Maison d'Amahir



 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La chambre de Dame Davia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Manon

avatar

Messages : 14
Date d'inscription : 26/04/2012

MessageSujet: La chambre de Dame Davia   Jeu 26 Avr - 21:48

La gasconne avait quitté la Touraine, suivant sa maîtresse pour leur nouvelle future demeure. Le château de Montpipeau. Le nom l'avait fait sourire, mais discrète comme elle l'était, elle n'avait rien ajouté. Et voici qu'elle se trouvait dans la grande demeure. De suite, sa maîtresse, comme à l'accoutumée, s'était reposé sur elle. Aidée de quelques domestiques, elle avait donc monté les malles pour découvrir la chambre de sa maîtresse.

Sa n'avait rien de l'austérité de Loches, ni de la simplicité de la Seigneurie de Chavonnière, fief du pater familias Corsu, ça ne ressemblait pas non plus à Villandry, la baronnie de la grand-mère, ni au château de la Duchesse Taya. En embrassant la pièce d'un regard, elle se dit que sa maîtresse serait certainement bien ici.

Le feu avait été préparé et flambait dans la cheminée. Entre deux grandes fenêtres, un grand lit à baldaquin était couvert d'une tenture épaisse pour les froides soirées d'hiver, la parure de draps immaculés fraîchement changés serait certainement appréciée par la damoiselle. Une grande armoire trônait à la gauche de la pièce, pour y ranger les quelques toilettes qu'elle avait ramené.

A droite, un meuble ou broc d'eau et petit baquet permettait de faire ses ablutions. Non loin, une table, une chaise et un écritoire pour la correspondance et les heures d'études que la jeune fille s'astreignait à avoir dans la journée.

Il ne manquait qu'un petit ratelier pour qu'elle puisse avoir à portée de mains les armes qu'elle chérissait. Sa maîtresse était dame de guerre et elle aimait à entretenir elle-même son matériel.

Au sol de lourds tapis et les immenses tapisseries des murs donnaient à la pièce un air chaleureux qui plairait à sa dame.

Manon était heureuse. Son bonheur premier n'était-il pas celui de sa maîtresse?

Elle fit déposer coffres et malles et commença à en ranger le contenu dans l'armoire prévue à cet effet.
Revenir en haut Aller en bas
Davia_corsu

avatar

Messages : 209
Date d'inscription : 04/03/2012
Age : 22

Pour améliorer le rp
écus:
0/0  (0/0)
RP: En cours

MessageSujet: Re: La chambre de Dame Davia   Jeu 26 Avr - 22:15

Della avait eu l'extrême amabilité d'offrir l'hospitalité à la jeune Blanche, c'est donc avec plaisir qu'elle était revenue en Orléans et au château de Montpipeau, afin de découvrir un peu plus les lieux.

Cette fois-ci, elle avait emmené Manon avec elle. Lors de son voyage en Gascogne, quelques années auparavant, elle avait retrouvé avec joie sa soeur de lait. Un peu plus jeune qu'elle, elle était la fille de la nourrice qu'elle avait lorsqu'elle était toute petite et que sa mère partait lors de longue période. Fille de la paysanne, elle ne la considérait pas tout à fait comme une servante mais aussi comme une amie, puisqu'elle savait pouvoir se confier à elle pour toute chose.

Elle lui avait offert cette place, lui proposant aussi de recevoir une certaine éducation pour pouvoir mieux la seconder. Ainsi, pendant la première année, alors que la jeune Corsu découvrait l'univers des Blanches, Manon apprenait à lire, à écrire, se perfectionnait en couture et en broderie, apprenait à tenir une maison. Une fois l'apprentissage terminé, Davia l'avait pris à son service et elle ne la quittait que lorsqu'elle partait en mission avec ses soeurs blanches.

Manon était discrète, fidèle, dévouée, tout ce dont pouvait rêver Davia qui lui rendait bien en la payant autant qu'elle pouvait vu la petite solde qu'elle avait en servant la Couronne, mais surtout en lui assurant qu'elle ne manquerait jamais de rien.

Tandis que la gasconne s'occupait de ses affaires, la brune Blanche avait fait le tour du propriétaire et constatant à quel point la demeure était grande, elle avait fini par remettre à plus tard ses découvertes, retournant à sa chambre.

D'un oeil avisé, elle observait sa servante.


Hum... Fais attention à ma robe de Dame Blanche, hein? Tu sais combien j'y tiens!

Elle s'approcha de la fenêtre et regarda ce qui se passait au dehors.

Et puis, tu pourras me faire préparer un bain, j'ai grand besoin de me décrasser pour être présentable au souper.
Tu me prépareras ma houppelande blanche, elle sera parfaite, et puis ça me changera des braies un peu.


Elle ôta lentement ceinturon, baudrier et épée qu'elle posa délicatement dans un coin de la pièce et s'étira.

Humm... il fait bon, tu ne trouves pas?
Revenir en haut Aller en bas
Della

avatar

Messages : 529
Date d'inscription : 17/07/2010

MessageSujet: Re: La chambre de Dame Davia   Mer 2 Mai - 17:04

Montpipeau était très grand. C'était là un des avantages de ce château, très certainement. Della appréciait cet espace offrant des possibilités presqu'à l'infini, telle cette partie réservée aux invités. Chacun pouvait être logé confortablement et selon les besoins et les envies, l'on pouvait parfois ouvrir les portes séparant deux chambres, ne faire qu'un seul logement.
La chambre que Della avait destinée à Davia était celle-là afin qu'elle puisse, si nécessaire, communiquer avec celle de sa suivante.

La venue de Davia en Orléans, à Monpipeau plus précisément, rendait Della heureuse. Cette jeune femme avait réussi à trouver le chemin du coeur de Séverin et pour cela, éternellement, elle lui en serait reconnaissante.
Della aimait Séverin. Et quand Della aimait, ce n'était pas en demi teinte. Elle avait si souvent espéré que son cousin touche au bonheur, vive en paix aux côtés d'une femme qui le comprendrait au moins un peu. Parfois, lorsqu'elle le regardait, un sentiment d'impuissance l'envahissait, ne trouvant comment rendre au visage familier, un sourire, un éclat, l'éclat du bonheur...Et voilà que Davia avait réussi ! Et pour cela, Della était apaisée.

En hôtesse qui se respecte, Della vint visiter son invitée.

Un coup frappé à la porte...


Damoiselle Davia ? Puis-je entrer ? C'est Della.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Davia_corsu

avatar

Messages : 209
Date d'inscription : 04/03/2012
Age : 22

Pour améliorer le rp
écus:
0/0  (0/0)
RP: En cours

MessageSujet: Re: La chambre de Dame Davia   Jeu 3 Mai - 10:01

Perdue dans ses pensées, les yeux rivés sur les jardins qui s'étendaient à ses pieds, elle songeait à la future mission qui l'attendait et dont elle n'avait pas encore eu le loisir de parler à Séverin. Ils se voyaient si peu et bientôt, ils seraient séparés. Elle espérait que Séverin sache à quoi il s'engageait en épousant un membre d'Ordre Royal, elle avait vu trop souvent des couples séparés par la distance et par l'absence et qui, au final, se quittaient, lassés.

C'est à cela qu'elle songeait lorsque quelqu'un frappa. Elle se retourna, observant Manon qui continuait sa tâche, regarda la porte, se demandant si cela pouvait être Séverin, le coeur battant, puis esquissa un sourire.


Entrez donc, Votre Grâce, je vous en prie!

Elle s'avança vers la cousine du Renart, lui prenant chaleureusement ses mains dans les siennes.

Comment vous remercier pour votre accueil! Je n'ai jamais été aussi bien logée! Je suis sûre que je vais me plaire ici, merci beaucoup.

Elle lui prit amicalement le bras et l'entraîna vers le feu, afin qu'elle se réchauffe. Elle appréciait beaucoup la jeune femme, bien que la connaissant peu. Le fait qu'elle ait été l'amie de feue la Reyne Béatrice que la Blanche vénérait était déjà un bon point dans leur entente. Le fait qu'elle ait été Teutonique et qu'ainsi, elle sache ce qu'était la vie au sein d'un ordre, en était un second, la gentillesse et l'attention dont elle avait fait montre auprès de la Corsu alors qu'elle était alitée, rongée par la fièvre, avait fini par conquérir la Blanche. Elle était heureuse de devenir un membre de cette famille. Déjà avec Orantes, qu'elle aimait beaucoup, elle gagnait un cousin, et avec Della en plus de gagner une cousine, elle espérait trouver une amie.

Vous avez une bien belle demeure, ma mère va vous envier lorsqu'elle viendra pour nos épousailles. Même si je ne connais pas son château, je suis certaine qu'il n'est pas agencé avec autant de goût que Montpipeau!

Elle fit un petit sourire amusée, imaginant la tête de la Duchesse de Touraine découvrant le nouveau lieu de vie de sa fille, et ne put s'empêcher de retenir un petit rire clair.
Revenir en haut Aller en bas
Della

avatar

Messages : 529
Date d'inscription : 17/07/2010

MessageSujet: Re: La chambre de Dame Davia   Ven 4 Mai - 18:45

Ce fut Davia elle-même qui introduisit Della. Celle-ci la suivit avec plaisir. La jeune femme dégageait une grande sympathie et Della l'appréciait beaucoup.
Il faut bien dire que de savoir que cette jeune femme-là avait réussi à dérider le coeur de Séverin confortait Della dans son impression.
Elle lui était reconnaissante quelque part aussi d'avoir, pour Séverin, des sentiments et de la tendresse.
Savoir Séverin heureux rendait Della heureuse.

Elle s'installa près du feu et près de Davia, qu'elle écouta en souriant.


Je vous en prie, c'est tout à fait normal. Vous êtes de la famille dorénavant ou...c'est tout comme !

Oui, Montpipeau était beau. Beau et confortable...
Le château de Montpipeau est une ancienne forteresse...ce qui explique qu'il soit si grand et que ses murs soient aussi hauts et épais.
Lorsque Kéridil a reçu la Baronnie, il a voulu rendre l'endroit confortable et il n'a pas lésiné sur les moyens.
Della sourit...Mon époux aime le luxe et aussi beaucoup son confort. Ceci explique cela. Remarquez, je ne m'en plains pas...d'un certain côté, je suis comme lui...Un autre sourire, complice...et cela nous permet d'accueillir au mieux nos invités ! Que dis-je ? Notre famille !

Elle perdit son regard sur les flammes, un instant et reprit presqu'aussitôt : J'ai hâte de rencontrer votre famille, Davia. Avez-vous des frères, des soeurs ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Davia_corsu

avatar

Messages : 209
Date d'inscription : 04/03/2012
Age : 22

Pour améliorer le rp
écus:
0/0  (0/0)
RP: En cours

MessageSujet: Re: La chambre de Dame Davia   Ven 4 Mai - 23:32

Assise auprès du feu, elle jouait négligemment avec un ruban qui suivait l'un des plis de sa robe, le tournicotant autour de son doigt. Elle n'avait jamais su quoi faire de ses mains, c'était sans doute pour cela qu'elle aimait manier l'épée, au moins ainsi, ses mains étaient toujours occupées. Elle écoutait la Duchesse avec attention. Elle aimait Montpipeau, on sentait que le Duc avait dépensé de fortes sommes pour aménager sa demeure, mais le faste n'était en rien étouffant ou intimidant. Il n'y avait pas à dire, le Duc et la Duchesse d'Orléans avaient bon goût.

La question posée par Della était une question engendrant une réponse complexe, les méandres de sa famille valaient à de nombreuses personnes de s'y perdre, elle sourit et se racla la gorge légèrement.

Et bien... C'est un peu compliqué voyez vous... De par mon père, j'ai un frère, de sang, mais nous n'avons pas la même mère. Je l'aime beaucoup mais nous sommes très différents, je crains de ne pas le comprendre. J'ai à peine connu ma mère de sang et celle que j'appelle "Mère", c'est la Duchesse de Touraine, Tayabrina que vous devez connaître. Par elle, j'ai un tout petit frère que je connais peu, n'étant pas souvent chez nous, et une toute petite soeur qui vient de naître, il y a peu, que je n'ai jamais vue. Mais il y a aussi quelqu'un d'autre, un ami, qui est bien plus qu'un ami, il est mon frère de coeur, mon frère d'armes, mon frère de baptême, mon frère de parrain. Je crois que c'est notre relation qui se rapproche le plus de ce qu'on peut appeler une relation fraternelle. Vous le verrez à nos noces, car il sera mon témoin.

Elle sourit légèrement, se souvenant du temps où on voulait les marier et où ils s'étaient rebellés, préférant leur amitié, belle, pure, fraternelle. Céraphin n'était pas son sang et pourtant, elle était bien plus proche de lui que de son frère de sang, comme quoi parfois, les liens du sang ne sont pas toujours les plus forts.

J'espère que vous les rencontrerez bientôt... Je ne sais même pas si mon père pourra venir pour le mariage, il est très pris et j'ai peur pour sa santé. La dernière guerre ne l'a pas laissé indemne. C'est un homme merveilleux, celui que j'admire le plus, vous verrez!

Son regard se perdit dans le feu, pensant à son père qu'elle ne voyait presque plus, qui lui manquait cruellement, il l'avait façonnée, elle se sentait imprégnée de lui, il lui avait appris qui étaient les Corsu, il lui avait insufflé cet amour de leur terre, eux, exilés depuis si longtemps, il lui avait si souvent parlé de l'odeur des eucalyptus, des beautés de Kalliste, du murmure de la mer qui se meurt sur les rochers d'Aiacciu, des senteurs de la castagniccia. Il lui avait appris la Corse, et même si elle n'était pas son fils, même si elle n'était pas une enfant légitime, elle se sentait porteuse de cet héritage, si important pour son père.

Elle sortit de ses pensées et plongea ses yeux clairs dans ceux de la Duchesse.


J'espère rencontrer votre fils aussi... je m'y connais peu en petit enfant et... il me faudrait apprendre...

Elle rougit et se mordit la lèvre, elle se retrouverait bien trop vite avec un petit être à s'occuper et elle savait pertinemment qu'elle se sentirait totalement démunie, plus hardie sur un champ de bataille, que bataillant avec des langes, l'aide de Della serait précieuse, c'était un fait.
Revenir en haut Aller en bas
Della

avatar

Messages : 529
Date d'inscription : 17/07/2010

MessageSujet: Re: La chambre de Dame Davia   Sam 5 Mai - 18:40

Della remarqua les mains qui ne cessaient de s'activer et elle repensa subitement à sa Reyne qui cachait ses doigts abîmés sous des gants magnifiques. Le souvenir alors de la naissance de Franc Claude revint, brusquement, comme un coup de poing au ventre, la laissa frissonnante. Bien vite, elle chassa les images de son amie donnant la vie qu'elle allait perdre si peu de temps après, elle replaça son attention sur Davia à qui elle sourit.
La jeune femme ne savait pas encore les longs chemins sinueux de la vie de Della, le parcours qu'elle avait vécu, d'une famille à l'autre, laissant un frère de sang déloyal pour une famille d'adoption tellement bienveillante.
Un jour, peut-être, lorsqu'elles partageraient la même soirée au coin du même feu du même hiver, la Mirandole parlerait de la Renarde qu'elle était.
Mais pour l'heure, toute l'attention était au partage que Davia voulait bien confier.


Chacun des membres de votre famille sera le bienvenu à Montpipeau, je peux vous l'assurer.

L'évocation de son fils lui fit rosir les joues.

Vous le verrez très bientôt, n'ayez crainte.

Devenir mère est une aventure, Davia. Une grande aventure. C'est bien plus difficile que de se battre contre un ennemi ou même que de convertir un hérétique !
Elle se mit à rire...et reprit alors, beaucoup plus sérieusement : Lorsque j'attendais Clément, j'étais tellement malade et tellement lasse que j'aurais donné n'importe quoi pour qu'on me l'enlève hors du ventre. Le regard bleu se posa sur Davia. Lorsqu'il est né...j'ai d'abord pensé que je ne pourrais jamais m'attacher à lui, j'étais tellement...fatiguée...Elle soupira doucement...Et puis, les jours passant...les semaines...je me suis aperçue que je voulais savoir à chaque moment où il était, ce qu'il faisait, s'il dormait ou s'il pleurait...Il avait une batterie de nourrices attitrées que je harcelai sans cesse, leur rappelant mille fois de prendre soin de lui. A chaque fois que je devais le laisser pour me rendre à Paris, j'étais inquiète...en fait, je crois que même avant qu'il ne voit le jour, je l'aimais, ce petit bout. Elle sourit, un peu gênée de dévoiler ainsi la faiblesse qu'elle avait pour son fils. Je vous souhaite de connaître ce bonheur, Davia...vraiment.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Davia_corsu

avatar

Messages : 209
Date d'inscription : 04/03/2012
Age : 22

Pour améliorer le rp
écus:
0/0  (0/0)
RP: En cours

MessageSujet: Re: La chambre de Dame Davia   Sam 5 Mai - 19:49

Devenir mère... Était-ce inné? Ces malaises qu'elle ressentait si souvent et qu'elle devait cacher du mieux qu'elle pouvait, étaient donc normaux? Elle savait que lorsque l'on attendait un enfant, on ne se sentait pas dans son état habituel, mais elle était loin de se douter que tous les matins, elle serait si mal! Quoique cela tendait à s'atténuer ces derniers-jours. Peut-être le fait d'être revenue à Montpipeau, d'être au calme et de sa voir que Manon la veillait. Si elle désirait disparaître au fond de son lit une journée, personne ne lui en tiendrait grief. Elle se demanda alors comment elle allait vivre cette nouvelle mission qui semblait s'annoncer. Devait-elle parler de son état à la Capitaine? Devait-elle continuer à faire semblant et cacher la situation? C'est pourtant ce qui semblait le plus sage...

Écoutant Della avec grand intérêt, elle se demandait si finalement, elle arriverait à s'en sortir. Et pourtant... c'était vrai ce qu'elle disait, elle l'aimait déjà ce petit bout... ce petit bout de... Lui. Elle pâlit et eut brusquement l'envie d'éclater en sanglot, de tout déballer, de supplier qu'on l'achève et que tout s'arrête. Bref instant de folie passagère. Elle remit une de ses mèches en place pour se donner bonne contenance, détournant le regard pour que la duchesse ne puisse voir le trouble qui l'habitait.

Ce simple geste lui permit de se sentir mieux, évacuant ce brusque malaise, les souvenirs qui, à nouveau l'avaient assaillis, l'étouffant sous les remords, sous la tristesse, elle l'avait chassé furtivement. Elle sourit et hocha la tête.


Oui... j'espère connaître ce bonheur un jour, c'est aussi pour cela que nous nous marions avec Séverin, n'est-ce pas? Pour fonder une famille. C'est important, je crois, de perpétrer ce que l'on est. Chez les Corsu, c'est quelque chose de primordial, mon père me l'a souvent répété.

Pour elle, un enfant, c'était si abstrait et même si dans ces entrailles, l'enfançon concrétisait sa présence, elle avait du mal à le matérialiser par la pensée, son imagination lui faisait défaut, excepté dans ses rêves. Elle se demandait s'il ressemblerait à Charles, peut-être aurait-il les traits de son père? Quoiqu'il en soit, elle ne doutait pas que Séverin déteindrait sur lui, suffisamment pour que cet enfant soit le sien.
Revenir en haut Aller en bas
Manon

avatar

Messages : 14
Date d'inscription : 26/04/2012

MessageSujet: Re: La chambre de Dame Davia   Dim 6 Mai - 10:25

Le qualificatif premier caractérisant Manon aurait pu être la discrétion. Etait-ce pour cela que Davia l'avait prise à son service? Visiblement, la jeune blanche n'avait accepté personne d'autre avant elle, prétextant qu'on n'était jamais mieux servi que par soi-même. Alors pourquoi l'avoir choisi, elle? Parce qu'elle était sa soeur de lait? Parce qu'elle lui chantait des chansons de Gasconha, parfois? Parce qu'elle était minutieuse et qu'elle aimait prendre soin d'elle? Peut-être pour toutes ces raisons. Il y avait une sorte de pacte tacite entre elles deux. L'un promettait à l'autre qu'elle ne manquerait jamais de rien, qu'elle aurait toujours un toit et une situation; l'autre promettait d'être toujours là, de l'écouter, de veiller à ce qu'elle manque de rien. Finalement, elles s'occupaient mutuellement l'une de l'autre. Se complétant pour beaucoup de choses.

C'est donc dans le plus grand silence que la jeune fille s'affairait à défroisser les toilettes, à les ranger, à défaire son attirail d'armes qu'elle déposa dans un coffre, dans un premier temps. Elle était étonnée que la Corsu en eut tant, pour une jeune fille, elle ne trouvait pas ça vraiment convenable, quand bien même appartenait-elle à un ordre, elle comprenait pourquoi le plus souvent, elle était sans le sou! Tout son argent devait passer dans l'entretien de ces armes. Deux épées, plusieurs dagues, un arc, de nombreuses flèches et même un horrible engin qui crachait du feu et la terrorisait. Sa maîtresse avait plus d'armes que de robes, c'était un comble!

Après avoir déposé le tout avec délicatesse, mêlée de dédain, elle s'afféra silencieusement à préparer du vin chaud. Elle savait que sa maîtresse en était friande et était persuadée que la duchesse d'Orléans ne refuserait pas. Accroupie, près du feu, elle mélangeait donc les épices et le vin, humant les senteurs de la cannelle. Elle ne perdait pas pour autant une miette de la conversation.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La chambre de Dame Davia   

Revenir en haut Aller en bas
 
La chambre de Dame Davia
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La chambre de Dame Davia
» Chambre à air: aspect bizarre à J11
» petit apperçu de ma chambre !
» style de vos chambre?
» Combien de jeux de serviettes et de draps par chambre ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Maison d'Amahir :: Partie HRP et archives générales :: Archives générales :: Montpipeau :: Le Château de Montpipeau :: Le Donjon et ses Ailes :: Les Appartements des Invités-
Sauter vers: