Maison d'Amahir



 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les Eliminatoires

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Anya Giffard de Puycharic

avatar

Messages : 16
Date d'inscription : 07/01/2012
Age : 25
Localisation : Normandie

MessageSujet: Re: Les Eliminatoires    Jeu 12 Jan - 23:59

Ruban blanc accroché et un Castelviray qui se penche davantage, pas trop quand même fallait pas pousser, même si la vision de ce qu'il avait sous le heaume pouvait l'enchanter.

Vostre Grasce, j’ose espérer que je ne vous décevrez pas trop et je ferais bien attention à ma personne, je compte bien rester en un seul morceau afin de tenir ce que je vous ai dit il y a quelques temps. Je resterais toujours non loin de vous, je veillerais toujours sur vous et je tacherais qu’aucune larmes ne puisse encore gagner votre visage.

Elle esquissa un sourire. Elle ne put lui répondre du fait qu'il partit immédiatement prendre place, mais les pensées n'en furent pas moins. Veiller sur elle ? Mais elle était assez grande pour veiller sur elle toute seule !! Elle savait se défendre et ce, avec multiples armes, allant de l'arc, en passant par l'épée et la dague et pour finir à une arme trop dangereuse quand bien maniée... La... Serpillère ! Bravo !!
Quant au fait d'être non loin d'elle, ce n'était pas compliqué, ils se côtoyaient à Rouen, puisqu'elle était Porte-Parole Ducal et qu'il était Secrétaire d'Etat, puis ensemble aussi à L'Ordre des Saints d'Esprit comme disait Margotine.
Et concernant les larmes... vu ce qu'elle pensait des hommes ces derniers temps, il en aurait, du boulot, pour que ces dernières ne coulent plus. D'ailleurs, cela lui avait valu les gros yeux de son frère quand elle lui avait parlé de retourner au couvent, qu'elle y serait bien plus tranquille... des belles paroles, des belles promesses, voilà la seule chose qu'un homme savait faire. Ah non... comme disait Margotine, ils étaient aussi très fort pour faire pleurer les filles.
La devise de la Petite Perle était bien :"les garçons, c'est nul, ça fait pleurer les filles... moi, j'aurai jamais de namoureux." Peut-être sa fille avait-elle raison au fond.

Anya resta concentrée, voyant que sa soeur n'était pas loin. Elle avait le coeur serré, le ventre, pas mieux, et le souffle retenu au moment où ils s'élancèrent. Décidément, elle aimait pas les joutes. Elle se demandait si c'était pour flatter leur égo que les hommes participaient à cela. En même temps, Della était une des concurrentes... il serait tellement boooon qu'elle remporte cette joute ! Eh ouais... solidarité !
Lances tout droit devant, les deux élancés, un Crac !! et un BOUM.... Anya avait fermé les yeux au moment où les deux concurrents étaient proches l'un de l'autre, elle ne voulait pas voir le massacre. C'est au BOUM et aux remarques de l'assemblée, et notamment à celle de son cousin, qu'elle ouvrit les yeux :

Liloute, peut-être qu'un homme qui ne tient pas en selle le temps d'une lance n'est pas un parti digne de ta main.

Le coeur de la Blanche ne fit qu'un bond et pas que le coeur puisqu'elle se leva de même. Pas de sang pour aujourd'hui, pitié... elle en avait assez vu ces derniers temps. Elle prit le nécessaire qu'elle avait préparé et elle fila directement sur la lice, voir s'il n'avait rien de grave.
Il bougeait encore, certes, mais ne se relevait pas. Elle approcha de lui, s'agenouillant à ses côtés, relevant la visière.
Mode "Médecin" ON mais palpitant qui battait trop fort car inquiète et angoissée de ce qu'elle allait trouver.

Vicomte, tout va bien ? Ne vous relevez pas. Pas tout de suite.
Vous voyez combien de doigts ?


Pff, question bête mais nécessaire.
Elle retira délicatement ce qu'il avait sur la tête après avoir pris soin de vérifier que la tête ne resterait pas dedans. En même temps, vu le regard qu'il lui jetait, il avait l'air bien. Enfin... d'ici à ce qu'il se demande s'il était mort, au Paradis, et avec un Ange au-dessus de lui, il n'y avait pas loin.

Si, et seulement si vous n'avez mal nulle part, je ... enfin, nous vous aiderons à vous relever.

En fait, la Blanche aurait pu l'aider à se relever, mais bien que soulagée de le voir entier, elle était un poil colère de ce qu'il lui faisait endurer.
S'il était blessé, son devoir était de le soigner. Après tout, si elle était là ce jour, c'était parce qu'elle était médecin. S'il allait bien... il aurait tout intérêt à bien garder la boîte de conserve qui lui servait d'armure... car elle pourrait l'étriper de ses propres mains. Il n'était pas sans savoir qu'elle avait le coeur fragile, et faire des frayeurs pareilles, ça se faisait pas. C'est vrai, quoi, à la fin...
Revenir en haut Aller en bas
Alexandre908

avatar

Messages : 4
Date d'inscription : 07/01/2012

MessageSujet: Re: Les Eliminatoires    Ven 13 Jan - 1:51

[Éliminatoires - Seconde rencontre - Avec Cuche. ]


Derrière le Saigneur comme il aimait si bien se surnommer, bien qu'il n'eût à faire-aux yeux du fainéant- à faire pratiquement qu'à des femme, se trainait son écuyer, Oriflamme tenu en main grâce à une perche en "T".
Le tout semblait prêt, monture, armure, bouture...Ah non, ça rime mais sans rapport...
Bref ! C'était prêt c'est tout ce qui comptait..Après tout c'était face à un homme qu'allai se battre Fulvy, pas une simple femme à peine apte à tenir à bout de bras sa lance.
En parlant de lance...Elle est où celle de Fulvy ?! Non parce que c'est bien beau, il monte sur son cheval, mais le fainéant à encore l'Oriflamme en main. Posé rapidement, courir -pas trop vite- jusqu'aux lances, attraper la première, revenir puis la lui tendre comme si de rien..Heureusement qu'il n'est pas pressé le nobliaux..
Ah et pour finir ! L'écouter faire sa petite tirade.

Rejoignant le bord du terrain Alexandre observa silencieux -Avec le goulot de la flasque collé contre sa bouche..ça l'aide pas- la première passe échouer.
Vint la seconde, le fainéant avait regagné sa place -après avoir fait l'aller retour Lance/Cuche ; Saigneur/Bord du terrain- lorsque le choc se fit entendre. Tête qui se redresse, regard qui observe et corps qui tombe...Mort ? Des titres à rafler ? Nan..Tant pis !

L'écuyer rejoint le noble, venant lui proposer de tenir son heaume -pas de boire dans sa flasque non, il est radin..- tout en s'adressant discrètement à lui.


En deux coups..Tu peux faire mieux non ?...
Revenir en haut Aller en bas
fred

avatar

Messages : 19
Date d'inscription : 07/01/2012

MessageSujet: Re: Les Eliminatoires    Ven 13 Jan - 5:20

[Quand l’Ange passe au-dessus de vous]

Le Castelviray avait chuté, il s’agissait exactement du troisième tournoi auquel il participait. Le premier s’était déroulé en Alençon où il perdu au nombre de lances brisés, ensuite il y eu les joutes Marital de Mathilde de Vaucauson ou il eut la chance sans doute d’arriver jusqu’au quart. Il aurait souhaité arriver bien plus loin ici, juste pour elle, mais le sort en avait voulu autrement. Son regard restant porté dans le ciel, en même temps il avait beaucoup de mal à regarder dans une autre direction en étant dans l’armure.
Comme l’arc-en-ciel, par ses couleurs qui ont su peindre un amour sûr, ces peintures célestes ont fait de toi ciel, mon essentiel. Au-delà des ombres funestes, son rayon est sorti de l’éternel. Entre Ciel et terre on ne veut vivre que de rêves, de cette atmosphère vivre sans trêve pour ouvrir l’univers en paradis, laisser les émotions prendre vie dans le crépuscule voilant magnificences, lorsque s’étale ce rideau d’ombre, deux étoiles se positionnent entre le ciel et lui.


Vicomte, tout va bien ? Ne vous relevez pas. Pas tout de suite.
Vous voyez combien de doigts ?


Ne dit mot, sent que l’on lui retire son heaume, quelque peu ébloui par le soleil, porte son regard dans le sien. Un Ange était venu le chercher ?

Si, et seulement si vous n'avez mal nulle part, je ... enfin, nous vous aiderons à vous relever.

Soulève son bras pour poser sa main sur sa joue, elle était au-dessus de lui, celle qu’il n’arrivait plus à chasser de son esprit. Ce n’était point un mirage mais la réalité.

J’accepte volontiers d’être emporté par un ange tel que vous, petit sourire , je crois que la prochaine fois que solliciterai, puis d’une voix toute basse , sans doute un baiser en cas de victoire du tournoi.
Revenir en haut Aller en bas
Anya Giffard de Puycharic

avatar

Messages : 16
Date d'inscription : 07/01/2012
Age : 25
Localisation : Normandie

MessageSujet: Re: Les Eliminatoires    Ven 13 Jan - 6:09

[Quand l'Ange se fait démon...ou l'art et la manière de tromper son monde]
... la vengeance d'une Blonde...


J’accepte volontiers d’être emporté par un ange tel que vous,
je crois que la prochaine fois je solliciterai,
sans doute un baiser en cas de victoire du tournoi.

Un...baiser ??? Par toutes les moules avariées du Mont St Michel et tous les Bigorneaux réunis !! la chute avait été rude et le coup sur la tête bien plus important qu'il n'y paraissait. Il fallait trouver un moyen pour que le Vicomte retrouve ses esprits. Oh !! mais oui !! La petite fiole magique qu'elle amenait sur les terrains de soule !!!
Pour sûr, avec ça, il se remettrait sur pied tout seul, armure ou pas. Pas besoin d'aide pour se relever...héhé...Y'a pas, toujours se méfier d'une Blonde. Et encore, c'était peu cher payé comparé à toutes les boules de neige qu'il lui avait envoyées et qui l'avait classée au Top 1 du Royaume et de Normandie.

Léger sourire en sortant la fiole d'HFM*.

Voici une petite fiole de Mirabelle, vostre préférée. De quoi vous remettre d'aplomb.

Sourire tendre-qui-veut-tout-dire-sauf-la-vraie-vérité. Après avoir avalé ça, il lui en voudrait peut-être toute sa vie. Ou pas. Mais pour sûr, il se sentirait nettement plus requinqué.
Aaaaaaaah, le bonheur et la chance d'avoir un médecin sous la main ^^.


* HFM = Huile de Foie de Morue. L'HFM est une marque déposée, fabriquée par les Distilleries Giffard/Puycharic.
Revenir en haut Aller en bas
Fabien74

avatar

Messages : 10
Date d'inscription : 29/11/2011

MessageSujet: Re: Les Eliminatoires    Ven 13 Jan - 13:32

Bien en place sur la selle...puis les quatre fers en l'air

Le vicomte d'Hérisson se tenait prêt au bout de la lice, à l'autre extrêmité se tenait le sieur de fronsac, que Fabien connaissait très vaguement, de nom, autant dire pas du tout, donc. Mais l'homme avait l'air d'honneur et l'Auvergnat appréciait ces joutes, quelles qu'en soient les issues, où l'honneur était de mise, bien que la compétition elle aussi. Car il en était certaines où d'autres valeurs bien moins louables prônaient sur celles de la noblesse bien pensante.

Quoi qu'il en fût pour cette fois-ci, Fabien était juché sur un destrier entrainé pour l'occasion, un bon cheval, solide, capable de supporter le poids d'un cavalier en armure, et de mener une charge suffisamment puissante. La visière de son heaume fût rabaissée et la lance mise en position. Bien que possédant un peu d'expérience en la matière, le Marigny appréhendait toujours le moment du choc. En effet, on entendait assez de ces histoires où les jouteurs rentraient en leurs demeures gravement blessés, où même entre quatre planches de bois, à cause d'une chute fatale ou encore d'un malheureux éclat de bois à la trajectoire douteuse. Et en ce monde, Fabien avait encore trop à faire pour rendre l'âme, ainsi souhaita-t-il la meilleure tournure à sona dversaire et à lui-même, pour ce tournoi.

Le départ fût donné et les deux seigneurs s'élancèrent l'un au devant de l'autre, soulevant la poussière de la lice dans un nuage condensé, et suscitant les hourras de la foule en délire (si si). Malheureusement, la déesse Fortuna semblait ne pas être en faveur des bestioles à piquants, puisque le vicomte finît au sol en moins de temps qu'il n'en fallait pour le dire, laissant ainsi la victoire au sieur Cuche.

Ses gens le relevèrent, et il répondit au Fronsac, encore un peu assommé par sa chute:


Tout va bien messire, ce n'est qu'une chute de plus, il n'y a aucun mal.
Je vous souhaite plus de chance que je n'en ai eu, pour la suite de ce tournoi!


Et Fabien de s'en retourner vers son campement pour se remettre de ses émotions, accompagné de sa mesnie, lors que ses escuyers menaient son cheval par la bride.
Revenir en haut Aller en bas
fred

avatar

Messages : 19
Date d'inscription : 07/01/2012

MessageSujet: Re: Les Eliminatoires    Lun 16 Jan - 1:42

[Lorsqu’un Ange confond poison avec Mirabelle]

Rémalard avait défait son gan afin de reporter sa main sur la joue de Sa Blancheur, il était certes tombé dès la première lance du tournoi, mais cela en valait la peine en quelque sorte. Quel bonheur d’avoir une si jolie femme juste au-dessus de vous. Ne voir que la beauté du ciel et elle, il changerait sa place avec personne cela était une certitude. Puis elle lui tendit une fiole disant que c’était de la Mirabelle, petit sourire du Castelviray pensant qu’il s’agissait de l’une de ses fioles qu’elle avait tenté de lui privé, puis met son odorat en éveille pour sentir le goût de la mirabelle, quand stupéfaction, cela ne santé pas du tout la mirabelle. D’un geste brusque, laisse sa main quitter sa joue pour se mettre sur son bras et le stopper.

Vostre Grasce, il vaut mieux éviter de me donner cette chose au risque qu’il vous arrive la même chose qu’à celle qui avait osé porter leur regard sur l’une de mes blessures en Alençon, histoire que je vous avais raconté si vous vous souvenez.

Se redresse et s’assoie gardant toujours son regard dans le sien.

Je n’ai point besoin de cette mixture pour me remettre sur mes jambes, à moins que vous souhaitez m’empoisonner.

Quand à ce moment petit grimace, petit douleur à la cuisse, zone où il était tombé en chutant. Ben oui, les chutes laisse des traces, combien son mort en tombant mal de leur cheval. Laisse donc échapper un petit bruit discret de douleur mais fait comme si rien n’était.
Revenir en haut Aller en bas
Anya Giffard de Puycharic

avatar

Messages : 16
Date d'inscription : 07/01/2012
Age : 25
Localisation : Normandie

MessageSujet: Re: Les Eliminatoires    Lun 16 Jan - 2:13

[Quand un Vicomte refuse de se faire soigner...]

La petite fiole, contenant un remède plus que puissant et efficace, et non pas du poison, fut tendue au Vicomte. Il faisait plaisir à voir la confiance qu'il lui témoignait. Habituellement, les patients qui avaient justement une confiance aveugle en leur médecin, prenaient les traitements sans broncher, mais là... il passa son nez au-dessus de la fiole pour en sentir le contenu.
Bonjour la confiance !! comme si elle était capable de l'empoisonner. Oui, comme si... enfin... elle n'aurait jamais osé, sinon, qui embêter par la suite ???
Légère moue de La Blanche voyant cela. C'était un poil vexant tout de même.

Vicomte, vous n'oseriez... me mordre ? J'ose espérer que cela était une plaisanterie.
Mon but n'était que de vous remettre sur pieds. Et désolé si certains remèdes ne plaisent point.

Bon... d'accord... ce n'était point de la Mirabelle. Mais de là à dire que mes intentions étaient de vous empoisonner...


Nouvelle moue boudeuse. Il se mit assis et fit une légère grimace. Tiens tiens... ainsi il souffrait tout de même. Sans doute une blessure qui ne pouvait être visible que une fois que l'armure serait enlevée. A savoir maintenant si elle le soignerait elle, ou si elle ferait demander un médecin homme. Après tout, vu le peu de confiance qu'il lui accordait, il ne méritait peut-être pas ses soins.

Bon, d'accord, elle lui avait un peu menti, en lui disant que c'était de la Mirabelle. Mais c'était pour son bien et non pas pour le tuer ! Si d'entrée, elle lui avait dit que c'était de l'Huile de Foie de Morue, jamais il n'aurait voulu en prendre. En même temps... il ne l'avait pas prise non plus.
Mais maintenant, elle était fixée, il n'avait pas en elle une confiance aveugle. C'était bon à savoir.
Vu qu'il avait réussi à se mettre assis et que tout semblait aller bien, la jeune femme se releva.

Puisque vous semblez entier et que les joutes sont finies pour vous, il serait préférable que vous retourniez au campement, et ouvriez cette boîte de conserve pour vous en extraire. J'imagine que vous n'aurez point besoin de ma personne pour ce faire, que vostre Valet sera bien plus compétent que moi.

Il avait voulu jouter en portant ses couleurs, sa chute lui avait fait une frayeur sans nom. Elle s'était réellement inquiétée de savoir s'il allait bien, s'il n'était pas blessé, et comme seule "récompense", elle avait une démonstration implacable de son manque de confiance en elle.
Eh bien soit. Elle n'avait pas mauvais caractère, elle n'était pas capricieuse, mais là, c'était un poil blessant telle constatation.
Elle le laisserait donc entre les mains avisées et de confiance de son Valet.

Une fois que vous serez en tenue plus... civilisée, et si le coeur vous en dit, il vous sera toujours possible de vous joindre à ma soeur et à moi-même, pour la suite des joutes.

Après tout, son "oncle" allait y participer, joutant contre sa cousine. Elle n'allait pas manquer cela. Un médecin était nécessaire pour le au cas où, et elle s'en voudrait d'être absente à un moment où on aurait réellement besoin d'elle. Pas comme icelieu à ce moment même.
Oui. La Blonde en avait un peu gros.
Revenir en haut Aller en bas
fred

avatar

Messages : 19
Date d'inscription : 07/01/2012

MessageSujet: Re: Les Eliminatoires    Lun 16 Jan - 2:40

[Quand on constate que l'on fait une erreur]

Fred restait assied à ses côtés, l'écoutant parler, il constata quelques chose d'étrange dans ses mots, une chose la gênait, il arrivait pratiquement à lire dans son regard comme un livre ouvert. Il gardait sa main sur son bras afin qu'elle ne puisse pas encore le quitter. Puis elle lui expliqua qu'elle lui avait menti, elle l'avait reconnue. Faut dire que s'il y a une chose qui peut faire chauffer le Castelviray en une fraction de seconde s'était le mensonge.

Vostre Grasce, si je vous ais froissé en refusant de prendre ce que vous me donniez. Mais vous savez tout comme moi que j'ai du mal à faire confiance au médecin, que vous êtes bien la seule qui à le droit de m'examiner, mais y ajouter un mensonge, dire qu'il y a de la mirabelle à l'intérieur de cette fiole alors que ce n'est pas le cas.

Glisse sa main jusqu'à la fiole qu'elle tient dans sa main pour la prendre.

Il faut savoir que, s'il y a une chose qui me met hors de moi, s'est bien le mensonge, ajouté cela à la médecine, cela explique ma méfiance sur le coup. Mais si cela est bon pour ma santé.

Prend la fiole de ses mains, l'ouvre et d'une traite la vide cul sec. Fait une belle grimace ayant tout en avalé, puis lui tend à nouveau la fiole.

En tout cas, ça ne vaut pas ma mirabelle votre mixture.

Le Castelviray tente de se lever, il ne put cacher les grimaces en se levant tout en laissant échapper un petit bruit de douleur. Une fois debout, il porta son regard sur Sa Blanche, regarde quelque peu changé cette fois en raison de la douleur de sa cuisse.

Cependant je crains que votre présence ne soit préconisée lorsque je retirerais l'armure. J'ai une douleur forte au niveau de ma cuisse, endroit où je suis tombé en chutant de cheval.
Revenir en haut Aller en bas
Anya Giffard de Puycharic

avatar

Messages : 16
Date d'inscription : 07/01/2012
Age : 25
Localisation : Normandie

MessageSujet: Re: Les Eliminatoires    Lun 16 Jan - 3:22

Mentir, mentir... c'était un tout petit mensonge de rien du tout, rien de bien méchant, juste une question de tactique médicale pour mieux faire passer certains remèdes. Et connaissant son amour pour la Mirabelle, elle avait pensé, à tort, qu'il la prendrait les yeux fermés. Elle s'était trompée et elle lisait dans son regard et entendait dans ses propos, que le mensonge était quelque chose qu'il exécrait.
Cela cependant, elle le savait, mais en ce cas précis, il n'y avait pas eu mort d'homme.
Au final, il se prit à vouloir prendre tout de même le remède proposé. Haussant les épaules au moment où il attrapa la petite fiole, elle n'eut même pas le petit sourire habituel qu'elle avait quand elle voyait les patients en ingérer le contenu horrible. Il grimaça et elle détourna le regard.

En tout cas, ça ne vaut pas ma mirabelle votre mixture.

Et de répondre de but en blanc :

Ce n'était pas le but non plus.

Quant au fait que ma présence soit nécessaire, je crains que vous n'ayez besoin de moi pour ôter cette armure. Vostre Valet saura me faire chercher une fois que vous serez en tenue correcte pour vous faire examiner.
Il sera bon que vous gardiez vos dents rangées. Il est hors de question que vous mordiez à mon approche.


Pour le coup là... vraiment garder la serpi à portée de main, on n'était jamais trop prudent...

Ledit Valet aida le Vicomte à se relever, et Anya le vit grimacer à nouveau. La prochaine fois, il jouterait sans cheval, sans lance et sans rien, au moins, il ne se ferait pas de mal et ne lui ferait pas, à elle, frôler la crise cardiaque. Elle n'avait pas oublié qu'il détestait le mensonge, mais apparemment, lui, avait oublié qu'elle avait le coeur fragile.
Revenir en haut Aller en bas
fred

avatar

Messages : 19
Date d'inscription : 07/01/2012

MessageSujet: Re: Les Eliminatoires    Lun 16 Jan - 3:47

[Quand l'Erreure fait des dégats.]

Froissé, il l'avait froissé, il le savait et s'en voulait. La prochaine fois, il accepterait de prendre ce qu'elle veut lui donner afin de le soigner, mais les mensonges, y a pas pire pour lui. Il lui faudra changer, faire confiance malgré le fait qu'elle ait voulu lui mentir afin qu'il prenne la fiole sans se soucier ce qu'il y avait à l'intérieur. Même son cœur lui donner des douleurs maintenant, il porta sa main sur son cœur avec une autre grimace, douleur plutôt de déception de soi même qu'une douleur physique.

Bien en ce cas je vais rejoindre ma tente afin de me changer.

Le Castelviray prit la direction de la tente tout en faisant quelque grimace lorsqu'il s'appuyait sur la cuisse qui le faisait souffrir. Une fois arrivé à l'intérieur, il tenta de rester bien droit laissant son valet lui ôter l'armure. Quand enfin ses cuissardes furent enlevées, il distingua un bleu sur la cuisse. Sans attendre, il fit signe au valet qu'il pouvait aller chercher son amie Anya. Il resta au milieu de la tente, avec une petite chemise à moitié ouverte, et une cuisse à l'aire libre afin qu'elle puisse voir le bleu qui lui faisait mal.
Revenir en haut Aller en bas
ptitmec13

avatar

Messages : 52
Date d'inscription : 23/07/2010

MessageSujet: Re: Les Eliminatoires    Mer 18 Jan - 15:41

Des éliminatoires où ni elle ni lui devaient participer? Hum.. ça se savoure volontiers depuis les gradins.
Installée avec sa fiole de calva, enroulée dans sa cape fourrée de laine de mouton, tissée avec amour pas son feu jumeau adoré, c'est qu'il caille dehors c'est rien de le dire, elle ne manque pas une miette des affrontements.
Ces joutes s'annonçaient belles à la vue de ce qu'elle vit.. oui oui lapalisse je sais.. Peut être que la chance lui sourirait à nouveau.. Qui sait..
Enfin il ne restait plus qu'à attendre la suite..
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les Eliminatoires    

Revenir en haut Aller en bas
 
Les Eliminatoires
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Eliminatoires
» Joutes de CHartes Dec 1460 - Eliminatoires
» Confirmation et défauts éliminatoires ??

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Maison d'Amahir :: Partie HRP et archives générales :: Archives générales :: Montpipeau :: Le Château de Montpipeau :: La Basse Cour :: La Lice-
Sauter vers: