se trouvait toujours aussi blanche qu’un linge…

Voilà que le maréchal lui proposa de la pâte d’amande ? Un instant, elle le regarda avec sa mine toujours aussi livide et boudeuse. Ainsi il voulait l’acheter de la sorte pour se faire pardonner… Ben voyons… Alors oui, la normande pouvait être très gourmande même si elle avait un appétit d’oiseau, et malgré une silhouette longiligne, harmonieuse, et musclée de part son entrainement militaire, pouvant ainsi donner des envies aux hommes, elle ne se voyait pas de la sorte et voyait des bourrelets graisseux alors qu’elle n’en avait aucun… Faut dire qu’à force de manger du pain de la viande séchée ou que du maïs depuis quelques temps, cela aidait…

Elle semblait bien vexée…


- Non merci, cela fait les hanches larges et je me réserve pour les festivités… - Instant de réflexion - A bien réfléchir…

Elle en prit un carré

- Visiblement les hanches larges ne se voient pas si je porte que des braies… J’ai remarqué ton attitude tu sais, je n’ai plus qu’à me résigner et me dire que je suis ridicule et que je porte mal ce type de vêtements…

Ses yeux se reportent sur le marié pour répondre à la seconde question posée

- Tout est possible, crois moi, comme tu le sais, j’ai été adoptée, et j’ai bien retrouvée ma sœur de sang bien des années plus tard en Normandie, Sardanapale a peut être omis une piste…


Derniers mots du Crédo murmurés pour la tempête. Elle cacha précieusement le carré de pâte d’amande pour le déguster par la suite, se disant que ce n’était pas le lieu pour le faire.


_________________

Semper Paratus Servio
Revenir en haut Aller en bas
Keridil

avatar

Messages : 627
Date d'inscription : 28/12/2009
Localisation : Orléans

MessageSujet: Re: Epousailles de Della et Keridil   Lun 22 Nov - 20:15

Et en plein credo, alors qu'on ne s'y attend pas, tssssshhhiuuuut et boang !!!
Keridil, qui a pour habitude de prier les yeux fermés se sent soudainement obligé de les ouvrir, bah oui parce que quand un boucan pareil vous prend de court, la chose à faire est de s'assurer que tout va bien, et que ce n'est qu'un fait de l'imagination.
Au départ, l'on se dit : peut-être Lexhor, titubant après s'être enfilé tant de Gienlain, a-t-il fait tomber son calice, ou alors peut-être les gardes évacuent-ils un opportun, ou encore un manteau d'hermine frottant le sol et une crosse un peu bruyante le frappant...
Mais nenni mes amis, rien de cela. Que ne voit pas le Chambellan en levant les yeux !! Bah plus rien justement. Elle est où la tenture bon sang ? Qui a fait ça !? Qu'il se dénonce, nous ne lui ferons rien !
L'oeil inquisiteur du marié se fait noir et scrute le banc des accusés. Son suspectés Aurae de la Herpinière et son épouse, ainsi que François d'Elbée et sa compagne. Quelle honte, des gens de si bonne famille, si bien élevés, des amis si chers, et une diaconnesse en plus !
Où va le monde je vous le demande. En plus les quatre sont nobles, non mais vraiment, et en plus ils font tous genre rien ne s'est produit.
Farfouillant dans sa mémoire, Keridil remarque qu'il n'a pas encore ouï l'accent berrichon de l'épouse du Chancelier, ce serait donc lui le suspect number One !
M'enfin, le temps de faire la lumière sur cette affaire de la plus haute importance viendra, mais pas maintenant, maintenant il y a un mariage à poursuivre ! Et d'ailleurs, l'on peut constater devant le fait que le tissu n'étant pas tombé sur les invités, mais au pied du mur, prêt à être enroulé puis rangé, le Très Haut a probablement désiré montrer là sa bienveillance et son désir que tout se passe pour le mieux.
En effet, les choses auraient pu se passer autrement. La tenture aurait pu tomber dans toute sa superficie, recouvrir la moitié des convives qui auraient alors suffoqué dessous, et pire, auraient été privés de mariage. M'enfin ceci n'est pas arrivé, nous sommes sauvés.
Quitte à avoir regardé la foule, voyons donc qui est là.
Les maladroits mais nous n'en parlerons pas plus, des inconnus un peu partout, la Castelmaure croisée au mariage d'Adonis vient d'entrer...en retard. Tsss pas bien Votre Altesse. C'est bien une altesse einh ? Cela dit les retardataires on les entend arriver depuis déjà un quart d'heure, alors celle-ci est toute pardonnée. Atol et sa bien-aimée, héhé ce sera bientôt leur tour à ces deux là. Un certain nombre de dignitaires et de diplomates orléanais bien sur, invités soit en tant que tel, soit plus personnellement par amitié, mais ça, aucun ne peut vraiment savoir s'il a été invité par souci des convenances ou par réel sentiment, pas de bol.
Toujours pas de trace de Naluria, c'est paaas bien. Pas non plus d'un certain Gabriel que Keridil aimerait quand même vraiment rencontrer un jour, c'est son frangin tout de même. Cela dit il est peut-être là, juste que ne l'ayant jamais vu...peut pas savoir à quoi il ressemble héhé. Quelques Lames, et puis Belg qui a fini son tour de garde et qui en plus a pu se changer, n'est-ce pas merveilleux. Bon bah voilà quoi.
Enfin, tout ça sans compter la horde de bourguignons bien connu de l'ancien Ambassadeur en Bourgogne que fut Keri-Keri.
Tout va bien. Back to the prière, back to the coté religieux de l'évènement.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Beatritz

avatar

Messages : 7
Date d'inscription : 15/11/2010

MessageSujet: Re: Epousailles de Della et Keridil   Lun 22 Nov - 21:06

Un bruit assourdissant - dieu, n'y a-t-il pas de mariage qui se passât dans la dignité des chants d'église ? - et le marié qui se retourne. L'espace d'un instant, d'un fugace instant, son regard glisse sur la Castelmaure. Dans le sien, d'un bleu électrique, elle verse toute sa jalousie, et tout son amour.

Si d'aussi loin il peut le saisir et le comprendre, il y lirait ceci :

J'ai perdu Della au moment où tu la gagnais. Si la vouloir à nouveau près de moi c'est causer votre fin et son malheur, je te la laisse. Son frère me l'avait confiée, alors, au nom du ciel, prends-en soin pour moi.
Revenir en haut Aller en bas
Lexhor
Phoenix d'Alluyes
Phoenix d'Alluyes
avatar

Messages : 5193
Date d'inscription : 19/10/2009
Age : 32
Localisation : Orléans - Paris

Pour améliorer le rp
écus:
0/0  (0/0)
RP: Pas commencé

MessageSujet: Re: Epousailles de Della et Keridil   Mar 23 Nov - 0:10


Le crédo récité, le silence, enfin presque, revint la petite chapelle d'Alluyes, pleine à craquer. L'ambiance était à la fête mais ça n'allait pas durer. L'émotion et la nostalgie allaient remplacer la gaîté. C'est le moment de la larme à l'oeil...
Un sourire du Diacre avant de reprendre la parole.


Fort bien, vous êtes merveilleux...sauf deux ou trois dans le fond qui faisaient semblant de réciter, je l'ai bien vu. Je vous écouterai en confession après la cérémonie. Oui, vous là-bas! Mais rapidement, il ne faudrait pas que le Saint-Pourçain de soit plus à température...

Puis tout à coup, un bruit étrange et la tête de Lexhor se tourne vers le fond de la chapelle. Un froncement de sourcils avant de comprendre ce qu'il venait de se passer. Un haussement d'épaules s'en suit.

De toute façon je voulais la décrocher. Je m'en suis lassé. C'est très bien comme ça. Moue du gars qui réfléchit, mais à qui ça fait un peu mal. Et ça ferait un beau cadeau de mariage tiens...

Puis reprenant le fil de la cérémonie...

Enfin bref, marchons, marchons, le picrate n'attendra pas j'ai grand peur!
Mesdames, sortez les mouchoirs, ouvrez les fontaines, c'est le moment de la poussière dans l'oeil! Je vais demander aux témoins de venir me rejoindre près de l'autel et des fiancés afin de nous parler un peu d'eux...

Large sourire. En attendant je vais me réhydrater le gosier, j'ai la gorge sèche...

Il se recule de quelques pas, glisse derrière le pupitre et se sert discrètement, ou presque, en attendant que les témoins se lèvent...
Revenir en haut Aller en bas
Winnette
Vassale
Vassale
avatar

Messages : 54
Date d'inscription : 04/07/2010

Pour améliorer le rp
écus:
0/0  (0/0)
RP: Pas commencé

MessageSujet: Re: Epousailles de Della et Keridil   Mar 23 Nov - 2:12

La capricieuse sourit quand il lui fit rappeler qu'il devait encore la sanctionner pour certaines choses, elle repensa aussitôt à cette soirée où le charme avait agit, où les jeux de séduction s'étaient mis en place. Il lui avait promis de la punir pour ses affronts ce qui l'avait bien fait rire à l'annonce des sanctions, des bisous et des câlins.

Presque un an qu'ils se connaissaient, une complicité, des regards et un ou deux baisers auront eu raison de son cœur. Elle savait qu'il était engagé

Elle lui jeta un regard des plus tendre et se concentra à nouveau sur la cérémonie qui avait enfin commencé. Les futurs époux se tenaient là, près de Lex qui officiait, il était presque plus beau et efficace en tant que religieux que parrain ou père...
Il avait toujours la petite touche pour donner le sourire mais savait aussi rester sérieux quand il le fallait. Toujours de bons conseils il avaient su faire d'elle une femme plus posée, moins râleuse et moins gueuleuse.

Elle sortit de ses pensées quand il lui proposa de la prendre sur ses épaules, elle ne pu s'empêcher de retenir un rire...


Arrête sinon je te dis oui....

Elle lui fit un clin d'œil et se serra une nouvelle fois un peu plus et osa effleurer sa main, un frisson la parcourra au contact de sa peau, elle étaient comme dans ses souvenirs, comme quand elle l'avait frôlait la première fois. Elle se rappelait les premiers mots échangés, rien de bien intéressant, dossiers juridiques, échanges professionnels et puis un peu de vie privées. Puis un jour le privée passa par dessus le professionnel.

Tous les convives se levèrent pour réciter le credo, elle suivit et sortit de ses pensées, elle observa Kéri tout de rouge vêtu, il était beau, il était fier, il se tenait droit devant son père, son père qui avait la même stature, le même regard expressif. Elle tourna la tête vers Atalan et ne sachant pourquoi vint lui déposer une bise sur la joue


Merci d'être là, tu es un amour...

L'audacieuse se tourna à nouveau et continua le crédo avant de s'asseoir, ils allaient faire ça bon nombre de fois pendant la cérémonie, elle en était certaine.

Le diacre invita les tourtereaux à se lever ainsi que leur témoins, visiblement ils allaient prendre la parole et tenir un court discourt ce qui promettait d'être pompeux et assez bisounours.
Elle sortit de dessous ses jupons une petite fiole et l'ouvrit, elle regarda autour d'eux si personne ne les voyait, hésita puis en bu une gorgée rapidement avant d'en proposer une à son invité.
Elle pensa qu'il fallait se tenir mais en prit quand même une seconde rasade.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Blanche

avatar

Messages : 13
Date d'inscription : 20/11/2010

MessageSujet: Re: Epousailles de Della et Keridil   Mar 23 Nov - 15:00

Aha !
Blanche écoutait les paroles de l'officiant avec une attention particulière ; le dernier mariage auquel elle avait assisté s'étant fini d'une façon peu agréable, il s'agissait cette fois-ci de faire les choses, les faire bien, et jusqu'au bout. Mais elle n'avait pas pensé qu'écouter un clerc parler pouvait être drôle, ce qui la surprit.
Plus tard, elle apprendrait que l'homme était duc et père de l'époux, elle trouverait cela alors encore plus étrange, plus encore que les sourires qu'il lançait au fond de l'église en parlant de spectateurs, et de pénitence.
Le bruit la fait sursauter. Pas encore tout à fait remise, avec cette douleur dans la poitrine, quand à un battement qui échappe, le cœur répond par un soubresaut plus intense, elle tourne les yeux vers Della pour observer sa réaction. Aussi, elle n'écoute celle du père que d'une oreille discrète, et manque l'important.

"...m'en suis lassé."

Qu...quoi ?
Elle hésite. Se demande si elle a bien compris. Et, avec un train de retard qui pourrait aisément la faire passer pour une simple d'esprit, elle pouffe de rire.
Discrètement bien sûr. Quoique tousser, dans ces cas là, avec un sourire malin qui arbore ses dents blanches, parait peu innocent.
Revenir en haut Aller en bas
léana

avatar

Messages : 81
Date d'inscription : 06/04/2010

MessageSujet: Re: Epousailles de Della et Keridil   Mar 23 Nov - 17:27

Elle était arrivée en retard mais juste avant la cérémonie. La jeune femme avait réussi à se glisser dans la chapelle bondée et à trouver une place au dernier rang. Peu importait en fait, l'important était qu'elle suive la cérémonie. Après tout Keridil était un compagnon depuis quelques temps et elle était vraiment contente de le voir se marier. Elle écouta Lexhor calmement et ne sursauta qu'au moment où la tenture céda... Elle hocha la tête et repris sa concentration sur les mariés.
Revenir en haut Aller en bas
xalta

avatar

Messages : 72
Date d'inscription : 21/05/2010

MessageSujet: Re: Epousailles de Della et Keridil   Mar 23 Nov - 18:55

Lex commence la cérémonie, elle sourit, ce n'est pas la première fois qu'elle le voit officier et sa façon de faire lui tire toujours un sourire ou deux, bon d'accord voire plus.
Moment de prière et de recueillement et un bruit mat qui retentit dans le lieu saint. Sursaut de la giennoise qui machinalement sous l'effet de la surprise enfonce ses ongles dans la main de son voisin, qu'il ne se plaigne pas non plus, elle porte toujours ses gants donc, si c'est un homme c'est à peine s'il sentira quelque chose. D'ailleurs, il vaut mieux que ce soit lui qui subisse ses ongles que sa sœur, car sa cadette aurait bien été capable de s'écrier et adieu la discrétion.

Tiens, le diacre, père, beau-père en devenir appelle les témoins à comparaître, petits moments touchant ou drôles c'est selon les anecdotes racontées. Moment aussi de léger malaise des mariés qui se demandent pendant quelques secondes ce que leur témoins vont bien pouvoir raconter. Tiens d'ailleurs si un jour elle se marie, déjà, sur elle ne choisirait pas Jeanguy malgré toute l'amitié qu'elle éprouve pour lui, il serait fichu de raconter leur rencontre, rapide tour de ses connaissances , ah non personne en témoin, ils ont tous des dossiers sur elle. Voilà problème réglé , impossibilité de se marier par faute de témoins.

Tss ma fille re-concentre toi sur la cérémonie et un sourie au passage à sa sœur et un autre à son cavalier, pas de jaloux!
Regardez moi comme ils sont trognons les mariés, beaux et émus et la fierté du papa, hein suis sure qu'il est ému le Lex de marier son grand fils. Tiens en parlant de fils, il va falloir qu'elle entreprenne les démarches , mais non pas pour en faire un, mais pour adopter Titouan! Bref silence là haut et écoutons
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Epousailles de Della et Keridil   

Revenir en haut Aller en bas
 
Epousailles de Della et Keridil
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» Epousailles de Della et Keridil
» Epousailles...
» [Keridil] Dressing ^^
» Della, chihuahua
» INFOS - Della Rocca gioielli

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Maison d'Amahir :: Orléanais :: Duché d'Alluyes - Lexhor :: Le château :: La chapelle Saint-Nicolas :: Le coeur de la chapelle-
Sauter vers: