Maison d'Amahir



 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [rp] Un mec, un vrai, un baraqué.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Drahomir Vadikra

avatar

Messages : 4
Date d'inscription : 07/12/2012

MessageSujet: [rp] Un mec, un vrai, un baraqué.   Ven 7 Déc - 1:40

La Peste soit des femmes!
Voila la phrase qui tournait en boucle dans la caboche du géant des steppes depuis son départ d'Alençon, lui régent ingrat qui laissait aux bons soins de son conseil la gestion d'un duché vraiment dans la mouise pour allez taper une petite crise de jalousie à une pucelle fille de Pair qui avait eu le culot d'organiser des joutes dans son dos, alors que lui, la bête, lui faisait la cour depuis belle lurette!!

Le visage féroce, la barbe taillée, les cheveux laissés libres sur ses épaules puissantes, il se laissait bercer par les cahots de la route, confortablement installé dans le coche ducal, emprunté pour l'occasion, même si il n'était pas duc.

Elle le prenait pour un con, soit, il le lui ferait payé.
Il était de notoriété publique que le vieux grincheux était du genre rancunier, et qu'il ne se laisserait pas conter la vie par une môme qui avait au minima 25 ans de moins que lui.

Alors, pour l'occasion, car il se disait en Alençon que la belle Ried se jouait de lui, qu'elle le trouvait bien trop sauvage à son goût, pour l'occasion donc, il avait fait acquisition d'un pagne de cuir, noué autour de ses cuisses, ridiculement petit, d'un collier garni d'incisives, et d'une chemise sans manche, collée à son torse de boeuf, le tout accentuant au maximum son côté rustre et brute de décoffrage, venue d'une autre contrée. Tout cela pour le bon plaisir d'une suzeraine bientôt scandalisée.


Arrivée, il sort et laisse un valet de pied lui jeter sur l'épaule, le visage plissé par la répugnance, une fourrure malodorante et pure, non traitée, qu'il ajuste à la va vite.
La fraîcheur de l'air le saisit, ses bottes crissent sur les gravillons alors que d'un pas alerte, la main sur la garde d'une hache à main, il avance vers les grilles de Chartres, ne pouvant réprimer un sifflement d'Admiration devant la beauté d'un tel bâtiment.

Pour le garde en poste, qui doit le trouver passablement ridicule, mais qui ne le lui dira pas vu l'air farouche qui déforme sa trogne, il annonce, la voix gutturale et puissante.


Fais venir la duchesse et sa Vassale pour l'régent d'Alençon. Et vite, on se pèle les couilles dans votre bled.

D'autant plus que sous le pagne, les dits bijoux de familles n'étaient pas à l'abris des courants d'air, loin de là.
Revenir en haut Aller en bas
Della

avatar

Messages : 529
Date d'inscription : 17/07/2010

MessageSujet: Re: [rp] Un mec, un vrai, un baraqué.   Ven 7 Déc - 19:39

De relai en relai, le message était arrivé à la dite Duchesse qu'un "drôle" de visiteur attendait qu'on le reçoive.
Lorsque Della avait interrogé sur le "drôle", le valet qu'elle avait en face d'elle avait eu une moue signifiant son ignorance et honteux, avait rivé son regard sur la pointe de ses chausses.

Bon, on allait pas faire attendre un invité, fusse-t-il "drôle" et c'est ainsi que Della, vêtue chaudement, descendit à la rencontre du sieur qu'elle avait quand même fait entrer jusqu'à la cour, sans son carrosse du coup. Elle n'allait quand même aller se balader dans la neige non plus.
Dans la foulée, elle s'assura que Aranelle suivrait bientôt. Après tout, ces joutes, c'était pour elle et il convenait qu'elle vienne accueillir les visiteurs en se montrant sous son plus beau jour. C'est que Della espérait qu'enfin, cette fois, ce serait la bonne !

Arrivant à la porte du château, on indiqua à la Duchesse le "drôle" en question.
Elle stoppa net son avancée et considéra avec curiosité le drôle d'animal.
Fronçant les sourcils, elle prit le temps de détailler chaque partie de ce qui devait être un homme.

C'est là qu'elle se rappela qu'autrefois en Anjou, alors que le champ de bataille était jonché de cadavres, on lui avait conseillé de marcher avec un linge imbibé d'eau sur les lèvres et le nez afin de ne pas respirer la puanteur ou de risquer attraper quelque maladie.
Pour elle ne savait quelle sombre raison, la vision du visiteur lui rappelait les cadavres en décomposition.
Alors, elle se fit apporter un morceau de lin détrempé.
Elle le posa sur son visage, comme on le lui avait appris et courageusement, elle fit quelques pas en avant.

Holà, visiteur ! Articula-t-elle par derrière son masque improvisé.

Quel bon vent vous amène à Chartres ?

Vous aurez remarqué que de fil en aiguille, le fait que le sieur soit régent d'Alençon n'était pas parvenu à Della.
Aussi pensait-elle avoir devant elle un indigent ou un malade que dans sa grande bonté aristotélicienne, elle se ferait un devoir d'aider bien sûr.
Du coup, elle ne se soucia pas de savoir si Aranelle l'avait suivie ou pas. Ce gus-là ne venait pas pour prétendre à la main de la filleule aimée.


Désirez-vous un peu de soupe, mon brave ?

_________________


Dernière édition par Della le Sam 8 Déc - 10:31, édité 1 fois (Raison : Ortho)
Revenir en haut Aller en bas
Drahomir Vadikra

avatar

Messages : 4
Date d'inscription : 07/12/2012

MessageSujet: Re: [rp] Un mec, un vrai, un baraqué.   Sam 8 Déc - 2:30

Mon Brave?
Elle venait de l'appeler mon brave? Il avait rêvé ou bien?
En l’occurrence non, au vu de la pigmentation certaine qui faisait apparition sur son faciès.
Certes, il avait l'air d'un clampin sorti de sa cambrousse ainsi vêtu, l'air ambiant semblait polluée par le musque malodorant de la fourrure qui lui couvrait les épaules, mais de là à le traiter comme le plus pestiférer des gueux, mouchoir sur la truffe en accessoire, il y avait un monde.

Alors, de sa haute taille, il la toise, le regard qui se plisse, la lippe qui se hausse en un rictus vraiment peu amène, l'orage gronde en lui, qu'il contient malgré tout.


Non, pas de soupe, mais je veux votre vassale, la mère de mes futures enfants.

Le ton est donné, les bras puissant se croisent sur le torse, équivalent au tronc d'un chêne centenaire, il ajoute.

Néanmoins...

Jette un oeil vers les campements des futurs jouteurs.

... Je constate que quelques festivités se préparent.

Il est au courant, mais ce détail n'a pas besoin d'être divulgué pour l'heure. Après tout, il est là pour briser la mâchoire de tout impétrant qui poserait le regard un peu trop longuement sur sa belle.

Une occasion parfaite d'annoncer nos fiançailles et notre enfant à naître pour Aranelle et moi.

La bombe mythomane est lâchée, il esquisse maintenant un rictus d'amusement sous la broussaille de sa barbe.
Revenir en haut Aller en bas
Della

avatar

Messages : 529
Date d'inscription : 17/07/2010

MessageSujet: Re: [rp] Un mec, un vrai, un baraqué.   Sam 8 Déc - 10:47

Le linge de lin chut.
Les yeux de Della s'ouvrirent et semblèrent rester grand ouvert, sans le moindre cillement, à regarder un point imaginaire.
Sa bouche s'entrouvrit et l'on put entendre la Duchesse jurer.


Nom d'une pipe en bois...

L'instant suprise-party ne dura pas.
Très vite, elle reprit ses esprits et fronçant les sourcils, mains aux hanches, elle répondit sèchement :


Qui êtes-vous pour prétendre ainsi venir salir le nom de ma filleule et le mien par la même occasion ?!

D'un geste, elle appela deux gardes.


Gardes ! Jetez cet olibrius dehors !

Un rictus de plaisir se dessina rien qu'à l'idée de voir ce rigolo se retrouver les quatre fers en l'air, dans la neige.

Les gardes se placèrent de par et d'autre de l'homme, s'apprêtant à le saisir mais Della les arrêta.


Arrêtez !

Je ne voudrais pas priver ma filleule d'un aussi joli spectacle.
Faites-la venir. Vite !


Un valet s'encourut à la recherche de la dite filleule tandis que Della restait là, à observer l'homme, sans vergogne, des pieds à la tête.

Vous devez avoir froid.

C'est quoi déjà, votre nom ? Je ne m'en souviens pas.

D'où venez-vous ?
A voir votre accoutrement, je dirais d'une région de l'est.

Elle aussi avait froid mais pour rien au monde, elle ne l'aurait montré au "drôle", elle se contenta de frotter ses mains l'une contre l'autre, en regardant les gambettes du sieur, nues.

Dites donc, vous avez de la force. Si vous cherchez une place, je vous enrôle dans ma garde...

Le temps passait, pas assez vite.
Mais où restait Aranelle ?
Soudain, une drôle de sensation s'empara de Della...et si Aranelle avait encore une fois prit la poudre d'escampette ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Aranelle

avatar

Messages : 14
Date d'inscription : 06/01/2012

MessageSujet: Re: [rp] Un mec, un vrai, un baraqué.   Sam 8 Déc - 14:19

On lui avait promis un spectacle, elle assista à une aberration.

Revenons sur les faits. Les joutes de Chartres étaient sur le point de commencer. Aranelle manda à ses suzerains de préparer ses appartements pour le premier jour du mois, afin que la jeune femme puisse prendre ses marques dans ce duché nouveau et inconnu de la blonde. Après quelques jours passés avec sa marraine, ou entre le repos et la prière, les campements fleurissaient du côté de la lice. Mais pas celui de Drahomir.

A vrai dire, elle ne lui avait rien dit. Elle lui avait honteusement caché l'organisation de ces joutes. Mais cette fois-ci, la jeune femme était coincée. Combien de fiançailles avait-elle annulées ? Après avoir fuit un mariage, elle ne pouvait pas faire demi-tour face à ces joutes qui se présentaient comme une fatalité. Il aurait été très malvenu de fuir ces joutes une nouvelle fois, il lui paraissait alors plus évident d'esquiver le colosse d'Alençon. Bien mignonne de croire que cela était possible.

Une douleur acide prenait le coeur de la dame de Cheny lorsqu'elle pensa qu'après les festivités, elle devrait rentrer en Alençon et affronter le regard assassin du Régent. Aranelle expira un soupir désabusé lorsqu'un valet se présenta dans sa chambre, et l'invita dans la Cour comme le souhaitait Della, lui promettant un spectacle, donc. On lui avait précisé que l'ouverture des joutes se fêterait un prochain jour, lui avait-on menti ?

Teuh ! Drahomir ?

Le regard surpris par cette vision d'horreur se posa sur sa robe qu'elle épousseta nerveusement. Que faisait-il ici, au lieu-même des joutes destinées à la marier prochainement ? Pourquoi avait-il laissé l'Alençon à son conseil pour se rendre à Chartres ? Qu'avait-il dit à la baronne de Seignelay pour que son visage arbore des traits aussi confus ?

Je ne savais pas que vous vous connaissiez...

La chair de la dame de Cheny fut parcourue par un frisson. De froid, ou de peur ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Sancte Iohannes

avatar

Messages : 15
Date d'inscription : 04/12/2012

MessageSujet: Re: [rp] Un mec, un vrai, un baraqué.   Sam 8 Déc - 15:12

De pauvres gardes qui s'acharnent sur un pécore trouvé à la va-vite pour remplacer en catastrophe l'ivrogne de clerc qui a été élu pour diriger l'Alençon, autant dire qu'il s'agit pour lui d'une orgie de bras et de jambes du même tonneau, car bien difficile il lui est de distinguer dans la mêlée qui se trouve être le garde et qui se trouve être l'opportun. La galanterie des hommes revêt de nos jours de bien étranges formes, pour trouver si piètre spectacle viril en vue d'égayer la morne journée d'une femme. Mais soit. Pour sa part, l'audace l'ayant mené en ces lieux, il voyait mal une certaine pudeur l'en faire partir.

« Holà ! Qu'a donc fait cet homme pour se voir ainsi rudoyé un jour de fête ? Il me semble évident que ce pauvre malheureux souffre du froid et de la faim, et qu'en ces heures de célébration, les sentiments de religion dont nous sommes pénétrés et les mouvements de notre cœur devraient nous porter naturellement à la clémence. »

L'allocution faite, juché sur sa monture, Iohannes déporte un regard songeur sur Della dont il ausculte attentivement les traits.

« Nous nous connaissons, n'est-ce pas ? »
Revenir en haut Aller en bas
Drahomir Vadikra

avatar

Messages : 4
Date d'inscription : 07/12/2012

MessageSujet: Re: [rp] Un mec, un vrai, un baraqué.   Sam 8 Déc - 19:28

Il s'apprêtait à coller une rouste aux deux pauvres gardes, même si pour cela il aurait fallu y laisser une main/un oeil/des dents -au choix- quand la duchesse les stoppa dans leurs lancés.
Un soupire de soulagement imperceptible, une oeillade pour la noble dame, qui alors agit comme la majorité de ses homologues dites du sexe faible, soit, en le noyant de paroles, et il gronde pour le vieux Philibert, valet de pied d'Alençon depuis des temps immémoriaux, présentement derrière lui, qu'il aille lui chercher une véritable paire de Braie.


Malpeste, il est bien le propre de gente féminine que de jacasser plus que de raison. J'ai froid, et ma farce tombe à l'eau vu que la dame de Cheny ne daigne pas se présenter. Permettez, l'homme qui repart va me cherche une paire de braies qui siéront mieux à une rencontre comme celle ci.

La colère n'est plus, reste seulement une légère amertume, qu'il cache derrière sa trogne patibulaire et ses traits épais.

Drahomir Sergueï Vadikra, régent d'Alençon, de fait guère disponible pour assurer votre protection, même si cela aurait été un honneur, votre grasce.

Un roturier, avec un peu d'influence en soit. Il s'apprête à continuer quand parait l'héroïne du jour. Froncement de sourcil, il n'esquisse aucun mouvement vers elle, se contente de la fixer de son regard brûlant, son buste se soulevant aux grès de son souffle. Court.
Froidement, pour souligner sa déception, il lui répond, à elle, tout en détournant ostensiblement le regard vers la maîtresse des lieux.


Nous faisons connaissance. Merci.

Sec et cassant, il ne la regardera plus, tout du moins, pas avant longtemps, et reprend, la voix toujours aussi glaciale.

J'étais venu gâcher la fête, mais votre suzeraine semble être une personne fort louable. J'ai changé d'avis... Peut être acceptera-t-elle que j'assiste aux joutes comme... Spectateur.

D'ailleurs voila qu'un candidat, et pas des moindres, Dauphin de France, faisait une apparition peu à propos. Au Tchèque de ne pas mettre longtemps à le reconnaître pour l'avoir croisé chez les feudataires, et à lui de renifler dédaigneusement face à l'homme qui pouvait se targuer de sa position sans once de fierté, preuve immuable qu'il suffisait d'avoir gorge profonde et amis huguenots pour réussir dans la vie. C'est qu'il connaissait ses classiques, le régent, et que visiter les minutes de Rome pouvait s'avérait fort instructif.
Alors, car il ne souffre pas qu'un parvenu le taxe de "Pauvre malheureux", il répond:


La clémence est tellement mise en avant ce jour, que je ne soulignerai pas que l'apparition de son altesse est fort peu à propos quand l'on sait que la convenance, d'autant plus pour un dauphin, exige que l'on se fasse annoncer avant de s'exprimer aussi familièrement aux devants de deux nobles dames.

Facilement traduisible en langage moins châtié par: Barre toi d'la vieille carne, y'a aucune veste à retourner, rien à gagner.


Dernière édition par Drahomir Vadikra le Sam 8 Déc - 19:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Della

avatar

Messages : 529
Date d'inscription : 17/07/2010

MessageSujet: Re: [rp] Un mec, un vrai, un baraqué.   Sam 8 Déc - 19:55

Mon Dieu, mon Dieu...et dire que cela était jour de fête...
Della en rit, discrètement, nerveusement...se mordant très fort les joues pour empêcher le rire de fuser. Ca serait la cerise sur le gâteau.

Oui, en effet, nous faisons connaissance ! Répéta sèchement la Duchesse à la suite de celui qu'elle savait désormais être régent d'Alençon et qui avait quelques instants plus tôt parler d'avoir engrosser sa filleule, toisant la dite filleule d'un regard acier.

D'ailleurs, j'ai à vous parler, Aranelle !

Reportant alors son attention sur Drahomir qui resterait pour elle, le "drôle", elle lui sourit, d'un sourire jovial et avenant.

Mais bien entendu, messire Drahomir, vous êtes le bienvenu.

Ils furent interrompus par l'arrivée de Sancte.
Drahomir ne saurait sans doute jamais à quel point Della le trouva "absolument charmant" lorsqu'il replaça l'Altesse à sa place.
Cette fois, le sourire qui s'afficha était carrément moqueur, en direction du Régent de France qu'elle haïssait plus encore que les Angevins et les Berrichons.

Il interrogeait, elle répondit :
Je n'ai pas souvenance d'avoir croisé votre route, messire.

Hou, la menteuse...Bien sûr qu'ils se connaissaient...Mais au moins, ce mensonge lui permettait-il de l'appeler "messire" au lieu du "Votre Altesse" que l'étiquette exigeait.
Mais pour appeler cet homme, retourneur de fraque, "Prince", il eut fallu qu'il en soit digne et selon l'échelle de valeur de l'individu, même pas de nettoyer ses bottes, il méritait.
Non, cet homme, ravisseur d'Enfant, hérétique et maintenant lèche-botte royal ne méritait pas qu'elle avoue le connaître ; le chasser de ses souvenirs était la meilleure chose à faire.

Reprenant alors la conversation abandonnée avec Drahomir, elle continua :
Messire Drahomir, je vous laisse vous installer. Si vous avez besoin de quoi que ce soit, venez, vous recevrez.

Puis, saisissant le coude d'Aranelle, elle l'entraîna à l'écart pour la sermonner.

Qui est-ce ?
Est-ce vrai ce qu'il m'a dit ?
Tu es grosse de lui ?
Tu le connais depuis longtemps ?
Parle.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Sancte Iohannes

avatar

Messages : 15
Date d'inscription : 04/12/2012

MessageSujet: Re: [rp] Un mec, un vrai, un baraqué.   Dim 9 Déc - 17:02

« La clémence est tellement mise en avant ce jour, que je ne soulignerai pas que l'apparition de son altesse est fort peu à propos quand l'on sait que la convenance, d'autant plus pour un dauphin, exige que l'on se fasse annoncer avant de s'exprimer aussi familièrement aux devants de deux nobles dames. »

Sancte Iohannes posa son regard gris sur l'homme qui par son langage châtié, venait de démontrer toute l'imposture qui céans était sienne. On ne joue pas au soudard fort en gueule pour impressionner la demoiselle pour adopter soudainement des tournures de courtisane.

« Le Dauphin n'a nul besoin de se présenter quand l'âme charitable d'un valet se fait le plaisir de s'en charger pour lui, régent. »

C'est à ce moment que Della, qui feignit de n'avoir rien vu, ni rien entendu, le laissa planté là, pour aller gourmander la petite qui en ce jour, ferait office de premier lot de tombola.

« Je n'ai pas souvenance d'avoir croisé votre route, messire. »

« Alors c'est sans doute que nous nous sommes jamais croisés. » lâche-t-il, loin d'être dupe, et fort d'une arrogance assumée.

Il reconnaissait bien là la noblesse de cour, prompte à cracher dans la soupe qui les avait nourri, dès lors que ce n'était plus eux qui se trouvaient chargés l'assaisonner à leur gré. Implorant en silence pour que ce pèlerinage ne finisse pas par désespoir de la race humaine à l'envoyer chez les bonnes sœurs adorer la quelque 257e phalange d'Aristote, il arracha son attention des dames pour la placer de nouveau sur le bougre imposant dont les expressions exaltées lui rappelaient la légèreté d'un cadet de Gascogne, à ceci près que celui-ci semblait aimer la proximité des garçons.

« Tant que vous y êtes, mon brave. Si vous croisez Sa Majesté le Roy, soyez aussi mignon que vous l'êtes avec ces gardes, et faites-lui savoir que monsieur le Dauphin est bien arrivé. Au besoin, il le trouvera en son campement. »

Et sur ces bons mots empreints de cordialité, il quitta cette place occupée par de nombreux déséquilibrés, pour s'en retourner auprès des siens.
Revenir en haut Aller en bas
Drahomir Vadikra

avatar

Messages : 4
Date d'inscription : 07/12/2012

MessageSujet: Re: [rp] Un mec, un vrai, un baraqué.   Dim 9 Déc - 17:34

Si soudard voulait dire sans éducation, l'homme se faisait un plaisir de ne pas en être un. Après tout, il était de mise en Alençon de reconnaître que le régent n'était pas un lapereau de trois jours, qu'il appréciait s'instruire, et mieux encore, s'adonner à la joie du bon mot et de la pertinente remarque.
Ainsi, il gratifie l'hôtesse d'une flexion du cou, et s'en va prendre la tête du cortège des quelques valets qui le suivront jusqu'à sa destination, tout en gratifiant un dauphin minuscule dans son verbe, d'un:


Le plaisir est pour moi. Je ne peux décemment pas mander à deux nobles dames de sentir les relents du stupre royales Vonafredien qui s'échappent encore de votre bouche dès que vous l'ouvrez.

Il refait quelques pas, et continue.

Quant à sa majesté, il saura bien vous trouver. Il n'aura qu'à suivre les nombreuses vestes que vous retournerez jusqu'à votre campement. Celles qui ne sont pas entachées de la sueur des véritables méritants.

Et de conclure, pour le sport.

Mademoiselle, Madame, petit Dauphin. Au plaisir.
Revenir en haut Aller en bas
Aranelle

avatar

Messages : 14
Date d'inscription : 06/01/2012

MessageSujet: Re: [rp] Un mec, un vrai, un baraqué.   Mar 11 Déc - 18:34

Ils faisaient connaissance. Et comment... Aranelle aurait aimé qu'ils fassent connaissance, mais pas dans ce contexte-ci, et encore moins la veille de ces joutes. La jeune femme soupira lorsqu'elle affronta le regard de Drahomir, mêlant déception et colère. La même confusion s'empara de la dame de Cheny lorsque sa réaction s'éleva. Mais cela, elle pouvait facilement le rattraper. Della voulait lui parler ? Alors la blonde viderait son sac, mais le climat électrique ne s'y prêtait pas pour le moment. Aranelle regarda une nouvelle fois le Régent du coin de l'oeil et culpabilisa, ce qui lui laissa un goût amer en bouche.
Oh, minable colosse, tu ne vois pas qu'elle t'aime ?

Comme sauvée par le gong, le Dauphin de France apparut. La jeune femme esquissa une légère inclinaison face à ce dernier, pas peu ravie de le voir apparaître à cet instant précis. Il s'adresse à Della, puis à Drahomir, bien que les termes employés ne lui plaisaient guère et la firent enrager. Cette attention lui permettait au moins d'être la plus discrète du monde et de se cacher derrière les épais tissus de la robe de sa suzeraine. La jeune femme attendit que le Régent d'Alençon déverse toute la haine qu'il avait du accumuler à son égard durant le voyage sur le Dauphin, ce qui était assez fructueux.

Aranelle fut emportée par le coude, sans avoir le temps de saluer le Dauphin, ni Drahomir. Elle adressa un simple sourire à ce dernier. Elle le reverrait très bientôt, quoiqu'il advienne à Chartres.


Della ? Mais pour qui me prenez-vous ? Vous êtes ma marraine, vous savez ma grande piété ! Je ne suis pas grosse de lui, ni de personne d'autre. Je suis chaste, voyons ! Vous en doutiez ? Cela me fait terriblement mal au coeur !

Mi-vérité, mi-exagération, ou les paroles d'une diaconesse.

En revanche, il est véritablement Régent d'Alençon. Drahomir Vadikra. Le futur Duc de Trun.

Malgré la force de ses propos, la blonde plongaa son regard azuré dans celui de la Duchesse de Chartres, un sourire pendant au bout de ses lèvres.

Cette fois, j'en suis certaine.

Alléluia !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Sancte Iohannes

avatar

Messages : 15
Date d'inscription : 04/12/2012

MessageSujet: Re: [rp] Un mec, un vrai, un baraqué.   Mer 12 Déc - 18:27

Chant d'allégresse ! Cet homme donnait de quoi se pisser dans sa culotte.

L'immaturité que vous mettez céans tant de disgrâce à déployer me fait douter que vous soyez fort bien informé des vies remarquables de Sancte Iohannes von Frayner et de l'étendue du mérite qui est véritablement sien.
Autrement vous auriez vite perçu que ce n'est pas sa veste qui tourne. Mais le vent.
Au plaisir, grand Régent. Et gardez-vous de prendre froid.
Revenir en haut Aller en bas
Della

avatar

Messages : 529
Date d'inscription : 17/07/2010

MessageSujet: Re: [rp] Un mec, un vrai, un baraqué.   Lun 24 Déc - 1:14

Une oreille dellesque resta tendue vers l'échange verbal des deux coqs, le "drôle" et l'hérétique.
Oh, pour sûr, si ce mot passait ses lèvres, pour désigner le Régent de France, on lui ferait couper la tête !
Pourtant, à l'heure de ces joutes, Della était encore loin de savoir combien les hérétiques allaient lui mener la vie et quel lourd tribu, elle allait devoir leur payer. Oui, la pauvre enfant n'avait encore aucune idée de la tournure qu'allaient prendre les événements ni de quelle façon, parce qu'elle ferait son travail, on allait la remercier. Non, vraiment, jamais Della ne supportera les hérétiques.

Aujourd'hui, elle se contenta de savourer le duel entre les deux hommes, un si joli et fin sourire sur les lèvres.

Ce que Drahomir ne pouvait savoir, c'est que cette façon qu'il avait de répondre à Sancte venait de lui valoir la sympathie de la Duchesse de Chartres, mis à part une ombre au tableau que sa filleule chassa d'une affirmation.

Celle-ci, tenant toujours sa filleule par le bras, lui souffla :
Si jamais vous donnez naissance à un enfant avant que dix lunes se soient écoulées, je vous jure que je noierai cet enfant dans le puits !
Il courait, sur la Renarde, de bien noires rumeurs, assurant qu'elle avait déjà jeté deux enfants bâtards de sa famille, dans le puits de Beaumont. Il en était pour affirmer que tout cela n'était que fadaises mais d'autres étaient là pour affirmer qu'il n'y avait pas de fumée sans feu, certains mêmes connaissaient quelqu'un qui l'avait vue commettre ses horribles actes !
Aranelle était en droit d'avoir des raisons de trembler.

Puis, juste après la menace, Della afficha un sourire rayonnant et reprit, à voix haute, alors :
Hé bien, ma chère, si vraiment vous aimer cet homme, prions pour qu'aucun autre prétendant ne gagne ces joutes, n'est-ce pas ?

Elle releva la tête, offrit un regard au nouvel élu de sa filleule et continua d'ignorer complètement le frère de son Suzerain.
La messe était dite, Drahomir Vadikra était devenu un homme bien, aux yeux de Della. Cela durerait-il ? Comment savoir ?

Lâchant le coude d'Aranelle, elle l'invita alors d'un geste à prendre la direction de la lice où, ensemble, elles admireraient les combats.


Que savez-vous de Drahomir, Aranelle ? Est-il de lignée noble ? Noble lui-même ? S'il est régent, il sera au moins Baron, ce qui est un bon parti déjà et je le sens ambitieux. Me trompe-je ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [rp] Un mec, un vrai, un baraqué.   

Revenir en haut Aller en bas
 
[rp] Un mec, un vrai, un baraqué.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [rp] Un mec, un vrai, un baraqué.
» Un vrai télescope
» Du vrai poney de Thelwell
» Au coeur du vrai Cuba
» PACO * shiba Inu 3 ans REF un vrai petit renard (78) ADOPTE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Maison d'Amahir :: Partie HRP et archives générales :: Archives générales :: Chartres :: Le Château-
Sauter vers: