Maison d'Amahir



 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Ouch, ça pique! - Campements hérissonais et reugnois

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Fabien74

avatar

Messages : 10
Date d'inscription : 29/11/2011

MessageSujet: Ouch, ça pique! - Campements hérissonais et reugnois   Sam 7 Jan - 0:01

Sur les chemins

Les deux mesnies, qui s'étaient rejointes près de Clermont, progressaient péniblement sous les rafales de neige assaillant sans relâche les infortunés voyageurs. Les écuyers et gens de maisons marchaient à l'abri des chariotes, et deux cavaliers encapuchonnés menaient la marche, fendant l'air d'un sabot décidé.

Allez, on ne faiblit pas! La prochaine auberge est à dix lieues de là, nous nous y arrêterons pour la nuit, mais d'ici là: haut les cœurs compagnons, marchons!

Le vicomte d'Hérisson menait pour la première fois son fils aux joutes, celles-ci étant sises à Montpipeau. Le père précédait le fils, songeant à tout ce qu'il restait à accomplir, avant d'atteindre le but qu'il s'était fixé. En effet, celui-ci s'était mis en tête de faire épouser à son aîné la jeune protégée de la dame de Railly, organisatrice des joutes, ce qui n'était pas une mince affaire. En effet, la promise était bien née, et bien que de bonne noblesse lui aussi, le patronyme de Jonas n'était que trop peu connu à Paris; ainsi l'affaire était-elle risquée, mais impossible n'est pas Marigny, et l'Auvergnat était plus déterminé que jamais.

Un ou deux jours plus tard

Les murailles de Montpipeau étaient en vue, et la petite caravane touchait au but. Les dernières lieux n'avaient pas été des plus aisées, et tous étaient épuisés. Fabien esquissa un geste de la main vers les tours qui pointaient vers le ciel, s'adressant à son fils:

Jonas, nous sommes arrivés.
C'est là que se jouera ton destin, en es-tu conscient?


L'on descendit de cheval et l'Hérisson héla le garde qui se trouvait probablement de l'autre côté de la lourde porte de bois:

Ola! Que l'on ouvre donc les portes!
Revenir en haut Aller en bas
Keridil

avatar

Messages : 627
Date d'inscription : 28/12/2009
Localisation : Orléans

MessageSujet: Re: Ouch, ça pique! - Campements hérissonais et reugnois   Sam 7 Jan - 21:40

Premier arrivé, et la herse n'était pas encore ouverte. Ça commence bien !
Friedrich, Intendant de Montpipeau, de toute sa hargne teutonne, dut s'époumoner pour faire comprendre à la garde, trop zélée, que levis et autres portes devraient être ouvertes tout le jour, et toutes les nuits pendant quelques jours.
Les soldats voyant, de fait, leurs rondes doubler - guerre oblige - avaient grogné, jusqu'à ce que leur soient envoyées trois filles de joie.

L'on invita le Vicomte de Hérisson au campement, et plus tard dans la journée, le maître des lieux s'en vint le saluer.

Vicomte ! Quel plaisir de vous revoir ! Je crois que la dernière fois, c'était à feue l'Alliance des Deux-Fleuves. Me trompé-je ?

C'était bien possible.

Je vous remercie grandement de l'attention portée à cette occasion, et de votre venue. Puissiez-vous apprécier ces joutes, et je vous souhaite d'ores et déjà bonne chance.
Avez-vous tout ce qu'il vous faut ? Le Château est paré en chambres, si quelques Dames souhaitent en faire usage, nous serions ravi de leur offrir le gîte.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Jonas.

avatar

Messages : 4
Date d'inscription : 07/01/2012

Pour améliorer le rp
écus:
0/0  (0/0)
RP: Pas commencé

MessageSujet: Re: Ouch, ça pique! - Campements hérissonais et reugnois   Dim 8 Jan - 0:21

Jonas acquiesça d'un sourire entendu lorsque son père évoqua sa destinée. Il lui avait raconté beaucoup de bien de cette noble famille et de la haute estime qu'il en avait.
Alors que Jonas suivait l'exemple paternel, il gagnait en confiance. Seigneur et déjà ancien Procureur malgré son jeune âge, cela n'était pas banal, et il en était bien conscient.
Avec les différents conflits qui avaient impliqués le Vicomte, il s'agissait de la première occasion de partager les plaisirs d'une joute, et Jonas s'en était réjouit en apprenant l'invitation.

Légèrement en retrait de son père à qui il laissait - bien volontiers - la préséance qui siée, il salua l'homme qui se présenta à eux pour les accueillir, et qui semblait connaître le Vicomte.


Dernière édition par Jonas. le Dim 8 Jan - 15:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Fabien74

avatar

Messages : 10
Date d'inscription : 29/11/2011

MessageSujet: Re: Ouch, ça pique! - Campements hérissonais et reugnois   Dim 8 Jan - 13:23

A l'intérieur des murs du castel, puis au campement

Les gardes de faction furent prompts à répondre, et à ouvrir les portes de la citadelle. Les Auvergnats semblaient être les premiers arrivés, et après quelques contrôles de rigueur, l'on était après tout en temps de guerre, l'on put accéder au campement, sans presque rencontrer âme qui vive.
Les toiles furent installées, avec l'aide des gens de maison, puis une fois les coffres vidés, l'on trouva facilement à s'occuper. Les escuyers à graisser et faire reluire les armures et autres pièces d'équipements des seigneurs, et ceux-là même, à l'entraînement. En effet, le vicomte devait s'entraîner pour ne point rouiller, et le jeune reugnois, pour se former. Et à cela, par qui un fils pouvait-il être mieux entraîné que par son père?

...

A l'intérieur de la tente Fléchère Marigny, l'espace était rationné, mais somme toute assez bien agencé. Ici ou là, divers coffres, contenant linge, pièces d'arme ou encore ustensiles divers ponctuaient l'espace; là, une banquette tapissée de quelques pièces de fourrure harmonisait le tout, permettant facilement à deux hommes de s'y étendre. Une petite table utile à la correspondance ajoutait un aspect sérieux à l'ensemble, presque de trop mais tout de même nécessaire.

Au milieu de tout ça, après l'entraînement et une toilette de rigueur, le vicomte tînt à son fils un discours particulier. Le genre dont les jeunes gens se passeraient bien, mais qui tient au cœur de chaque parent, et qu'on ne peut malheureusement pas éviter.


Jonas, mon fils, je te sais sage, tu es un homme...jeune homme d'honneur, et tu ne failliras point devant le destin qui t'attend.
Cependant, je sais quels sont les affres de la jeunesse, et les nombreux écueils qui attendent ceux qui prennent les mauvaises décisions. J'ai pris, en mes jeunes années, de bien mauvaises décisions, et je tiens à t'éviter les tourments qui ont été les miens, car tu mérites d'avoir une vie digne de ton statut, du rang qui est le tien. Je sais que jamais tu ne te rebifferas contre ce mariage, qui me fait envie, mais peut-être en auras-tu l'idée.

L'amour est une chose surfaite, et tout ce que nous, nobles, pouvons espérer, est qu'il se déclare au fil des années, au cours du mariage. La jeune fille que je convoite pour toi est encore jeune, assez jolie et de bonne naissance, c'est plus qu'un jeune homme ne peut demander, et il faudra t'en contenter.

Ce que j'attends de toi, pendant notre séjour à Montpipeau, c'est une attitude irréprochable, et des efforts en direction d'un seul but, celui de plaire à la jouvencelle, même si dès que tu l'auras vu, ils te paraîtront moins durs, en effet, l'on dit qu'elle est aussi fraîche que le jour.

Si je peux te donner un conseil de plus: juste avant d'entrer en lice, approche-toi de la tribune et étend ta lance vers elle; le but n'est pas de lui crever un oeil bien au contraire, mais si elle accroche ses couleurs à ladite lance, tu auras presque gagné, et à défaut d'avoir conquis son cœur, tu auras attiré son attention.


La discussion venait tout juste de prendre fin, lorsque Keridil, grand ambassadeur de France passa la tenture fermant l'entrée de la tente.

Citation :
Vicomte ! Quel plaisir de vous revoir ! Je crois que la dernière fois, c'était à feue l'Alliance des Deux-Fleuves. Me trompé-je ?

Excellence! C'est un honneur que nous fait le maître des lieux en nous visitant dans cette modeste tente!

Petit rire de circonstance et le vicomte se leva bien vite pour donner l'accolade au grand officier.

En effet, la dernière fois que nous nous sommes vus, cela devait être à Paray.

Fabien se retourna et désigna le jeune homme.

Permettez-moi de vous présenter mon fils aîné, Jonas de la Fléchère Marigny, tout jeune seigneur de Reugny!
Vos joutes seront ses premières et je ne doute pas que comme son père il deviendra friand de cet exercice!
Toujours est-il que le plaisir est nôtre d'être reçus sur vos terres. Au sujet des chambres, nous avons ici tout ce qu'il nous faut, il ne fait pas bon dormir confortablement lorsque l'on s'apprête à jouter, au risque de tenir trop mollement sa lance!


Le visage du Clermontois se barra d'un sourire franc.

Cela dit ma benjamine devrait peut-être nous rejoindre, sous bonne escorte, peut-être souhaitera-t-elle confort moins spartiate... mais en ce cas votre maisonnée sera prévenue.

Eclair de lucidité.

Ah! Recevez toutes mes félicitations pour la naissance de votre fils!
Votre dame doit se trouver bien fatiguée.
Revenir en haut Aller en bas
Keridil

avatar

Messages : 627
Date d'inscription : 28/12/2009
Localisation : Orléans

MessageSujet: Re: Ouch, ça pique! - Campements hérissonais et reugnois   Dim 8 Jan - 18:11

Merci, Vicomte. Ce doit être une grande fierté pour vous que d'accompagner votre fils en cette occasion. Le mien n'en est qu'à expérimenter un fléau de bois qu'il prend plus de plaisir à mordre qu'à jeter sur ses nourrices. On en fera sans doute un diplomate.

Et l'Amahir, en père gaga, de rire sincèrement, avant de tourner son regard vers Jonas.

Messire, bienvenue à vous. L'entrée dans le monde par les joutes est chose intimidante, mais elle a l'avantage de ne pas présenter d'impératifs protocolaires trop pompeux. Soyez ici comme chez vous, et puissiez-vous prendre plaisir à ce séjour.
Et dites à votre soeur, si d'aventure elle venait, de ne pas hésiter à mander une chambrée à l'intendance du château, je les ferai prévenir de cette éventualité.


Le brun observa un peu plus avant le garçon. C'était une plaie que Della aie déjà mis le grappin dessus. Lui-même aurait bien casé sa vassale. Et pour ce faire, il se dirigerait non loin, à la tente de Rémalard, aussi :

Bien, je vous laisse à votre préparation, et je le répète, n'hésitez pas au moindre problème. Le Très Haut vous garde !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Jonas.

avatar

Messages : 4
Date d'inscription : 07/01/2012

Pour améliorer le rp
écus:
0/0  (0/0)
RP: Pas commencé

MessageSujet: Re: Ouch, ça pique! - Campements hérissonais et reugnois   Dim 8 Jan - 23:53

Le jeune seigneur adopta un large sourire lorsque le maître des lieux riait à coudées franches. Voilà un homme qui ne manque point d'humour pensa-t-il, avant de retrouver un visage plus sérieux mais au regard pétillant.

Je vous sais gré pour votre accueil chaleureux en vos terres, Messire.
En effet, c'est un univers encore méconnu pour moi, mais j'ai un excellent maître d'armes
prononça-t-il avec une pointe de malice à l'attention du vicomte

Alors que le baron prenait congé, il ajouta ces quelques mots
Ma sœur je pense serais ravie de séjourner ici, dans une atmosphère de fête ! Je lui transmettrai non sans plaisir votre généreuse invitation.

Maintenant seul avec son père, Jonas posa son regard sur le mobilier et l'organisation générale de leur campement. Il constata rapidement que l'ambiance qui s'en dégageait correspondait à l'heure du moment. Point de frasques. Un décor de goût, certes opulent par rapport à celui de petites gens, mais qui subissait tout de même le fléchissement des finances pour cause de conflits entre les provinces du Royaume. Si ces dernières n'avaient pas été trop ponctionnées par l'effort de guerre, il n'apparaissait pas de bon ton d'étaler sa fortune. Et le Vicomte, par son expérience politique et diplomatique, ne le savait que trop bien.

Après cette réflexion quelque peu lointaine, le jeune homme revint à lui en remarquant l'éclat des pièces d'armures, qui trônaient côte à côte, sur des coffres. Les ailettes arboraient fièrement les blasons des de la Fléchère Marigny père et fils. Tout semblait désormais prêt pour les joutes.

Jonas fit quelques pas vers le vicomte, il souhaitait répondre à son discours. En effet, l'arrivée du Maître des lieux avait empêché toute tentative. Pour un temps seulement ! Il s'adressa à lui avec assurance et respect.


Père, je sais quels furent tes choix et leurs conséquences. Tes paroles sont de bon conseil, aussi les entends je avec intérêt. La situation telle que décrite, a tout pour me séduire.
Je gage néanmoins que s'il ne naît pas quelque flamme à la rencontre de celle à qui je prétends, c'est qu'il ne faille forcer le destin. Les épousailles sont trop sérieuses pour être envisagées à la légère, tu en conviendras.


Le seigneur de Reugny plongea les yeux dans les prunelles paternelles. Il espérait une réponse compréhensive, qui ferait honneur au diplomate dans l'âme qu'il était...
Revenir en haut Aller en bas
Albine

avatar

Messages : 1
Date d'inscription : 08/01/2012

MessageSujet: Re: Ouch, ça pique! - Campements hérissonais et reugnois   Lun 9 Jan - 0:19

Heureux qui comme Albine a fait un long voyage.

La jeune fille arrive enfin, satisfaite et une fois n'est pas coutume, point trop chargée. Accompagnée de Gaspard, Ils cherchent le campement familial. Une fois trouvée, Gaspard s'assure que les hommes sont présentables avant de la laisser entrer.


Le bon jour !

Les 2 hommes étaient en pleine discussion, parfait ! C'est forcément le bon moment ! Elle avance donc d'un pas décidé et prend son frère dans ses bras.

Je suis fière de toi Jonas, te voilà grand, fort et ma foi très séduisant !Elle lui fait un clin d’œil.

Suis bien les consignes édictées par Père, mais n'oublies point de rester toi même, tu seras parfait ! Pour l'heure, voici un modeste présent...

Gaspard se présente immédiatement avec un heaume.

Si tu le souhaites, j'ai également apporté quelques essences qui fleurent merveilleusement bon... N'hésites pas !

Puis elle se tourne vers son père.

Comment te sens-tu ? Pas trop stressé ?

Elle lui fait une grosse bise. Pardonnez lui son insouciance et cette familiarité en famille, elle est encore jeune...
Revenir en haut Aller en bas
Fabien74

avatar

Messages : 10
Date d'inscription : 29/11/2011

MessageSujet: Re: Ouch, ça pique! - Campements hérissonais et reugnois   Mar 10 Jan - 1:02

A l'intérieur de la tente, un conciliabule...animé

S'adressant au baron:

Mon ami, des diplomates, nous en manquons sans aucun doute en ces temps de guerre, et de bons, qui plus est!
Et avec un père comme le sien, le jeune Clément ne pourra faire qu'un excellent ambassadeur!


Le Clermontois afficha un large sourire, il savait parfaitement comment étaient les pères, dès qu'il s'agissait de leurs progénitures et de l'avenir de ces dernières.

Une fois l'Amahir parti, il fût temps pour Jonas de réagir au discours qui lui avait été donné par Fabien. Celui-là se voulait moralisateur, certainement, mais surtout, plus qu'une contrainte, il voulait aider le jeune homme à mieux accepter son destin, et surtout la fatalité. Il y avait trop de ces jouvenceaux qui pensaient pouvoir se battre pour leur liberté totale et qui ce faisant, ne trouvaient qu'à se perdre de plus belle.
Et de cela, l'Aurillacois n'en voulait pas pour son aîné.


Mon fils, voilà de bien sages paroles, et sache que toujours tu resteras maître de tes choix...et de leurs conséquences.

Tenir fermement la bride oui, mais pas à en étrangler l'étalon.

Sur ces entremises, la pétillante Albine fît son entrée sous la tente.
La jeune fille avait bien grandi, et tenait à son frère des propos forts étonnants. Hier enfant et maintenant adolescente... A peine l'aîné serait-il marié qu'il faudrait déjà penser à caser la benjamine... La vie d'un père était bien difficile, et surtout bien angoissante.


Albine!

Fabien s'avança et déposa un baiser plein de tendresse sur le front de sa fille.

Je suis content de te voir.

Stressé, moi?
Sans doute un peu, il y a longtemps que je n'ai pas jouté et je crains pour l'issue du tournoi.

Revenir en haut Aller en bas
Jonas.

avatar

Messages : 4
Date d'inscription : 07/01/2012

Pour améliorer le rp
écus:
0/0  (0/0)
RP: Pas commencé

MessageSujet: Re: Ouch, ça pique! - Campements hérissonais et reugnois   Mar 10 Jan - 23:56

Le jeune homme entendit la réponse de son père avec une clarté indicible, malgré l'arrivée de sa sœur, qu'il serrait dans ses bras. Voilà les mots d'un père estimé et aimant.

Merci père. Je suis heureux de t'entendre ainsi. crût-il adresser en direction de son père, alors que ce brave Gaspard présentait avec avantage un heaume du plus bel effet. Jonas la remercia chaleureusement, avant de paraître quelque peu gêné lorsque Albine évoqua les essences. Il accepta tout de même. Peut être ne serait-ce après tout que les seules fleurs qu'il remporterait ici ! Relâchant son étreinte, il déclara d'un ton jovial :

Ma chère Albine, tu es arrivée avec célérité. Le maître de ces lieux était encore il y a quelques instants à te proposer une chambre au château. Mais il ne fallait pas ramener tous ces présents !

Le seigneur de Reugny avait rapidement noué des liens forts avec sa cadette. Aussi lui passait-il ses manières, parfois indélicates lorsqu'elle perturbait, involontairement en général, les discussions en cours.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ouch, ça pique! - Campements hérissonais et reugnois   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ouch, ça pique! - Campements hérissonais et reugnois
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ouch, ça pique! - Campements hérissonais et reugnois
» insecte qui pique
» Ma tourterelle se pique les pattes?
» Lac du Laragou - 4 oct- Pique nique et ballade (Toulouse et le sud ouest)
» caille femelle qui se pique jusqu'au sang

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Maison d'Amahir :: Partie HRP et archives générales :: Archives générales :: Montpipeau :: Le Château de Montpipeau :: La Basse Cour :: La Lice :: Les Campements-
Sauter vers: