Maison d'Amahir



 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Mariage de Davia Corsu de Villandry et de Séverin Anatole de Volvent

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
AuteurMessage
Della

avatar

Messages : 529
Date d'inscription : 17/07/2010

MessageSujet: Re: Mariage de Davia Corsu de Villandry et de Séverin Anatole de Volvent   Mar 22 Mai - 19:30

Della rassura les enfants, les deux petites filles faisaient exactement ce qu'il fallait, elles étaient superbes et de part et d'autre de Davia, plus belle que jamais, elles complétaient admirablement ce tableau touchant.
Sourires, regards, clins d'oeil, tout fut fait pour les encourager et les féliciter.

La messe débuta.
Della se plia au rite, comme habituellement, avec profondeur et foi, elle récita les prières entamées par son ami Uriel.

Elle écouta religieusement la lecture et les mots toujours tellement justes du prêtre.
Uriel avait cet élan du coeur qui rend chacun meilleur, qui guide sur le chemin de la vertu. N'était-ce pas grâce à lui, qu'aujourd'hui, Della était aussi pieuse et croyante.

Lorsque Uriel invita les témoins, elle préféra laisser s'exprimer d'abord le sieur Céraphin qui parla avec chaleur de Davia.
Elle fut heureuse ainsi d'apprendre quelques détails sur l'amitié qui les liait.

Puis, alors qu'il finissait, elle se leva et prit sa place non sans un sourire lui adressé.

Elle prit le temps de poser son regard sur l'assemblée, sur Davia, sur Séverin.


Je suis heureuse !
Oui, je suis absolument et sincèrement heureuse, aujourd'hui !

Aujourd'hui, je connais le bonheur de voir mon cher Séverin, mon cousin, mon frère, prendre pour épouse une jeune femme délicieuse.

Séverin est doux et généreux, parfois timide ou renfermé. Mais c'est un homme extraordinaire, aux valeurs riches et pieuses, il est sincère et fidèle, je tiens à lui, énormément.
Je le sais fragile aussi. J'ai pourtant toute confiance dans ce mariage, dans ce couple qui s'unit ici, devant nous, leurs parents, leurs amis, pour le meilleur. Car il n'y a que le meilleur...
Le regard bleuté glissa sur son époux à qui elle adressa un sourire aimant. Le pire n'existe pas. Revenant aux fiancés : Le meilleur est à découvrir chaque jour, parce que près de nous, vit celui ou celle que nous avons choisi, qui est notre âme.

Je sais que Séverin et Davia sont deux âmes qui devaient se rencontrer !


Sa voix s'était brisée, un peu, sous le coup de l'émotion.
Oui, Séverin lui était cher...Oui, elle le perdait un peu, ce jour, elle le confiait à Davia, en toute confiance.

Elle retourna sagement à sa place.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
uriel

avatar

Messages : 11
Date d'inscription : 30/10/2010

MessageSujet: Re: Mariage de Davia Corsu de Villandry et de Séverin Anatole de Volvent   Mar 22 Mai - 19:48

Uriel écouta Céraphin et Della, fermant à demi les yeux, on aurait pu croire qu'il dormait, mais cela aurait été inexact, il se laissait imprégnier de ces belles paroles, si profondes et empreintes d'Amour, d'Amitié et de sérénité.

Ces témoignages révélaient souvent des détails sur les futurs mariés, on apprenait, dans une certaine mesure, qui ils étaient vraiment. Mais en tous les cas, on sentait surtout qu'ils étaient prêts l'un pour l'autre.
Lorsque la Duchesse eut terminé, il les remercia d'un signe de tête et contourna l'autel, s'avançant vers les futurs jeunes mariés.

Il leur tendit à chacun une main et prit la dextre qu'ils lui tendaient. Il plaça ainsi la main de l'homme dans celle de la femme et reprit alors :

Le mariage suppose que les deux époux s'engagent l'un vers l'autre librement et sans contrainte, qu'ils se promettent amour mutuel et respect pour toute la vie, qu'ils accueillent les enfants que Dieu leur donne, et les éduquent selon les écrits d'Aristote et la pensée de Christos.

Puis il regarda Davia, en premier lieu :

Davia, je vous remets Séverin-Anatole comme époux pour que vous le gardiez, sain ou malade, et que vous lui conserviez votre foi selon les commandements de l'Église, et pour vivre avec lui dans l'amour de chaque jour. Voulez-vous faire dépendre votre bonheur de son bonheur et donner par l'exemple de votre union un signe visible de l'amitié de Dieu sur terre ?

Le grand moment était arrivé ...
Revenir en haut Aller en bas
Davia_corsu

avatar

Messages : 209
Date d'inscription : 04/03/2012
Age : 21

Pour améliorer le rp
écus:
0/0  (0/0)
RP: En cours

MessageSujet: Re: Mariage de Davia Corsu de Villandry et de Séverin Anatole de Volvent   Mar 22 Mai - 23:44

Après l'Archange, la cousine de Séverin prit la parole. Les mains jointes, la tête penchée en avant la Corsu méditait en elle-même. Chaque mot de Della lui pénétrait l'âme et la remplissait de joie. Ce qu'elle disait était éminemment positif, oubliées les souffrances, les peines, oublié tout ce qu'il avait fallu traversé pour en arriver là. La Blanche rouvrit les yeux et tendrement, regarda la duchesse qui s'exprimait, puis elle tourna légèrement son visage vers celui qu'elle avait choisi et lui sourit.

Le pire n'existait pas. Le pire était passé et puisque désormais ils étaient ensemble, peu importe ce qui arriverait. Peu importe les séparations, les guerres, les obligations puisqu'ils pouvaient se confier l'un à l'autre.

Sa future cousine s'était tue. Le silence s'était fait. Uriel s'avança vers eux et dans un même élan, ils se levèrent. La main de Séverin posée dans la sienne, elle entendait les mots de l'Archevêque, mais n'avait d'yeux que pour le Renart. Comme il était grave et sérieux. Elle aurait voulu pouvoir lire en son âme, en son coeur, tout savoir de lui, mais restait cette part de mystère qui l'enveloppait toujours.

Elle regarda Uriel et lui répondit, d'une voix calme et posée, pesant chaque mot qui sortait de sa bouche, de son coeur.


J'accepte librement de prendre Séverin Anatole pour époux, je veux faire dépendre mon bonheur du sien, je veux donner par l'exemple de notre union un signe visible de l'amitié de Dieu sur terre.

Une fois les mots dits, elle tourna son visage vers son époux et lui sourit, les yeux brillants. Heureusement que la phrase n'avait pas été plus longue parce qu'elle sentait l'émotion l'étreindre, elle n'aurait pu articuler un autre mot de façon claire et sereine sans qu'on puisse entendre le tremblement de sa voix.
Revenir en haut Aller en bas
sampieru corsu

avatar

Messages : 24
Date d'inscription : 26/07/2010

Pour améliorer le rp
écus:
0/0  (0/0)
RP: Pas commencé

MessageSujet: Re: Mariage de Davia Corsu de Villandry et de Séverin Anatole de Volvent   Mer 23 Mai - 15:31

Le patriarche Corsu se tenait droit, le visage fermé, n'exprimant pas l'immense bonheur qui bouillonne en lui.
Voir sa princesse se marier est une fierté extraordinaire pour le guerrier corse, lui qui n'avait eu de cesse de chercher a travers le royaume, un nid pour les corsu.
Aujourd'hui, ils ont des titres, des terres, et ce qui est le plus important pour les corses, une grande famille.
Il ne connait pas l'époux de sa fille, mais il l'aime déjà comme un fils.

Souvent celle qu'il voit comme la plus belle, la plus intelligente, la plus.........., enfin !!!! Souvent sa Daviuccia lui disait qu'elle ne trouverait jamais époux, et lui, répondait qu'elle trouverait obligatoirement un homme capable de vivre le grand bonheur d'épouser une fille si merveilleuse.

Aujourd'hui c'est chose faite, et que ce jeune homme est pu discerner la qualité de Davia, est signe pour l'inquisiteur d'une grande valeur.
Merci mon gendre, aujourd'hui tu entres dans notre clan, et le chevalier qui te regarde fixement du premier rang te protègera et t'aimera comme un fils dorénavant.

Toujours très droit, sans le moindre sourire, le guerrier regarde fixement le jeune marié avec une fierté empreinte de remerciement.
Revenir en haut Aller en bas
uriel

avatar

Messages : 11
Date d'inscription : 30/10/2010

MessageSujet: Re: Mariage de Davia Corsu de Villandry et de Séverin Anatole de Volvent   Mer 23 Mai - 21:24

Le premier pas vers le mariage fut fait, facilement, simplement ... oui ... c'était si simple, si aisé de dire "oui". Cette acceptation impliquait tellement de choses, que seul Dieu pouvait en percevoir tous les tenants et les aboutissants.
Les futurs mariés, eux, ne le découvriraient qu'au fur et à mesure du temps qui passe, et il valait mieux ne rien savoir ... il y aurait de peines mais aussi de grandes joies, il ne restait qu'à espérer que le bonheur serait toujours présent.

Il défit les mains des amoureux et les recroisa en sens inverse, puis levant la tête vers Séverin il lui demanda :

Séverin-Anatole, je vous remets Davia comme épouse pour que vous le gardiez, saine ou malade, et que vous lui conserviez votre foi selon les commandements de l'Église, et pour vivre avec elle dans l'amour de chaque jour. Voulez-vous faire dépendre votre bonheur de son bonheur et donner par l'exemple de votre union un signe visible de l'amitié de Dieu sur terre ?
Revenir en haut Aller en bas
Severin de Volvent

avatar

Messages : 155
Date d'inscription : 18/11/2010

MessageSujet: Re: Mariage de Davia Corsu de Villandry et de Séverin Anatole de Volvent   Ven 25 Mai - 14:23

Le témoignage de Della laissa le renart plein de reconnaissance et d'émotion.
Son regard se porta sur Davia. Il inspira.
La cérémonie prenait un tournant plus solennel, il se fit plus grave.
Lorsque l'officiant lia sa main a celle de celle qui serait dorénavant son épouse le renart en frémit.
Le contact tant attendu, celui qui symbolisait l'union de leurs vie, il l'accepta, l'embrassa et serrant sa main doucement se tint prêt a prendre le plus grand engagement de son existence.

Son regard bleu et profond ne quitta pas la jeune fille. Il l'écouta prononcer ses vœux, et lorsque leurs yeux se croisèrent il put lire dans les siens l'émotion. Était elle heureuse ?
Il ne put que supputer que oui.
Arriva son tour.
Leurs mains se défirent pour se retrouver et Uriel lui adressa à son tour la question.
Bien que le renart de part son esprit cartésien ait bien compris le sens des mots et la portée de l'engagement, il y avait dans le cérémonial quelque chose d'irréel qui tenait plus du spirituel, un savant mélange qui correspondait bien au renart.
Sans le vouloir, il resta figé quelques instants, les mots résonnant en son esprit, ses pensées s'entrechoquant les unes aux autres, des visages des noms lui revenant, comme s'il mourrait, repassant en revue ce qu'avait été sa vie pour mieux renaitre, renaitre en tant que Severin Anatole de Volvent, époux de Davia Corsu de Villandry.

Et si son long silence put paraitre oppressant a l'assistance qui devait se trouver accrochée a ses lèvres, tant pour Davia qui pourrait se trouver prise d'angoisse, le renart lui réalisait qu'il aurait à présent peut être le droit à un peu de bonheur.

Serein et solennel, sa main serra doucement celle de Davia, il ne sourit pas non, mais son visage exprimait la paix que lui apportait sa jeune fiancée.
D'une voix grave et empreinte de sincérité il s'exprima enfin.


- Moi, Severin Anatole de Volvent, devant Dieu et les hommes, J'accepte librement de prendre Davia pour épouse, je veux faire dépendre mon bonheur du sien, je veux donner par l'exemple de notre union un signe visible de l'amitié de Dieu sur terre.

Les mots étaient dits dans leur intégrité, leur sens profond et spirituel. Sa main dans la sienne, il la prenait pour épouse, librement, pleinement.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Clarinha

avatar

Messages : 8
Date d'inscription : 09/05/2012

MessageSujet: Re: Mariage de Davia Corsu de Villandry et de Séverin Anatole de Volvent   Ven 25 Mai - 15:33

Le mariage... J'avais récité credo, confiteor et tout le tintouin en mon coeur, en portugais.

Les mots des prières en français, je ne les connaissais pas. Depuis mon arrivée en France, je n'avais pas eu l'occasion de les apprendre, mais sans doute faudrait-il, si j'espérais un jour recevoir la confirmation de mon baptême et me marier. Me marier... J'en rêvais, je rêvais d'une vie stable, d'un homme fougueux et tendre. Je ne comptais pas sur le mariage pour me placer à l'abri du besoin : j'y étais déjà, à l'abri, tant par les nouveaux protecteurs et maîtres que j'avais, que par l'économie que j'avais faite de tous les bénéfices que j'avais tirés de mes robes. Et comme, du temps de mon investissement aux Doigts d'Or, je cousais jour et nuit, et bien qu'ayant à mes débuts été exploitée par la rombière Cassagnes, j'avais récolté de beaux bénéfices. Imaginez, j'avais cousu pour plus de deux cent personnes et personnalités, pour au total quelques huit-cent robes, pourpoints, brigandines & vertugadins ; et sur mon salaire, très élevé, si je n'avais économisé ne serait-ce que vingt-cinq écus par création, durant ces quelques années d'ouvrage, j'aurais épargné vingt-mille écus. J'avais beaucoup cousu pour les autres, et pour moi, rien, de fort simples vêtements, rapiécés souvent. À ce jour, mon seul vêtement digne d'une sortie dans le monde était le bliaud blanc et violet que je portais en ce beau jour : humble, encore, et l'oeuvre d'une ancienne apprentie. Moi, je n'en avais jamais pris le temps.

Oserai-je vous dire que j'avais économisé souvent plus de vingt-cinq écus par robe, dans cet atelier où l'on payait fort cher la griffe "DO" ? N'ayant l'usage d'écus pour rien, puisque ma nouvelle maîtresse, contre mes services - certes non rémunérés, au contraire de mon activité en atelier de jadis - , m'offrait gîte, couvert, linge de corps, oserais-je vous chiffrer la somme que j'avais pu placer auprès de Lombards, tout au long de ma carrière ?
Certains métiers paient mieux que les rentes d'un petit fief. Mais cela avait un prix : économiser, toujours, et ne voir personne, jamais, ou presque ; et au contraire d'un fief, ne pas voir l'argent rentrer seul, mais le gagner à la sueur de mon front et la faveur de mes insomnies.
Et ne pas avoir le temps d'apprendre les prières en français.

J'aurais pu, avec cette somme, m'offrir une vie presque oisive, acheter un établissement, auberge, relai, boucherie, qu'importe : vivre en bourgeoise, de la sueur d'autrui payé en grimaces. Mais je voulais coudre, et je voulais que l'on vît mon travail... Péché d'orgueil. J'avais pour cela en mes maîtres les mannequins mondains idéaux, et pour l'occasion, quelques menus travaux que j'effectuais au sein d'un atelier parisien. Pour gagner un menu argent de poche, encore. Mais rien de comparable à ma précédente activité, je cadrais bien les choses, et ce n'était qu'une robe par-ci, un pourpoint par-là. J'avais du temps à moi, maintenant... Et je commençais tout juste à entrevoir que ma vie pourrait changer. Je savais que ma maîtresse ne s'opposerait pas à ce que je me marie ; encore fallait-il savoir avec qui. Un homme pour le sentiment, puisque, vous l'aurez compris, je n'en avais besoin pour rien d'autre.

Mes yeux se portèrent derechef sur Davia, qui portait l'une de mes créations, et son époux. Leurs serments étaient beaux, et je savais par ma maîtresse que l'amour qui liait ces deux-là était plus solide que le cristal de roche. L'amour... Une prostituée, comme je l'avais été, peut-elle aimer ? Peut-elle être aimée, par un homme qui, s'il ne le savait, apprendrait combien de dizaines d'autres, hommes et femmes, l'avaient possédée avant lui ? Le jour où je me marierais, ce sera probablement avec un homme désintéressé, préoccupé d'être soigné d'une épouse aimante en ses vieux jours. Pas vraiment mon idéal. Ou un homme désargenté, que la rumeur de mon passé ou de la honte n'effrayerait point, face aux dizaines de milliers d'écus qui dormaient chez mes débiteurs lombards. Un homme qui me laisserait porter la culotte... Me marier, enfanter, c'étaient des rêves de gosse, c'était ce à quoi la petite fille que j'avais été avait, un jour, aspiré.

Aujourd'hui, à voir tant d'amour unir deux êtres, cette petite fille au fond de mon coeur s'était réveillée et m'avait fait un petit signe de la main. Au bord de mes yeux perlèrent les larmes de l'amère vérité. Le vrai bonheur, il était pour les autres. Moi, je ne pouvais que courir après des mirages. Je voulais être respectable et digne de ma maîtresse, mais mon corps criait son besoin, son désir, son manque béant de chaleur et d'amour. Un jour, je craquerais... Un jour, mais pas pour l'heure. D'un revers de manche, j'essuyai mes larmes, que je pourrais expliquer à qui les verrait par l'émotion de l'échange des serments. Il n'y avait pas de raisons que l'on ne me crût pas.
Revenir en haut Aller en bas
uriel

avatar

Messages : 11
Date d'inscription : 30/10/2010

MessageSujet: Re: Mariage de Davia Corsu de Villandry et de Séverin Anatole de Volvent   Sam 26 Mai - 22:10

Uriel fit alors coulisser légèrement son étole violette d'archevêque et en entoura les mains jointes des époux.
Il dit alors :


Puisque vous avez donné pareil consentement à votre union, donnez-vous l'un à l'autre la foi que vous devez à Dieu et à la sainte Église Aristotélicienne. Gardez-vous mutuellement dans la parfaite fidélité et l'aide mutuelle, selon la règle et le dévouement du mariage.

Puis il se tourna vers Gabriel, le neveu de Séverin et de Della, pour lui signifier de s'approcher.
De sa dextre, il s'empara des deux anneaux qui furent remis au jeune homme un peu plus tôt dans la journée.

Dieu Créateur et conservateur du genre humain, Toi qui donne la grâce spirituelle et qui fais largesse de la vie éternelle, daigne envoyer Ta bénédiction céleste sur cet anneau , œuvre d'un artisan, Ta créature ; afin qu'en le portant, l'épouse soit munie de la protection céleste, qu'elle fuie les tentations du sans-nom, qu'elle garde fidélité à son mari, qu'elle instruise ses enfants dans la piété, qu'elle trouve grâce auprès de tous et que par une conduite bonne sainte elle parvienne au salut éternel.

Il remit alors l'anneau à Séverin, afin qu'il crée "l'alliance" avec Davia.
Revenir en haut Aller en bas
Davia_corsu

avatar

Messages : 209
Date d'inscription : 04/03/2012
Age : 21

Pour améliorer le rp
écus:
0/0  (0/0)
RP: En cours

MessageSujet: Re: Mariage de Davia Corsu de Villandry et de Séverin Anatole de Volvent   Lun 28 Mai - 14:03

Une fois les mots de son serment prononcés, elle ne quitta plus des yeux Séverin. L'angoisse de la dernière seconde, pendue à ses lèvres, elle eut peur. Et s'il se rétractait, et s'il ne voulait plus d'elle, et s'il partait, là, maintenant, l'abandonnant au pied de l'autel? Humiliation cuisante, effondrement subit, déchéance totale, scenario catastrophe. Elle attendait. Les minutes semblaient des siècles et sa gorge se faisait sèche.

Et le Renart s'exprima, soulagement intense de l'épousée, le visage serein de l'époux la rassurant totalement et les mots articulés doucement finissant de la combler de bonheur. Le contact de leur deux mains était doux, le plus long qu'ils aient eu jusqu'alors. Les mains enlacées, furent entourées de l'étole violette finissant de parachever les voeux.

Leurs mains étaient devenues l'expression de leur volonté: là où l'esprit est lié à l'idée, la main, elle, symbolise l'action. Elle devint alors l'expression par excellence de ce serment.
S'en suivit la bénédiction des anneaux, symbole de leur union, symbole de l'unité qu'ils représenteraient désormais. Soumission l'un à l'autre, don de soi par excellence. Par sa forme, l'anneau représentait à la fois, l'infini et la totalité; l'anneau n'ayant ni début, ni fin, il est donc infini et pourtant entier. Le centre même du cercle avait vocation à représenter une porte, une sortie, qui mène à des événements connus, ou inconnus : c'est le symbole de la destinée, la leur, du destin à poursuivre. Il représentait donc la volonté d'un amour infini, indissoluble et entier. Il n'avait pas vocation a être détruit.

Le serment qu'ils faisaient aujourd'hui ne serait jamais détruit. Elle sourit à l'homme qu'elle avait choisi, celui qu'elle voulait comme époux, choix entier et délibéré. Doucement, elle lui tendit sa main.
Revenir en haut Aller en bas
Severin de Volvent

avatar

Messages : 155
Date d'inscription : 18/11/2010

MessageSujet: Re: Mariage de Davia Corsu de Villandry et de Séverin Anatole de Volvent   Mar 29 Mai - 1:04

Les mains liées dans l'étoffe violette, le renart accueillit délicatement l'anneau qu'il tourna doucement entre ses doigts.
Ses yeux passèrent de l'anneau aux yeux de Davia.
Cela représentait tellement pour lui.

Il n'avait ni amis, ni relations , juste sa famille, Della, Gabriel, Kéridil, des êtres qui lui avaient donné la force de tenir la tête hors de l'eau sans quoi il aurait pu finir ses jours dans un monastère perdu de tous si cela avait été son souhait profond.

A cet instant le renart ne pouvait croire au hasard.
Sa vie n'avait été qu'un sombre échiquier. Il avait perdu tant de pièces, aujourd'hui il gagnait une reine.
Légèrement fébrile il tourna à nouveau l'anneau entre ses doigts puis attrapa doucement la main que lui tendait Davia.

Son cœur battait d'un rythme qui lui était rare et lentement l'anneau trouva les doigts, passant successivement les trois premiers avant de trouver l'annulaire fin le long duquel il glissa.
Les yeux bleus Volvent brillaient d'un éclat nouveau, mélange d'amour, de tendresse, de reconnaissance.


- De cet anneau...je t'épouse, au nom de Déos Aristote et Christos...

Il l'avait choisie, il l'accueillait dans sa vie, il était prêt a cesser de vivre pour lui même, vivre pour elle, pour eux, car si tous dans l'assistance l'ignoraient, le renart n'avait de cesse de penser à cet enfant dont l'arrivée amorcerait un nouveau bouleversement à son existence.


_________________


Dernière édition par Severin de Volvent le Ven 1 Juin - 2:33, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Gourry

avatar

Messages : 3
Date d'inscription : 11/05/2012

MessageSujet: Re: Mariage de Davia Corsu de Villandry et de Séverin Anatole de Volvent   Mar 29 Mai - 14:34

Il avait eu beau chercher,il ne les voyait pas et pourtant,il a l´oeil d´habitude.Et puis,à tourner la tête de gauche à droite et inversement,il ne s´était pas rendu compte tout de suite que tout le monde était déjà entrer en ce lieu saint.
Il ne lui restait plus qu´a entrer à son tour et sans se faire remarquer.Pour une fois.

Les discours avaient déjà bien commencés.Il s´avanca discrêtement et vit enfin Lucie et Kasia.Et manifestement aucunes des deux n´avaient prit soin de s´asseoir au même banc...Il fallait donc rejoindre la plus proche et donc la moins loin.C´était Lucie.

S´approchant le plus vite possible avant que sa présence se fasse trop remarquer,il dépassa les deux premiers bancs avant d´arriver à celui ou il allait prendre place.Malheureusement,une misère arriva.Encore oui.
Un pied d´où on ne sait pas d´où qu´il vient tapa malencontreusement celui du chauve.


BAAAAAAAAAAAAAAAAMMMMMMM!!!!

Aieuh....

Il s´était ramassé comme une pomme trop mûre.Et en plus,c´est que ca résonne dans une église.Il se releva doucement et s´assied à côté de Lucie et lui chuchota.

Aheum...J´espère que j´ai pas été trop bruyant...Dit,y ressemble à quoi cui qui m´a fait un croche-pied?S´il est balèze je passerais l´éponge.Si c´est un tout riquiqui,je lui casserais la goule!Et Kasia m´y aidera!Nan mais!

Et maintenant,place à l´écoute et à se taire pour écouter enfin et admirer le beau mariage de Davia qui était elle,ma-gni-fi-queuh.
Revenir en haut Aller en bas
uriel

avatar

Messages : 11
Date d'inscription : 30/10/2010

MessageSujet: Re: Mariage de Davia Corsu de Villandry et de Séverin Anatole de Volvent   Mar 29 Mai - 21:50

Une fois l'anneau passé, le clerc reprit le cours de la cérémonie, il se tourna légèrement et prit une bourse sur l'autel lorsqu'un bruit assourdissant le fit sursauter.
Des dizaines de pièces d'or s'envolèrent de ladite bourse, se répandant sur le sol de la Chapelle ... pour une frénétique, il fallait considérer cela comme un bon signe et comme le hasard faisait toujours bien les choses, il ne resta que trois pièces en sa main.

Il bénit donc ces "arrhes".


« Bénis, Seigneur cet or que nous bénissons en Ton nom, suppliant Ton immense bonté de faire que tous ceux qui en seront dotés soient pourvus par Toi des richesses de la grâce et de la gloire, ici et dans l'éternité, pour les siècles des siècles. Amen. »

Il les tendit à Séverin, afin qu'il les remit à son épouse
.
Revenir en haut Aller en bas
Lulue

avatar

Messages : 7
Date d'inscription : 03/12/2011

MessageSujet: Re: Mariage de Davia Corsu de Villandry et de Séverin Anatole de Volvent   Mar 29 Mai - 22:14

Terrée dans son coin d’ombre, Lucie pensait n’avoir que le vide pour compagnie. Et finalement non, une Capitaine Blanche prit place à l’autre bout du banc sans la remarquer. Elle pouvait donc écouter religieusement la cérémonie qui la replongeait forcément à celle qu’elle avait vécu quelques jours plus tôt, bien que différente.

Et quelques minutes plus tard, c’est un chauve fan des poneys roses qui s’étala à ses pieds et la déconcentra donc. Un petit rire en voyant la gamelle, qu’elle retint tant bien que mal, la privant de ce fait d’aider son ami à se relever.


Entre les éternuements et les chutes, tu vas finir par être privé de mariage. Tu ne t’es pas fait mal au moins ?

Comme pour anticiper la réponse, connaissant le grand enfant que Gourry était, la Brune approcha ses lèvres de la joue du chauve pour y déposer un baiser. Genre les bisous cicatrisant qu’on fait aux petits.

J’crois que c’est notre Capitaine qui t’as fait un croche pied… tu ne fais pas la poids je te rassure.

Sourire à nouveau sur le minois.
Revenir en haut Aller en bas
Severin de Volvent

avatar

Messages : 155
Date d'inscription : 18/11/2010

MessageSujet: Re: Mariage de Davia Corsu de Villandry et de Séverin Anatole de Volvent   Mar 5 Juin - 0:48

Le renart comme une bonne partie de l'assistance sans doute se trouvèrent surpris par le bruit que fit l'invité retardataire.
Dans la solennité que réclamait l'instant, le renart se trouva gêné et pourtant conserva un air grave.
La cérémonie poursuivrait son cours.

C'est ainsi qu'il reporta son attention sur l'officiant qui lui tendit les pièces d'or.
Il inspira et se saisit à nouveau de la délicate main de Davia pour lui glisser les pièces.

Son regard chercha à nouveau le sien.
De sa voix calme masquant impeccablement la boule d'angoisse qui lui nouait le ventre, il déclama.


- De cet or je te doue et de mon corps je t'honore.

Si la phrase paraissait belle dans un rituel lui même très agréable, le renart ne put s’empêcher de penser comme il lui était souvent arrivé depuis que le mariage était programmé, à la partie du mariage ou il lui faudrait honorer son épouse.
Il la regarda, légèrement inquisiteur.
Y avait elle pensé elle aussi ?

Il préféré cesser une nouvelle fois d'y penser et adressa a Davia un sourire tendre.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Davia_corsu

avatar

Messages : 209
Date d'inscription : 04/03/2012
Age : 21

Pour améliorer le rp
écus:
0/0  (0/0)
RP: En cours

MessageSujet: Re: Mariage de Davia Corsu de Villandry et de Séverin Anatole de Volvent   Mar 5 Juin - 12:11

L'azur de ses yeux plongé dans ceux de Séverin, elle était pendue à ses lèvres.

Les mots prononcés étaient explicites et, alors qu'elle recevait les arrhes, les glissant dans la petite bourse de tissu prévue à cet effet, elle ne put que rougir. Bien sûr qu'elle resterait près de lui, dans la richesse et la pauvreté, bien sûr qu'elle estimait que leur relation était bien plus riche que l'argent et l'or de ce monde, mais pour ce qui était du corps...

Ils s'entendaient fort bien, à tout point de vue. Mais leur entente était tout sauf charnelle, même si peu à peu, ils apprenaient à se connaître. Elle redoutait la nuit de noce, bien plus qu'elle ne l'aurait imaginé. Elle s'en était d'ailleurs ouverte à sa marraine qui, bienveillante, l'avait rassurée. Tout se passerait bien. Sans doute avait-elle raison, tout se passerait bien. Mais elle se rendit compte qu'au final, elle en savait bien peu sur Séverin et que, face à l'inconnu, elle se trouvait démunie.

La tendresse qu'ils éprouvaient l'un pour l'autre les aiderait, à n'en point douter. Elle lui sourit et, comme il était convenu lors du rituel, les joues encore rougies, prenant doucement les deux mains de Séverin, ils s'agenouillèrent face à face. Le coeur serré, l'angoisse lui étreignant toujours la poitrine, ses yeux étaient embués par l'émotion.
Revenir en haut Aller en bas
uriel

avatar

Messages : 11
Date d'inscription : 30/10/2010

MessageSujet: Re: Mariage de Davia Corsu de Villandry et de Séverin Anatole de Volvent   Mar 5 Juin - 20:53

Et le rituel touchait à sa fin, Uriel se tourna et prit à côté de l'autel un objet qui fumait : un encensoir.
Il fit le tour des mariés avec celui-ci, les encerclant de cette fumée à l'odeur si particulière ; les volutes s'élevèrent vers les voûtes de la chapelle, se prenant dans la lumière diffuse des vitraux, à moins que ce ne fut l'inverse.

Le prêtre déposa alors l'encens et dit alors :


Prions, frères très chers, Dieu omnipotent qui a daigné répandre la grâce de Sa bénédiction, pour que se multiplie la descendance du genre humain. Et demandons -Lui qu'Il garde Lui-même Ses serviteurs ici présents Séverin-Anatole et Davia, qu'Il a appelés à l'union matrimoniale.
Qu'Il leur donne des sens apaisés, des cœurs accordés et une conduite gouvernée par un mutuel amour.
Qu'ils obtiennent aussi, par Sa faveur, des enfants, et qu'étant le don que Lui même leur accorde, Llui-même leur maintienne Sa bénédiction ; qu'ainsi ses Serviteurs ici présents Le servent en toute humilité de leur cœur, eux qui ne doutent pas d'avoir été l'objet de Sa rédemption et de la richesse de Ses dons.

Il prit alors le pain et le rompit, puis la coupe et la remplit. Partageant ce simulacre de repas avec les mariés, les témoins et enfin, toutes les personnes présentes.

Allez maintenant dans la paix du Très-Haut.

Ainsi se clôturait ce sacrement, si particulier, en cette simple chapelle, car il n'en fallait guère plus pour célébrer l'union de deux êtres ...
Revenir en haut Aller en bas
Maturin

avatar

Messages : 7
Date d'inscription : 06/03/2012

MessageSujet: Re: Mariage de Davia Corsu de Villandry et de Séverin Anatole de Volvent   Sam 9 Juin - 6:11

Du fond de la chapelle, je suivais la cérémonie.
je priais intérieurement pour que mon maître ne flanche pas.
Il avait trouvé son courage et la tendresse qu'il éprouvait pour Davia avait semble t'il pu supplanter les angoisses que je lui devinait.

C'était un grand pas pour l'homme.
Severin de Volvent entamait un nouveau chapitre de sa vie, et je me préparais a le soutenir sur les chemins sinueux que cela représentait pour un homme que je connaissais comme personne, dont je savais et taisais les secrets, les hontes, les peurs.

Je ne serai plus celui qui accourait a son chevet lorsqu'il crierait, réveillé en nage d'un cauchemar.
Je ne serai plus le bras qui soutiendrait le sien quand il se sentirait mal.
oh certes je resterai le confident des choses qu'il ne voudrait partager avec Davia, mais je ne serai plus le pilier principal sur lequel il pourrait s'appuyer.
Davia prendrait sa place et bien que je lui devinais des élans antipathiques à mon égard, par ce mariage, j'entrais à présent à son service et aussi vrai que le bonheur de mon maître dépendrait du sien, je lui serai fidèle et dévoué.

Je me trouvais soudainement ému, n'ayant aucune des servantes ribaudes à attendrir par quelque larme bien placée.

J'était heureux pour mon maître et éprouvait quelque part une forme de soulagement.

La cérémonie prenait fin, mais il manquait à mon goût quelque chose que j'estimais nécessaire à tout mariage.


- Le baiser !

Osai je crier du fond, d'une voix volontairement grimée pour ne pas me faire découvrir de mon maître, me cachant derriere les silhouettes des derniers invités dans une petite chapelle qui paraissait bien pleine.

Franchirait il le pas ?
Un sourire aux lèvres j'observais. Il ne manquait plus que je sois soutenu par les invités au mariage.
Revenir en haut Aller en bas
Severin de Volvent

avatar

Messages : 155
Date d'inscription : 18/11/2010

MessageSujet: Re: Mariage de Davia Corsu de Villandry et de Séverin Anatole de Volvent   Mar 12 Juin - 22:38

ça y est.
Ils étaient mariés.
L'homme d'église mettait fin a la cérémonie les renvoyant dans la paix.
La paix, il lui sembla en être envahi et son sourire se fit plein de reconnaissance envers Davia.
Ils ne signaient la que le commencement d'un long et sinueux chemin, mais a l'instant, le renart ne s'en souciait guère.
Il se sentit envahi du sentiment du devoir accompli lui qui avait promis à la mémoire de sa père de s'acquitter d'une vie normale, fondant ainsi un foyer.
La main trouva a nouveau celle de la jeune épouse, la serra doucement.

Le regard complice chercha celui de Della l'ai de dire " ça y est je l'ai fait".
Qui l'eut cru.

Le cri au fond de la chapelle, au dessus du léger brouhaha des murmures des invités le mis dans l'embarras.
En voila une coutume à laquelle il n'avait pas pensé.
Lui si pudique, si chaste en apparence envisageait un baiser comme un moment si intime qu'il ne pouvait souffrir d’être ainsi offert en public.
Ses yeux se posèrent sur Davia, questionnant, le voulait elle aussi cette preuve d'affection, ce premier pas physique vers l'hymen qui n'en était plus un finalement ?

Le visage un instant se crispa, pourtant, se rapprochant d'un pas, c'est un léger baiser, presque un effleurement que le renart accorda au coin des levres de sa jeune femme.
Profitant de la proximité, il lui adressa les premiers mots d'un époux a son épouse.


- Vous êtes resplendissante...




_________________
Revenir en haut Aller en bas
Davia_corsu

avatar

Messages : 209
Date d'inscription : 04/03/2012
Age : 21

Pour améliorer le rp
écus:
0/0  (0/0)
RP: En cours

MessageSujet: Re: Mariage de Davia Corsu de Villandry et de Séverin Anatole de Volvent   Mer 13 Juin - 12:03

[Qu’il me baise des baisers de sa bouche !
Car ton amour vaut mieux que le vin,
tes parfums ont une odeur suave ;
ton nom est un parfum qui se répand ;
c’est pourquoi les jeunes filles t’aiment.*]


Une vague de bien-être l'envahit. La boule qu'elle avait dans le ventre et qui nouait tant son estomac que sa gorge s'envola d'un coup et c'est radieuse qu'elle plongea ses yeux clairs qui avaient abandonnés le gris pour se parer d'azur, dans les profondeurs de ceux de Séverin. Ses doigts se mêlèrent à ceux de son mari. C'était fini. En fait, ça ne faisait que commencer. La vie d'épouse, être auprès de Séverin, s'installer en Orléans, continuant son chemin auprès des Blanches mais cette fois, goûtant la séparation d'avec celui qu'elle avait choisi et qui était maintenant son mari.

Elle lâcha un soupire, d'aise et de satisfaction. C'est un cri au fond de la chapelle qui la fit sursauter, la sortant de sa torpeur béate et lorsqu'elle compris de quoi il s'agissait, elle s'empourpra. Scrutant son mari d'un air perplexe. Que faire... Leur relation était tout ce qu'il y avait de plus chaste et la relation charnelle n'était jamais allée plus loin que quelques effleurements de mains, ou quelques baisers que Séverin déposait tendrement sur sa paume. Mais là...

Elle reste un instant figée, statue de marbre de rouge vêtue, immobile. Il s'approcha, si vite, si près, et avec douceur, elle sentit ses lèvres sur les siennes, la faisant frissonner. Tendrement, elle caressa la joue de l'époux, lâchant malgré elle un nouveau soupire, puis rougit à son compliment, balbutiant entre ses lèvres.


Merci... Séverin.

Elle prit à nouveau sa main et ensemble, ils partagèrent le pain rompu et la coupe de vin.


*Cantique des Cantiques.
Revenir en haut Aller en bas
Camille d'Anclair

avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 25/04/2012

MessageSujet: Re: Mariage de Davia Corsu de Villandry et de Séverin Anatole de Volvent   Mar 19 Juin - 17:30

L'art délicat et subtil de faire fondre en larmes discrètes une jeune vicaire. Ces deux là avaient eu tout juste. Leur retenue, la profondeur de l'échange de leurs regards, la délicatesse du baiser partagé, la profondeur d'une émotion authentique, tout conduisait à émouvoir Camille au plus au point. Son coeur battait avec force du bonheur de voir son amie enfin unie à cet homme qui avait visiblement tout pour la rendre aussi heureuse qu'elle le méritait enfin. Elle ne savait trop tout ce que son amie avait pu traversé ces dernières amies, ce qu'elle avait du laisser de coté pour avancer en accord avec son coeur et sa Foi en la nature humaine et en les vertus du Très Haut. En cela, elle l'admirait profondément. Malgré que son amie la trouvait une femme forte, c'est en Davia que Camille apercevait force et passion sous un manteau de tempérance et de fragilité. Elle croyait en elle, sans la moindre trace de défiance. Davia était ce que l'on nomme une femme bien et ce jour de félicité, elle ne l'avait que trop mérité!

Attrapant un petit mouchoir, elle vint tamponner pour ne pas se noyer en public et leva un regard doux sur son cavalier, son ami, son confident. Étrangement, ils s'étaient trouvés tous deux, aux portes de l'ordination. La vie était étrange parfois et prenait de drôle de route. Mais Camille savait désormais qu'elle finissait toujours par trouver son but et elle pria silencieusement que le Très Haut fasse de ce mariage le refuge et l'asile de sérénité au centre de la vie de son amie. Tout homme et toute femme méritait ce jardin secret de repos.
Revenir en haut Aller en bas
Della

avatar

Messages : 529
Date d'inscription : 17/07/2010

MessageSujet: Re: Mariage de Davia Corsu de Villandry et de Séverin Anatole de Volvent   Jeu 21 Juin - 17:52

La gorge de Della se serra alors que son coeur accélérait son rythme, ils étaient mariés ! Son cher cousin était marié...il était heureux, ils étaient heureux et Della aussi !

Elle laissa la célébration se terminer, elle sourit au baiser timide de son cousin à son épouse, se rappelant alors ses propres noces et la nuit qui suivit...elle rosit.

Puis, lorsque le mariage fut scellé, elle se leva et s'en alla d'abord vers les mariés pour les féliciter tous les deux, les embrasser avec cette chaleur fraternelle qu'elle avait toujours eue envers Séverin et que désormais, elle aurait aussi pour sa cousine Davia. Ensuite, elle se rendit auprès d'Uriel afin d'apposer sa signature sur le grand registre de la chapelle et échanger quelques mots avec lui, le remercier et aussi lui confier une bourse bien remplie pour les nécessiteux qu'il trouverait très certainement sur son chemin.

La journée était belle, son souvenir resterait.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mariage de Davia Corsu de Villandry et de Séverin Anatole de Volvent   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mariage de Davia Corsu de Villandry et de Séverin Anatole de Volvent
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
 Sujets similaires
-
» Mariage de Davia Corsu de Villandry et de Séverin Anatole de Volvent
» Quelle couleur avec quel mariage pour mes juments?
» Tradition du mariage breton
» Faire part de mariage
» mariage de Melisende et d'atolchamb

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Maison d'Amahir :: Partie HRP et archives générales :: Archives générales :: Montpipeau :: Le Château de Montpipeau :: La Haute Cour :: La Chapelle Ste Dwywai, dite la Frénétique-
Sauter vers: