Maison d'Amahir



 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Ou Le renart s'entretient avec les enfants de Montpipeau

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Severin de Volvent

avatar

Messages : 155
Date d'inscription : 18/11/2010

MessageSujet: Ou Le renart s'entretient avec les enfants de Montpipeau   Jeu 21 Juin - 12:11

Prenant tres au sérieux la tâche qui lui était alors confiée d'assurer l'éducation des enfants de Montpipeau, le renart s’attela a dresser les grandes lignes telles que les avaient imaginé le Duc d'Orléans.

Cependant, aucun programme ne saurait tenir s'il ne faisait au préalable pas la connaissance des enfants.

S'il connaissait bien Gabriel, il connaissait moins bien Charles Louis, le fils de Nabel , sa nièce, ainsi que les deux demoiselles qui venaient compléter ce petit groupe.

C'est alors que le renart les fit convoquer à la bibliothèque par Maturin et les dames de chambre de Montpipeau.

Assis , accoudé a une table au dessus de la quelle un parchemin se trouvait déroulé, le renart prenait des notes au fur et a mesure.

Le recrutement d'une gouvernante lui parut essentielle. Il en ferait une priorité.

Il attendit donc que les enfants se présentent.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
gabriel_de_volvent

avatar

Messages : 32
Date d'inscription : 23/11/2011

MessageSujet: Re: Ou Le renart s'entretient avec les enfants de Montpipeau   Dim 24 Juin - 20:12

C'est un gabriel un peu palichon qui se présenta face à la porte ce matin là...comment vous dire...un bon mal de ventre et les yeux qui piquent. mais il en fallait plus pour l'arreter. Tonton donnait un cours magistral, fallait pas louper ça!

Venu avec sa besace pleine de parchemin et des plumes, il toqua à la porte et attendit que l'on vienne lui ouvrir.

Sur quoi allait porter ce premier cours se demandait le jeune renard.
Revenir en haut Aller en bas
amellia.

avatar

Messages : 16
Date d'inscription : 08/01/2012

MessageSujet: Re: Ou Le renart s'entretient avec les enfants de Montpipeau   Lun 25 Juin - 19:03

On n'allait pas jeter la faute sur qui que ce soit mais c'était un fait: la fillette s'était retirée de la vie normale pour explorer son esprit. Trop d'ennuie avec sa nounou, trop d'ennuie éloignée de Della.... Les adultes n'étaient pas assez présent pour elle, elle qui manquait tant d'amour plus que tout autre choses. Elle avait bien eu cet Antoine, précepteur formidable, jusqu'a ce qu'il ait la facheuse idée d'aller faire un voyage en roulotte!!! Quelle idée!!! Bin la petiote qui s'était attachée à ce compteur d'histoire accumulaient un nouveau manque. Il fallait qu'elle ajoute à cela le voyage en Bourgogne avec Delamark, joyeuse fuite du monde difficile dans lequel cette gosse vivait. A sa grande déception il y avait eu la guerre et pour la protéger les adultes l'avait laissé une ville en retrait, puis étaient censé venir la chercher.... Elle attendait encore. Jusqu'à ce que des paysans sans histoire lui donne de quoi se nourrir et attendant qu'un groupe la ramène à Sémur. Encore une fois elle ne jetait la faute sur personne et sur tout le monde à la fois, il est clair que le monde d'adulte n'est pas fait pour des enfants n'appartenant à personnes. C'était aussi ca son problème, d'être une orpheline, sans parents, sans adultes lui appartenant et vice versa pour lui donner de l'amour. La gosse au vue de tout le monde ne manquait de rien, sa mine toujours triste était interprêté comme un manque de respect à ce que les gens lui donnait. Il est vrai que grâce à Della la petite avait une chambre magnifique, des poupées de partout et des vêtements sublimes quand elle le voulait. Amellia recevait une bonne éducation, lorsque les précepteur daignait lui en donner une. Elle avait aussi la chance d'avoir une nounou, parfois trop peu présente. Mais il lui manquait l'amour, les longues après-midi avec une personne l'aimant à elle. Della avait son fils à elle....

Une lettre pour la jeune fille avait été envoyé, surement une connaissance à Della pour lui fournir une éducation. Voilà quelque choses qui pourrait surement lui changer les idées, mais qui ne lui apporterait pas ce dont elle avait le plus besoin. Soit ! Il fallait accepter ce que la vie vous offre.... Pas tellement convaincu de cela la fillette alla au lieu dit. Il y avait déjà un enfant, et un monsieur qu'elle avait déjà vu quelque part. Il fallait se présenter.... La fillette qui n'avait pas la langue dans sa poche se présenta donc:


Je m'appelle Amellia et j'ai 7 ans. J'habite à Sémur et c'est Della qui s'occupe de moi. Mais pas toujours. J'ai des poupées et j'ai une nounou qui fait tout le temps dodo.

Elle se stoppe et se gratte la tête d'un air pensif. Elle avait fait le tour. La blondinette aux grands yeux azur si expressif se tut et regarda le messire. Il fallait bien l'avouer, elle avait une gueule d'ange même si parfois son innocence lui faisait faire des âneries.
Revenir en haut Aller en bas
Severin de Volvent

avatar

Messages : 155
Date d'inscription : 18/11/2010

MessageSujet: Re: Ou Le renart s'entretient avec les enfants de Montpipeau   Mar 26 Juin - 3:36

Le renart ne cacha pas sa satisfaction de voir arriver le premier son neveu.
Il n'en attendait pas mieux et sourit au jeune garçon qui assidu avait même apporté de quoi travailler quand il ne s'agissait encore la que d'un entretien.

Si le renart s'était écouté, il aurait introduit cette rencontre par un cours de philosophie ou de manière plus détendue un cours de calligraphie.
Pourtant, il lui était la volonté autant que le défi de ne pas laisser le système éducatif qu'il souhaitait mettre en place, se biaiser de l'éducation stricte et si dénuée de plaisir qui avait été la sienne.

L'enthousiasme de Gabriel était la pour lui rappeler justement qu'il lui fallait sans cesse mettre de l'eau dans son vin.


- Le bonjour Gabriel, je vous en prie asseyez vous. Je ne vous cache pas ma joie de vous voir arriver le premier, en tant que le plus âgé vous montrez ainsi l'exemple.

L'arrivée de la jeune Amellia ravit également le renart. Il ne sourit pas, mis d'un signe de la tête invita la jeune enfant à s'approcher.
Poliment cette dernière se présenta, il ne l'apprécia que plus.


- le bonjour Jeune fille. Il est plaisant de constater que vous faites preuve d'une éducation déja remarquable.

Il sourit pour la seconde fois.

- Je suis Severin Anatole de Volvent, cousin de Della, intendant de Montpipeau. Je serai désormais en charge de votre éducation, et veillerai à ce que vous ne manquiez de rien.

Il avisa Gabriel pour que celui ci se présente.
Il était important que les enfants de Montpipeau se connaissent et se soutiennent.


- Nous nous rencontrons aujourd'hui pour discuter de vos aspirations et désirs. Nous attendrons encore un peu Charles et La demoiselle Giffard.

Non il n'ignorait pas ce dont avaient besoin de jeunes enfants pour avoir une éducation a la hauteur des attentes du duc.
Ce qu'il voulait cependant, c'est que cette éducation soit épanouissante, et à cet effet, quoi de mieux que d'interroger les jeunes enfants pour mieux les connaitre et ainsi s'adapter à leurs besoins ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
amellia.

avatar

Messages : 16
Date d'inscription : 08/01/2012

MessageSujet: Re: Ou Le renart s'entretient avec les enfants de Montpipeau   Mer 27 Juin - 21:16

La mine un tentinet boudeuse de la petite ne bougea pas trop. Jusqu'alors le messire avait tenu le même discours que le précepteur précédent. Et y en avait dans le ciboulo d'Amellia pour faire les liens. Mais aux phrases de Séverin la blondinette répondit d'un air désolé:

Je sais que vous n'allez pas réussir monsieur Séverin.

Elle faisait allusion a ce qu'elle ne manque de rien... Evidemment qu'elle manquerait encore et encore d'amour et de parents qui la cajole et qui la regarde avec fierté. Evidemment qu'elle ne serait pas la fille de quelqu'un mais encore un enfant qui a des chances de réussir ou non. La gamine ne perdait pas le nord, et le renart s'en rendrait bien vite compte. Quant aux aspirations et aux désirs la fillette en toute innocence répondit du haut de ses 7 printemps.

Moi je désire un papa et une maman.

Bien la couleur était annoncé, la tâche serait donc bien difficile au professeur dont on ne peut lui souhaiter que du courage. La fillette, observa le gamin qui n'avait pas encore causé et s'assied près de lui. A moitié timide et trop curieuse à la fois son coeur balance. Mais finalement le coeur ne lui dit pas de parler, maintenant elle écoute, le messire aurait surement beaucoup à leur apprendre.
Revenir en haut Aller en bas
Severin de Volvent

avatar

Messages : 155
Date d'inscription : 18/11/2010

MessageSujet: Re: Ou Le renart s'entretient avec les enfants de Montpipeau   Sam 30 Juin - 4:09

Le renart se trouva désarçonné par les paroles de la jeune Amellia.
Si jeune, la petite fille dégageait une mélancolie familière au renart.

Celui ci ne sut pas que répondre.
On lui avait demandé d'assurer aux enfants de Montpipeau une éducation, pas de les doter d'un père et d'une mère.
Il regarda inmanquablement Gabriel.
Il était certes plus agé mais se trouvait lui aussi privé de ses parents.

Charles était dans le même cas, sa mère Nabel était portée Disparue, et son père... le renart n'avait aucune idée de qui cela pouvait etre.

Le renart prit une grand inspiration et planta a nouveau un regard bleu et triste dans celui de la petite fille.

Il se leva, contourna la table et se rapprocha d'elle
.

- Amellia... il vous faut être courageuse. J' ai perdu mes parents jeune, et Gabriel ici présent n'a plus ni son père ni sa mère depuis quelques années déjà. Rien ne peut remplacer une mère et un père et je suis certain que les vôtres sont dans votre coeur la.

Il ignorait tout du passé de la petite fille, mais tentait de la rassurer.

- Auprès de Della et Kéridil, nous tenterons de former une famille, nous nous occuperons bien de vous...

Il ne savait pas parler d'amour, même aux petites filles.
La ou Davia aurait serré la petite fille contre elle, Severin se contenta de sourire, et si Amellia le connaissait quelque peu, elle saurait qu'il n'était pas homme a prodiguer moult sourires.


- Della a un coeur assez grand pour vous prodiguer de l'amour qu'elle porte a son propre fils, et puis Davia sera bientôt de retour a Montpipeau. Quand à moi, je serai comme une sorte de précepteur. Et puis Je suis certain que Gabriel s'occupera de vous comme de sa propre soeur ?

Le renart ne savais pas sur quel terrain il s'aventurait, mais il voulait avant tout rassurer Amellia.

- Puis nous ferons de vous une jeune fille accomplie ,n'est ce pas ? Qu'avez vous envie de faire plus grande ? Qu'est ce qui rendrait vos parents fiers de vous ?

Était ce la bonne manière ?
Il ne le savait.
Mais la petite fille lui inspirait de la tendresse, et c'est de sa voix la plus douce qu'il s'était adressé à elle.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Davia_corsu

avatar

Messages : 209
Date d'inscription : 04/03/2012
Age : 22

Pour améliorer le rp
écus:
0/0  (0/0)
RP: En cours

MessageSujet: Re: Ou Le renart s'entretient avec les enfants de Montpipeau   Sam 30 Juin - 15:58

Et Davia avait effectivement fini par rentrer à Montpipeau. Elle avait voulu en faire la surprise à son époux et tendit qu'il vaquait à ses occupations, après avoir pris un bon bain pour se décrasser des nombreux kilomètres avalés, elle avait troqué cotte de maille, cuissardes et gantelets pour une robe d'un fin lin bleu pâle. Les cheveux noués d'un simple ruban blanc, à petit pas menus, elle s'était faufilée jusqu'à la bibliothèque.

Sa main abîmée pour avoir trop manié l'épée, avait très silencieusement poussé la porte et elle s'était arrêtée dans son élan, écoutant. Séverin semblait converser, elle se demandait avec qui. Sans vouloir être curieuse, sans aucun désir d'épier avec mauvais esprit, elle surpris donc la conversation et esquissa un sourire tendre en entendant les mots de l'enfant.

Un papa et une maman, n'était-ce pas la première chose importante au monde? Elle avait toujours voué une adoration sans borne à son père, et même lorsqu'il était loin, combattant, lui écrivant peu, elle se nourrissait de récits de chevaliers, l'imaginant, lui, le beau, le splendide bellator francorum, sur son fier destrier, à combattre pour le droit, la justice, la paix. Et lorsqu'il revenait, elle se noyait dans ses bras, pour en avoir tout son saoul de cet amour qu'il lui donnait et dont elle avait tant besoin pour vivre. Elle avait toujours souffert de la trop grande absence de sa mère, allant se réfugier dans les jupons de sa grand-mère pour avoir ses câlins, cette oreille attentive et les délicieux gâteaux qu'elle aimait tant.

Finalement, la jeune femme poussa la porte, doucement elle s'avança, faisant discrètement signe aux enfants de se taire, elle aurait aimé enlacer Séverin, se collant dans son dos et l'embrassant avec tendresse dans le cou, mais c'était beaucoup. Beaucoup pour eux qui se connaissaient encore si peu, qui se touchaient si peu, alors doucement, espiègle, elle souffla dans son cou et murmura:


Bonjour messire le précepteur, ces enfants-ci sont ils sages?

Lentement, elle le contourna, venant se caler en face de lui, lui faisant un sourire tendre.

Est-ce que vous m'acceptez pour votre leçon? Je serai sage, c'est promis!

Avec malice, elle fit un clin d'oeil à Amellia et Gabriel.
Revenir en haut Aller en bas
gabriel_de_volvent

avatar

Messages : 32
Date d'inscription : 23/11/2011

MessageSujet: Re: Ou Le renart s'entretient avec les enfants de Montpipeau   Dim 1 Juil - 14:21

Le renardeau surprit bien dans le regard de son Oncle une pointe de fierté , ce qui eu pour résultat de lui faire bomber legerement le torse. Oui il serait ravi de montrer l'exemple et aider les plus jeunes que lui ne le rebutait pas, bien au contraire. Il souria donc a la petite fille qui vient s'installer près de lui et les écouta échanger.
Un papa,une maman, beh vi c'est sur c'est drolement chouette, sauf que...bin si on en a plus, on en a plus. Mais ce que disait séverin etait bien vrai. Sa mère et son père resteraient toujours dans son coeur et quand il lui arrivait de se sentir seul, il repensait a eux, tachant de garder en mémoire leur traits. Ce qui commençait a le desesperé un peu, il faut l'avouer, car leur traits commençaient à s'estomper au fur et à mesure qu'il prenait de l'age. Mais bon, ce disait il au moins il me reste la certitude qu'ils m'auront aimé jusqu'au bout.

Quand son oncle evocqua l'idée qu'il pourrait s'en occuper comme d'une soeur, Gabriel fit un grand sourire à la petite fille. Si elle voulait bien de lui en grand frère il serait ravi de s'en occuper, il imaginait déjà les balades en clairiere, lui montrer les fleurs dont il connaissait le nom et lui raconter des histoires pour la faire rire. En dehors du chateau si sécurisant et chaleureux, il commençait une vie de presque adulte, mais en son enceinte, il pouvait etre un garçon comme les autres, aimant courir et jouer. Et si il commençait a e^tre trop grand pour les calins de della ou davia, rien l'empechait d'en faire a Amélia.

Il vit alors arriver davia, justemet et allait courir devant elle quand il aperçut son signe de rester coit. Il lui sourit complice et attendit son tour pour aller la saluer.
Revenir en haut Aller en bas
amellia.

avatar

Messages : 16
Date d'inscription : 08/01/2012

MessageSujet: Re: Ou Le renart s'entretient avec les enfants de Montpipeau   Dim 1 Juil - 23:32

Des parents elle en avait, ils l'avait gentiement abandonnée la veille de ses 7 printemps parce qu'elle était une enfant née hors mariage et donc batarde. Ce n'était pas une enfant qui avait eu une once d'amour de ses parents. Ils n'étaient d'ailleurs pas mort et même bien en vie.... Jamais elle n'aurait ce souvenir si doux d'une maman aimante et d'un papa fier d'elle. Le plus tragique pour elle c'était que ce n'était même pas la mort qui lui oterait ces privilèges. Mais cela, ils ne pouvaient pas le savoir, et la vision de former une famille avec Della semblait un peu difficile. La dame avait un emploi du temps bien trop remplis, par ses fonctions, son mari et son vrai enfant! Elle ne serait jamais que la pièce raportée si jamais elle était intégrée dans une famille comme cela. Elle ne serait pas non plus adoptée, elle le sentait et cela l'attristait encore plus. Ne voulant pas s'étaler plus avec ses histoires malheureuses et ne voulant pas casser l'optimisme de l'homme qui y mettait du coeur, la fillette décida de ne pas renchérir.

Elle s'enfonça dans le siège et observa la dame qui faisait un drôle de numéro. Amellia regardait aussi son voisin tout sourire qui semblait boire les paroles de Séverin et déjà endosser un rôle de grand frère. La petite blonde avait subi beaucoup de choses dure et s'était forgée une carapace pour se protéger des souffrances de la vie. Elle pouvait ainsi paraître dure er sans coeur, pourtant c'était une enfant des plus fragile qui ne demandait qu'à être aimée. Peut être qu'elle trouverait quelqu'un qui voudrait bien d'elle en temps qu'enfant propre à cette personne.
Revenir en haut Aller en bas
Severin de Volvent

avatar

Messages : 155
Date d'inscription : 18/11/2010

MessageSujet: Re: Ou Le renart s'entretient avec les enfants de Montpipeau   Lun 2 Juil - 15:27

Face à la non réponse de l'enfant, le renart sourit.
Il connaissait ce regard.
Il le connaissait très bien, il se reflétait encore dans ses prunelles métalliques.
Si la petite fille savait qu'elle enfant déchiqueté il avait été, peut etre verrait elle en lui la main tendue.
Son père était mort, sa mère n'avait vécu que dans le souvenir d'une enfant qu'on lui avait volée, Oderay, la mère de Gabriel.
Dans cette famille déchirée et endeuillée, le renart n'avait jamais effleuré ce que c'était que d'avoir une vraie famille, que de se sentir vraiment à tel point que dans son esprit toute idée de bonheur, se soldait immanquablement par un echec, une tragédie, la mort.

En sentant la présence de Davia dans son dos, le renart frémit légèrement.
Davia était celle en qui il avait vu l'espoir.
L'espoir de réapprendre , de vivre, de connaitre ce qu'il avait passé des années à fuire.

Il glissa la main en arrière pour saisir et serrer la sienne et hocha la tête sans lui répondre directement.

Sa main trouva ensuite a se glisser dans les mèches blondes.


- Ne soyez pas triste... Vous pourrez toujours compter sur nous.

Il la regarda sérieusement, puis son regard glissa sur Davia.
Un instant il glissa sur son abdomen. Elle serait bientôt mère, lui père, enfin il aurait sa propre famille à gérer.
Et même si l'enfant qui naitrait ne serait pas de son sang, aussi bien qu'il avait pris le role de parent pour Gabriel, il s'engagea d'une promesse sincère envers Améllia.


- Apprenons a nous connaître voulez vous ?

Il sourit. Et se rapprocha de Davia.

- Voici Davia, mais vous la connaissez déja n'est ce pas ?vous avez si gracieusement servie de jeunes demoiselles d'honneur lors de notre mariage ...

Il la couva d'un regard tendre et poursuivit.

- Commençons, Charles et Prudence nous rejoindrons. Gabriel, voulez vous commencer? Ainsi Améllia aura une idée de ce que je voudrais qu'elle exprime. Dites nous ce a quoi vous aspirez ? Vous serez bientôt un jeune adulte, vous avez jusqu'ici reçu un enseignement assez complet mais quelles sont vos ambitions ? Et en quelle mesure pourrions nous vous aider à vous réaliser ?

Il reprit place et invita Gabriel a prendre la parole.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Prudence Giffard

avatar

Messages : 12
Date d'inscription : 26/04/2012

MessageSujet: Re: Ou Le renart s'entretient avec les enfants de Montpipeau   Lun 2 Juil - 22:12

A force de ne pas ouvrir la bouche par timidité, je m'étais perdue en chemin. Refusant d'ouvrir la bouche pour demander mon chemin, j'avais eu bien du mal à trouver la salle, surtout que je ne connaissais pas vraiment les lieux.
On m'avait dit de me rendre à la bibliothèque, mais où était elle ? Je ne le savais pas très bien, mais au bout de longues minutes intensives de recherches, je trouvai la fameuse pièce où l'on devait m'attendre.

J'entrai, doucement, les joues légèrement rosées après cette course, mais le regard fixe et déterminé. J'avais appris depuis longtemps à garder mes yeux bleus bien droits, de ne pas les laisser refléter mes émotions, comme la gène à ce moment là.


Pardon. Perdue.

Simplicité.
De mémoire d'homme, je n'avais dû faire que trois phrases longues en public, en dehors de Lillebonne. Mais depuis que mon père et ma soeur m'avaient laissée ici, je ne pouvais plus. C'était au dessus de mes forces. Le silence, j'y avais été contrainte tant d'années, puis délivrée du couvent par une aînée on ne peut plus bavarde, puis remise ici. Peut être avais-je trop parlé, qui sait.
Mes petits poings fermés, droite, les pieds collés, je regardai l'homme.

Je savais où je l'avais déjà vu, et la femme aussi. Ils étaient mariés. J'avais regardé la cérémonie, tranquille, sur mon tabouret. Personne n'était venu me déranger dans ma solitude, ce qui m'arrangeait fort bien.
Mais aujourd'hui, il me semblait que les choses allaient changer, et qu'on allait vouloir que je parle.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
gabriel_de_volvent

avatar

Messages : 32
Date d'inscription : 23/11/2011

MessageSujet: Re: Ou Le renart s'entretient avec les enfants de Montpipeau   Mar 3 Juil - 0:01

Citation :
Commençons, Charles et Prudence nous rejoindrons. Gabriel, voulez vous commencer? Ainsi Améllia aura une idée de ce que je voudrais qu'elle exprime. Dites nous ce a quoi vous aspirez ? Vous serez bientôt un jeune adulte, vous avez jusqu'ici reçu un enseignement assez complet mais quelles sont vos ambitions ? Et en quelle mesure pourrions nous vous aider à vous réaliser ?

Il s'appretait à parler quand une autre petite fille fit son entrée. prudence en déduit il. Il la salua d'un sourire puis se retourna vers son Oncle.

Déjà bonjour dame Davia! je suis heureux de vous revoir!

Ensuite, ce à quoi j'aspire... Il réfléchit un instant, la question semblait simple mais l'était elle réellement?Et bien j'aspire déjà a vivre en tant qu'un bon Fidèle. Ensuite, il m'est donné la possibilité de servir mon duché par la diplomatie, j'aimerais donc m'acquiter de cette tache le mieux possible.

Petite pause marquée...

Enfin, j'aimerais servir Notre Duc Keridil à travers les Lames d'Amahir.
Je pense ainsi que si j'allie diplomatie, maitrise des armes et foi, je pourrais etre un adulte accomplit sur lequel on peut compter.


Voilà dans l'ensemble, ses aspirations résumées. Il regarda son Oncle,attendant son verdict.
Revenir en haut Aller en bas
Davia_corsu

avatar

Messages : 209
Date d'inscription : 04/03/2012
Age : 22

Pour améliorer le rp
écus:
0/0  (0/0)
RP: En cours

MessageSujet: Re: Ou Le renart s'entretient avec les enfants de Montpipeau   Mar 3 Juil - 13:28

Souriant à son époux, saluant d'un petit signe de tête Gabriel et la petite Amellia, la jeune femme alla prendre place non loin, croisant les jambes, attentive. Puis, la petite Prudence fit son entrée. Au travers de ses jolies prunelles, elle revoyait Leha. Bien qu'elle ne connaisse pas énormément la grande soeur de l'enfant, les deux femmes s'étaient liée d'amitié et le fait de voir Leha tomber au combat, juste sous ses yeux, avait scellé de façon tacite entre elles, un lien indestructible qu'était celui d'être soeur d'armes.

Machinalement, Davia tendit la main à Prudence pour qu'elle s'approche d'elle et tout en écoutant les dires de son neveu, elle se pencha vers Prudence et lui murmura doucement.


J'ai vu ta grande soeur, dans le Maine, elle m'a chargé de te dire qu'elle pensait à toi et qu'elle t'embrassait très fort et je lui ai proposé de venir ici pour nous voir, pensant que ça te ferait plaisir.

Elle lui sourit et lui fit un clin d'oeil, se concentrant à nouveau sur Gabriel. Esquissant un léger sourire. Décidément, son neveu avait les mêmes affinités qu'elle. S'il avait été une femme, nul doute qu'elle l'aurait poussé à entrer chez les Blanches. Peut-être, à l'avenir, l'ordre de la Licorne l'inspirerait-il? En attendant entre les lames et la diplomatie, il était certain qu'ils se reverraient souvent. Elle tourna légèrement la tête, observant Amellia. Les enfants ici présent avaient déjà soufferts, trop pour leur âge, elle se demandait s'ils sauraient leur apporter assez d'affection, car au fond, c'était de ça dont ils avaient le plus besoin.
Revenir en haut Aller en bas
Prudence Giffard

avatar

Messages : 12
Date d'inscription : 26/04/2012

MessageSujet: Re: Ou Le renart s'entretient avec les enfants de Montpipeau   Mar 3 Juil - 21:22

Je saisissais la main tendue, non parce qu'il aurait été trop impoli de ne pas la prendre, mais parce que le fait d'entendre parler de ma soeur me rassurait. D'une part, parce que ça voulait dire qu'elle existait bien, qu'elle n'était pas le fruit de mon invention, et que tout ce que je vivais était réel. Mais aussi, ça voulait dire qu'elle m'aimait et pensait à moi, bien qu'elle m'ait laissée ici.

Je me mordis les lèvres, hésitant. Peut être attendait-elle une réponse ? Mais je n'avais rien à dire d'important. Je n'aimais pas quand les grands parlaient pour ne rien dire, ni les excès de mots là où un seul suffisait. Il fallait tout de même répondre quelque chose. Ne serait-ce parce que la mariée avait pris la peine de me parler de quelqu'un qui comptait pour moi, et me rassurer.


Elle ne viendra pas. Trop occupée. M'a laissée toute seule, ici ...

Ma voix avait déraillé, étouffant un sanglot. J'essayai de me reprendre, ne souhaitant pas afficher de trop mes émotions. C'était inconvenant, car malgré ma timidité je connaissais mon rang, mais aussi parce que la voix d'une enfant devrait plutôt être coupée par des rires ou des sourires, pas par des larmes, comme celles que je sentais monter petit à petit.

Ce n'était pas juste, mais c'était ainsi. C'est ce qui résumait ma vie. Alors à neuf ans, j'avais appris à assumer, et je voulais devenir grande.


Je suis .. Prudence. Prudence Giffard.

Je jetai un regard sur les personnes présentes. Des futurs amis de jeu, peut être ? Au fond de moi, je sentais la petite voix qui me disait de me sociabiliser. Un peu, histoire de ne pas finir muette et dépressive.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Della

avatar

Messages : 529
Date d'inscription : 17/07/2010

MessageSujet: Re: Ou Le renart s'entretient avec les enfants de Montpipeau   Mar 3 Juil - 23:47

Séverin lui en avait parlé et elle avait répondu positivement.
L'idée était la bonne.
Bien sûr, Kéri lui avait confié la charge des enfants de Montpipeau mais il n'y avait que Séverin pour penser ainsi à leur bien-être.

Les enfants de Montpipeau...cela sonnait parfois comme un reproche aux oreilles de Della.
Oh, bien sûr, ils avaient Clément ! Chaque jour, elle remerciait le Ciel pour ce fils tant désiré.
Mais à l'heure où les couples comptaient déjà deux ou trois enfants, elle, elle n'en avait mis qu'un seul au monde.
Si Jack de Valombre avait porté le doute plutôt sur Kéridil, Della ne pouvait s'empêcher de penser que tout venait d'elle, que ce ventre déchiré autrefois par la guerre, avait tout donné pour ce qui était d'une vie.
Alors, les enfants de Montpipeau...elle les adorait, elle les chérissait et en même temps, elle en avait...peur ?

Elle était tellement heureuse que Séverin s'en occupe !
Elle avait tellement de remerciements à lui faire, à ce cher cousin, ce frère, cet autre.
Elle savait comment leur faire plaisir à tous, autant aux enfants qu'à son cousin : elle irait leur faire une visite surprise, à la bibliothèque, aujourd'hui même !

En "mère de famille" attentive, elle avait fait préparer des gâteaux et de grands bols de lait chaud parfumé à la cannelle et au miel.
Ouvrant la marche devant les deux cuisinières portant les plateaux, elle frappa à la porte.
Hé oui ! Même chez elle, elle frappait aux portes avant d'entrer !

Toc toc
Elle entendit la voix de Séverin donner l'autorisation d'entrer et...elle entra, suivie par les deux dames portant plateaux qui se retrouvèrent disposés sur...oups...ça manque de place, ici...Hop hop hop, on débarrasse bien vite un coin de table et...tadam ! le goûter est servi !

Bonjour tout le monde ! Lança-t-elle, le sourire aux lèvres et le regard pétillant.
Pardonnez-moi, mon cousin d'ainsi arriver à l'improviste mais figurez-vous que j'ai trouvé ces bonnes choses à manger qui se promenaient toutes seules dans les couloirs et je me suis dit qu'elles seraient bien mieux, ici...Un grand sourire éclaira son visage et elle se rendit auprès de chaque enfant afin de l'embrasser avec tendresse.

Davia, vous êtes revenue...quel bonheur !
Davia reçut aussi son baiser plein de chaleur parce que elle aussi, elle était formidable.

Fallait-il parler plus, à ces enfants ayant tous comme point commun d'être ici chez eux mais sans leurs parents ? Fallait-il faire plus qu'être là, auprès d'eux, maintenant et leur assurer que chaque adulte ici, au creux de Montpipeau était sincère envers eux ?

Après avoir fait le tour des embrassades, Della s'assit entre Amellia et Prudence, tout en faisant un clin d'oeil à Gabriel.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Severin de Volvent

avatar

Messages : 155
Date d'inscription : 18/11/2010

MessageSujet: Re: Ou Le renart s'entretient avec les enfants de Montpipeau   Mer 4 Juil - 16:26

L'arrivée de Della en plus de la présence de Davia apportaient la douceur qu'il pouvait manquer au renart face a ces enfants aux grands yeux presque aussi mélancoliques que les siens.
Il les accueillit avec un sourire soulagé et se trouva heureux de voir la petite Prudence se joindre a eux et se présenter poliment.
Ces enfants avaient déjà une bonne éducation, il fallait la parfaire, et Gabriel montrait déjà l'exemple de l'ambition qu'il l'animait et c'est saisissant sa plume que le renart nota quelques mots.

Il faudrait a Gabriel et sans doute Charles qui n'était pas encore présent, un maître d'armes, un théologien, rôle qu'il pouvait assumer, et un précepteur en affaires publiques, bien qu'il fut convaincu que Della saurait donner plus que des conseils en matière de diplomatie.


- Remercions tous Della pour cette charmante attention.

Il se sentait bien entouré le renart, aussi poursuivit il en invitant d'un signe de la main les enfants a se détendre et a déguster les gourmandises apportées par Della.
En d'autres temps il aurait fait preuve de plus de rigueur et aurait exigé que l'on attende la fin de l'entretien, mais cela n'était pas un cours, et le but était simplement de s'amadouer pour savoir dans quelle direction poursuivre.


- Merci Gabriel. Vous avez été très clair sur vos ambitions et je vous en félicite. Je voudrais également dire que vous ne pouviez pas rêver meilleures orientations, étant sous le toit de deux diplomates aguerri, neveu d'une blanche en passe de devenir chevalier un jour et diaconesse de surcroit.

Il marqua une pause.

- je pense que nous vous trouverons sans mal au sein des lames un maitre d'armes qui saura vous entrainer. Pour ce qui est de la diplomatie quoi de mieux que la pratique, je vous sais déja vice chambellan ? De plus si nos recherches se font fructueuses, un précepteur pourra venir appuyer vos connaissances, en comptant sur les bons conseils de votre tante Della.

Il sourit a la blonde qui semble t'il serait plus présente en Orléans.
Le tour était aux filles.


- A vous mesdemoiselles. Dites moi ce à quoi vous aspirez... que vous plairait t'il d'apprendre ? de devenir ? Souhaitez vous peut être un peu d'aide ? Della et Davia peuvent parler de ce dont elles rêvaient à votre age et ce qu'elles ont accompli ? Qu'en pensez vous mesdames?

Jamais l'on avait vu un renart plus avenant, le sourire aux lèvres, pourtant il fallait avouer que la présence de tous ces enfants avaient sur le mélancolique des effets plus que bénéfiques.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
amellia.

avatar

Messages : 16
Date d'inscription : 08/01/2012

MessageSujet: Re: Ou Le renart s'entretient avec les enfants de Montpipeau   Mer 4 Juil - 21:59

Une autre fillette entra, Amellia la reconnu de suite! Elle lui adressa un petit sourire et laissa une place pas trop loin d'elle. Davia se montrait adorable avec les enfants et bien vite tout le monde écouta le garçon. La fillette se méfiait encore et toujours des adultes et pris à coeur les dires de Gabriel. Elle comprenait ce qu'il voulait savoir le renart. Enfin c'est ce qu'elle croyait car une fillette de 7 ans a bien du mal à se projeter si ce n'est pour dire des âneries comme ils n'allaient pas tarder à le voir. Della entra. La blondinette ne savait si elle devait lui sauter au cou tant elle était contente de la revoir ou lui faire une tête magistrale pour ne pas avoir pris de ses nouvelles depuis des lustres. Savait-elle que l'enfant avait fugué?

Finalement la blondinette opta pour un visage souriant sans trop non plus. La méfiance des adultes trop occupés par des responsabilités d'adultes s'endurcissait au fur et à mesure de ses expériences de la vie. Peut être n'y avait il plus d'espoir pour cette gosse? Ou peut être qu'elle avait tout faux et que son bonheur était tout prêt sans qu'elle ne le sache. Elle trouvait un petit équilibre avec la présence des enfants, eux au moins ils étaient sincères!

Le goûté elle n'en voulait pas, il était exactement semblable à celui qu'elle avait prit la dernière fois qu'une adulte avait voulu l'empoisonnée pour se débarasser gracieusement d'elle. Depuis ce jour elle ne prenait plus de gouté ou presque plus. Malgré tout elle ne pouvait s'êmpécher de zieuter sur la belle Della et la belle Davia, la sonorité était presque pareille ....amusant ^^
Séverin demanda aux filles de dire leurs ambitions bien bien il allait être servit. Il savait deja qu'Amellia chercher plus que tout une famille et que cette seule obsession semblait lui empêcher de voir plus loin pour elle. De plus à 7 ans elle avait encore du mal à se projeter. Toutefois elle réussi à présenter son projet de vie:


Bin moi plus tard je voudrais bien être une princesse!

C'était sortie du fond du coeur et d'une spontanéité à dérouté tout adulte qui prendrait cette phrase pour une blague.
Revenir en haut Aller en bas
Prudence Giffard

avatar

Messages : 12
Date d'inscription : 26/04/2012

MessageSujet: Re: Ou Le renart s'entretient avec les enfants de Montpipeau   Mer 4 Juil - 22:25

« Bin moi plus tard je voudrais bien être une princesse! »

Je dévisageai la petite fille, que je connaissais un peu, de vue. Bien plus que les autres enfants présents, on va dire.
Elle ne savait pas. Elle ne pouvait pas comprendre.
Moi, je n'allais pas m'extasier et demander à avoir une couronne, ayant bien vu à quoi elles avaient mené ma famille. Aucun ne vivait sur ses terres, trop occupé à faire tourner rond le monde. Mon père, ma soeur, mais aussi mes tantes ... J'avais été laissée ici, sans connaitre qui que ce soit, parce que moi plus tard, on voulait me donner une couronne.

Je jetai un regard discret à Della, que je commençais à bien apprécier. Elle était douce, comme une maman que je n'aurais jamais eu. Puis je glissai mon regard sur Davia, la mariée, puis sur son époux et les autres enfants.
Oui, que voudrais-je faire ? Ou plutôt, qui voudrais-je être plus tard ?
On m'avait qualifié d'héritière, presque on me cherchait un mari. J'avais à peine neuf ans, et on espérait tant de moi ... Alors, soudain, je ressentais un peu de peine pour cette enfant, parce que si elle voulait devenir une princesse, c'est que sa vie devait être bien pire que la mienne.


Plus tard, je serai marquise.

Baissant les yeux, je m'efforçai de chercher un peu d'idées. Il fallait inventer. A vrai dire, je n'avais jamais songé à ce que je serai plus tard, parce que je vivais au jour le jour. Mais rien ne me vint de plus à l'esprit, témoignage du destin qui m'attendait.

Et c'est tout.

Et c'était déjà beaucoup, en fait.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Davia_corsu

avatar

Messages : 209
Date d'inscription : 04/03/2012
Age : 22

Pour améliorer le rp
écus:
0/0  (0/0)
RP: En cours

MessageSujet: Re: Ou Le renart s'entretient avec les enfants de Montpipeau   Jeu 5 Juil - 13:29

Attentive, elle observait. A coup sûr, Séverin n'était pas sorti de l'auberge. Une princesse et une marquise. Rien que ça... La Blanche retint un soupire triste. Si les deux petites filles savaient se tenir, elles semblaient néanmoins toutes les deux à côté de la plaque en matière de réalité du quotidien. Et même si elles devenaient marquise ou princesse, il était certain que ce ne seraient pas des petites nobles oisives. Elle se rendit compte alors à quel point son père l'avait bien élevé, loin des titres et d'un pouvoir corrompant le coeur et l'âme. En cela, elle différait de son frère. Elle abhorrait ce besoin d'une reconnaissance factice qu'avaient une bonne part des nobles, surtout les plus titrés. Ils en perdaient leur coeur, ils en perdaient leur âme. En Touraine, la "grande" noblesse était histoire de coterie, on adhérait, on cirait les bottes et on acquiesçait. Mais elle n'était pas comme ça et si elle avait déjà refusé titres et terres, c'était parce qu'elle voulait garder le coeur libre. Et ces deux petites filles voulaient êtres princesse et marquise!!!

Elle leva les yeux au ciel, esquissa un léger sourire et regarda tour à tour Prudence et Amellia, saluant affectueusement Della qui, en bonne maîtresse de maison, pensait à tout et surtout au bonheur de chacun. Elle se permit d'intervenir, lançant un regard complice à son époux.


Hum... Marquise et princesse, ce sont des titres, pas une occupation! Que désirez-vous faire cela signifie, est-ce que vous aimez la musique, écrire, est-ce que vous aimez monter à cheval, est-ce que vous avez envie d'apprendre à manier les armes? Quelque chose de concret, qui vous occupe.

Elle regarda Della, puis Gabriel, avant de continuer.

Par exemple, moi, je suis Dame Blanche, ça veut dire que je fais partie d'un ordre de chevalerie et que quand le Roy a besoin de nous, on vient protéger ou défendre le royaume. Et en plus, je suis émissaire, ça veut dire que je fais de la diplomatie, que je représente mon Ordre Royal auprès des différents duchés et que je fais en sorte que les relations soient bonnes.

Elle sourit aux deux fillettes.

Vous comprenez mieux ce que Séverin vous demande?
Revenir en haut Aller en bas
Severin de Volvent

avatar

Messages : 155
Date d'inscription : 18/11/2010

MessageSujet: Re: Ou Le renart s'entretient avec les enfants de Montpipeau   Jeu 5 Juil - 19:11

Le renart loin de se laisser déconcerter par les deux petites filles se trouva au contraire amusé.
Il avait imaginé qu'elles laisseraient Davia ou Della leur expliquer, mais en fait elle avaient déjà tout compris du moins le croyaient elles.

L'une voulait devenir princesse, l'autre simplement marquise.
Il chercha du regard les deux adultes face a l'innocence enfantine.
Davia prit alors la parole.
Il l'écouta parler aux enfants, appréciant sa douceur et la clarté de ses propos.
Il hocha la tête d'approbation et décida à son tour de prendre la parole.


- Eh bien je vous remercie mesdemoiselles. Merci également Davia, vos propos sont si avisés.

Il prit un temps de réflexion et le regard droit et impassible il poursuivit.

- Toutes deux êtes encore jeunes, vous ne percevez peut être pas encore la portée de la difficulté que cela représente que d'être une princesse, ou une marquise. Ce sont là des titres comme l'a indiqué Davia, mais ce sont également de grandes responsabilités.

Il marqua à nouveau une pause.

- prenons en exemple la princesse Armoria de Mortain. Savez vous qu'elle fit la chasse aux hérétiques défendant héroïquement la Bourgogne et le royaume a plusieurs reprises ? Pour cela elle a dut exceller dans bien des domaines. Le maniement des armes, la monte a cheval, la diplomatie, une connaissance politique et géographique , et un sens du commandement. Ce ne sont pas là des matières faciles. Et maintes fois cette princesse a risqué sa vie.

Il sourit en regardant Amélia.

- cela ne signifie pas que tel est le lot de toutes les princesses. Mais une princesse, ou une marquise...

La il regarda Prudence.

- est destinée a prendre époux et de ce fait à se retrouver à la tête d'une mesnie ou elle sera peut être amenée a gérer des domaines, des terres. Pour être sur de trouver un époux satisfaisant, elle devra se démarquer des autres prétendantes en faisant preuve de grâce, en maitrisant la danse et le chant, la broderie et le dessin. En faisant état d'une finesse d'esprit qu'elle aura forgé par un apprentissage méticuleux des bonnes manières, de l'étiquette, des coutumes, et des domaines généraux tels que l'histoire, la littérature... et j'en passe. Cela nécessite donc une éducation complète.

Enfin il regarda Della et Davia.

- Tans de destins sont possibles, les princesses et les marquises ne sont avant tout que des femmes a qui il convient d'assurer un avenir aussi riche que celui de leurs frères. Le sexe faible ne peut trouver un espoir de se trouver égal au sexe dit fort qu'en faisant montre d'autant sinon plus de prédispositions et en cela je vous encourage.Vous avez en la personne de Della, et Davia des exemples à suivre.

Il ponctua ses propos d'un soupir.

- Le but étant que jamais vous n'ayez à rougir ni de vos origines, ni de votre éducation. A présent comme Davia l'a indiqué, avez vous des domaines que vous aimez plus que d'autres ? Della ? souhaitez vous parler de votre parcours ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Della

avatar

Messages : 529
Date d'inscription : 17/07/2010

MessageSujet: Re: Ou Le renart s'entretient avec les enfants de Montpipeau   Jeu 5 Juil - 20:59

Maintes fois, Della avait acquiescé d'un signe de tête aux propos des uns et des autres qu'elle avait écouté religieusement.
Tout ce qui venait d'être dit était parfaitement vrai.


La vie nous réserve bien des surprises, oui. Il faut savoir profiter du moment qui nous est donné mais aussi savoir faire des choix.
Et vous, chers enfants, pour vous aider le jour où vous aurez à choisir, il faut vous préparer.
Della posa son regard sur les petits protégés, avec bienveillance.
Plus vous aurez de connaissances, plus vous aurez appris de choses que ce soit dans les livres ou par vos expériences propres, et plus vos choix seront les bons, ceux qui vous correspondent le plus.
Manier l'épée est assurément une bonne chose ! Même pour les marquises et les princesses. Savoir parler en public vous assurera toujours une facilité d'expression lorsque vous aurez à donner votre avis ou à le défendre. Ne pas baisser les bras ni les yeux devant l'adversité...cela aussi est incontournable si vous voulez que l'on vous estime à bon escients.
Elle se demandait si tous ces mots feraient écho dans le coeur des enfants...et elle reprit :

Ma vie, je l'aime !
Et pourtant, j'ai connu des jours de découragement...de misère même.

Je suis née en Bourgogne, dans une famille bourgeoise déchue de la noblesse. Je suis née après des frères et des soeurs beaucoup plus âgés que moi. Mes parents ne furent pas heureux à ma naissance et ils me le firent bien sentir. Jamais ils ne s'occupaient de moi, j'étais laissée aux soins des domestiques très souvent.
Ils finirent par m'envoyer au couvent, en Lorraine, loin d'eux.
Là, j'ai appris à lire et à écrire, à prier aussi bien sûr.
Puis, un jour, on est venu m'annoncer que mes parents étaient morts, tous les deux dans un incendie qui avait eu lieu, à Beaumont, chez nous. Je ne me souviens pas si j'ai pleuré...

Un peu plus tard, mon frère aîné, Eldwin, paix à son âme, a fait savoir aux nonnes que je quitterais bientôt le couvent pour me marier.
J'allais avoir 15 ans.
Elle fit une pause et...sourit...
Je me suis enfuie. Je ne voulais pas de ce mariage ! Jamais on ne m'avait demandé mon avis, sur ma vie alors là, je refusais d'encore me soumettre !
J'ai vécu trois ans à Nancy.
Puis, je suis rentrée en Bourgogne.
J'ai repris contact avec Eldwin et...je suis revenue m'installer à Beaumont qui était quasiment en ruines.
J'ai tout fait pour regagner cette terre, en devenir la propriétaire. Mais...il se fait que c'est un autre de mes frères, Godefroy qui devint seigneur de Beaumont et moi, je fus vassale de la Reyne Béatrice.

Elle n'insista pas sur le comment de l'anoblissement de Godefroy, les enfants étaient encore un peu jeunes pour apprendre cela, plus tard, peut-être, l'apprendraient-ils...

Pendant ce temps, j'étais entrée en Diplomatie, je fus d'abord ambassadrice puis vice-chambellan et enfin chambellan de Bourgogne, pendant longtemps. J'ai fait aussi de la politique, auprès de ma Mère adoptive, Angélyque de la Mirandole.
Oui...j'ai été adoptée alors que j'étais déjà grande et presque mariée.
Mais cela ne m'empêche pas de garder des liens avec ma famille de sang...Séverin en est la preuve. Charles aussi. Et vous avez pu voir Orantes au mariage de Séverin et Davia, c'est mon neveu. Bon on s'est un peu chamaillé mais...je l'aime toujours.

Malheureusement, Godefroy perdit Beaumont.
J'en fus très malheureuse.
Mais je ne baissai pas les bras !
Non non non ! Je travaillai, travaillai et travaillai encore au sein des institutions bourguignonnes et un jour...la Bourgogne me fit Baronne de Seignelay...Beaumont en est un des fiefs.

A présent...je suis heureuse parce que cette terre est à nouveau dans notre famille.

Que puis-je encore vous dire ?
Que j'ai rencontré Kéridil alors que j'étais diplomate, il était ambassadeur en Bourgogne et moi, en Orléans.
Que j'ai fréquenté la Cour en étant au service des reines et des rois.
Que aujourd'hui, je me consacre à ma famille, à vous aussi donc, mes enfants et au Très Haut puisque je suis diaconesse.

Mais de tout ce que j'ai vécu...je vous assure que je ne regrette rien !
Tout ce que j'ai vécu m'a apporté quelque chose de positif, absolument tout !
On ne s'en rend pas compte de suite, ça vient...avec le temps...


Elle se tut.
Bien sûr, tout n'avait pas été évoqué mais...l'important était de donner envie aux enfants de vivre, envie de tout connaître, goûter...mordre dans la vie à pleines dents !

On frappa à la porte et un valet fit savoir que l'on demandait Della à l'entrée, que c'était urgent.

Excusez-moi, mes enfants...Davia, Séverin...je reviens dès que possible.
Della s'en alla après avoir caressé les cheveux d'Amellia...elle semblait un peu bougonne mais Della ne lui en voulait pas.

***********************************************
[Je fais sortir Della pour que vous puissiez continuer le RP vu mon absence pour la semaine Wink]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
amellia.

avatar

Messages : 16
Date d'inscription : 08/01/2012

MessageSujet: Re: Ou Le renart s'entretient avec les enfants de Montpipeau   Ven 6 Juil - 23:47

Bin non ce n'était pas plus clair pour la gamine aux yeux bleus qui tentait de bien suivre ce que racontait Davia. En revanche Séverin éclaira un peu le cerveau embrumé de la fillette. Finalement être marquise parraissait plus rigolo, et princesse beaucoup moins. Amellia écouta ensuite l'histoire de Della, c'était compliqué tout ca. L'enfant un peu perdu par tout ces flots d'envie et de désirs ne savait plus ce qu'elle elle voulait. Peut être que finalement c'est plaire qui lui donnait envie..... comme les marquises.

Bin moi du coup je veux être une princesse Marquise. Je veux savoir être belle comme Della, et parler comme une princesse marquise.

C'était difficile pour une enfant de tout saisir en ayant le vécu qu'elle avait. Puis elle regardait Prudence pour chercher dans son regard un soutien sur son désarroi. Elle ne savait pas, elle voulait être maniérée comme les belles et grandes dames. Peut être qu'il serait intéressant de lui apprendre un peu de tout à savoir l'écriture et la lecture car l'enfant ne maitrisait pas encore cela.
Revenir en haut Aller en bas
Severin de Volvent

avatar

Messages : 155
Date d'inscription : 18/11/2010

MessageSujet: Re: Ou Le renart s'entretient avec les enfants de Montpipeau   Lun 9 Juil - 18:35

Le renart se radoucit.
Amelia semblait encore trop jeune pour saisir la portée de leurs propos.
Il hocha la tête autorisant tacitement Della a prendre congé après son exposé sur son riche parcours.

Lorsqu'elle fut sortie, le renart se reporta sur les deux petites filles.


- Hmm eh bien nous allons travailler à faire de vous des demoiselles accomplies ainsi vous pourrez devenir princesse, ou marquise ou même princesse marquise ?

Il adressa un sourire amusé à Davia.
Il ne fallait pas trop forcer.


- Améllia nous commencerons par la lecture et l’écriture avant de passer à des disciplines plus compliquées... Vous êtes je crois la plus jeune des enfants, une attention particulière vous sera accordée.

Il s'adressa ensuite a Prudence.

- Prudence? je crois savoir que vous avez séjourné au couvent vos jeunes années durant. Que vous y a t'on enseigné ?

Il regarda Davia.
Le recrutement d'une gouvernante devenait d'importance capitale pour les deux demoiselles.
Elles avaient besoin d'un encadrement permanent.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Davia_corsu

avatar

Messages : 209
Date d'inscription : 04/03/2012
Age : 22

Pour améliorer le rp
écus:
0/0  (0/0)
RP: En cours

MessageSujet: Re: Ou Le renart s'entretient avec les enfants de Montpipeau   Mer 11 Juil - 14:35

Décidément, Davia aurait parlé latin que ça n'aurait pas été plus obscur. Visiblement, les enfants, et surtout Amellia, n'avait pas encore tout saisis. C'est que les deux petites étaient encore bien jeunes. Elle se rappelait lorsqu'elle avait leur âge. Pas de titres ni de terres, elle galopait dans la taverne de sa mère, se faufilant sous le comptoir où elle avait établi son lieu de villégiature, elle y jouait avec les petits jeux en bois que lui avait sculpté Jérémy. Souvenirs, souvenirs... C'était l'époque du Croqu'note, son n'amoureux de petite fille, il avait trois fois son âge et chantait merveilleusement bien, ménestrel dont la vie avait été trop vite fauchée. Elle n'avait jamais oublié. Un sourire tendre étira ses lèvres.

Ces enfants là semblaient écorchés par la vie. Mais la jeune fille savait que malgré tout, il était possible, en leur donnant beaucoup d'amour, d'apaiser leurs souffrances et leur solitude. N'avait-elle pas cinq ans lorsqu'on l'avait enlevé à sa famille naturelle et que, abandonnée à Loches, elle avait été adoptée par le Villandry. Ce n'est que bien des années plus tard qu'elle avait retrouvé avec un immense bonheur, l'homme qui avait le plus compté pour elle, à savoir, son père.

Elle sourit à son époux, hochant doucement la tête pour l'encourager dans ses dires. Il était vrai que les enfants avait, de façon urgente, besoin d'une gouvernante. Commencer par les bases de l'éducation semblait le plus judicieux et au pire, si trouver une gouvernante prenait trop de temps, en attendant, elle pourrait compléter la formation de Séverin. Sa grand-mère Villandry avait eu la judicieuse idée de l'envoyer au couvent entre ses dix et ses quatorze ans, elle avait eu tout le loisir d'apprendre les arts libéraux, c'est à dire le trivium* et le quadrivium**. Si elle excellait dans le premier, elle était lamentable dans le second, excepté pour la musique.

Elle pourrait cependant enseigner la grammaire, la rhétorique, la dialectique et même la musique aux enfants, si besoin était. Outre cet enseignement de base, elle pourrait leur enseigner l'histoire, la philosophie et la métaphysique, laissant à Séverin la joie de leur enseigner la théologie, le livre des Vertus et les préceptes d'Aristote. De son côté, elle pourrait leur dispenser les sacrements si ça n'avait pas déjà été fait. Une chose était certaine, Séverin et elle se complétaient à merveille.


* Disciplines littéraires comprenant la grammaire, la rhétorique et la dialectique.
** Disciplines scientifiques comprenant l'arithmétique, la géométrie, l'astronomie et la musique.
Revenir en haut Aller en bas
Prudence Giffard

avatar

Messages : 12
Date d'inscription : 26/04/2012

MessageSujet: Re: Ou Le renart s'entretient avec les enfants de Montpipeau   Dim 15 Juil - 19:20

Moi si, j'avais compris. Mais c'était eux qui n'avaient pas compris. Je ne voulais pas devenir princesse, ni marquise, ni princesse marquise (n'importe quoi ce titre, d'ailleurs).
Ma gorge se noua, parce que même la gentille Davia ne semblait pas comprendre que je préférais être une petite fille et pas une héritière. Tirée de force d'un lieu paisible pour être jetée dans la fosse aux lions, non, je ne voulais pas avoir de couronne. Ou alors une couronne de fleurs.


Je sais lire, et écrire.
On m'a enseigné le latin et un peu de grec, la cuisine, la couture, la danse.


Je baissai les yeux, honteuse. C'était tout. Voila, je venais de résumer plusieurs années de ma vie, une vie morose dans un couvent à apprendre à écrire en recopiant des textes religieux que, malgré moi, j'avais pris en horreur. Je me crispai un instant, comprenant enfin la question que l'on m'avait posé auparavant : ils ne voulaient pas savoir ce que l'on voulait faire de moi, mais ce que moi même je souhaitais.

Je regardai Severin, puis Davia.


Mais j'aimerais faire du cheval et apprendre à tirer à l'arc.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ou Le renart s'entretient avec les enfants de Montpipeau   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ou Le renart s'entretient avec les enfants de Montpipeau
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Ou Le renart s'entretient avec les enfants de Montpipeau
» activité de soirée avec les enfants
» Avec les enfants...?
» Avec les enfants / Nouveaux nés
» petite journée avec les enfants du clek

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Maison d'Amahir :: Partie HRP et archives générales :: Archives générales :: Montpipeau :: Le Château de Montpipeau :: Le Donjon et ses Ailes :: Le Quartier des Muses :: La Bibliothèque, sous l'égide de Clio-
Sauter vers: