Maison d'Amahir



 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [RP] Hells Bells

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lexhor
Phoenix d'Alluyes
Phoenix d'Alluyes
avatar

Messages : 5194
Date d'inscription : 19/10/2009
Age : 32
Localisation : Orléans - Paris

Pour améliorer le rp
écus:
0/0  (0/0)
RP: Pas commencé

MessageSujet: [RP] Hells Bells   Mer 14 Mai - 22:23

Ces pulsions, aussi incompréhensibles qu'elles étaient, devinrent plus fréquentes et plus aiguës avec le temps. Simplement étranges et déconcertantes tant qu'il pouvait encore les contrôler et les combattre, elles étaient devenues oppressantes et tentantes, à mesure que se faisait entendre le tintement des cloches de l'enfer.
Ce soir, il avait dû trouver refuge dans l'ancienne maison du péage qu'il avait, il y a longtemps, imaginé comme garçonnière, siège de plaisirs et d'ivresses, mais qui servirait désormais d'autres de ses desseins, bien plus noirs.

Prendre l'air ne suffisait plus à le calmer, le raisonner, le rappeler à lui. Depuis qu'il avait quitté le donjon, après un énième échec, politique cette fois, sa dextre ne pouvait se décoller du poignard qui ornait sa ceinture, et si celui-ci n'avait toujours pas quitté son fourreau, c'était uniquement parce que sa senestre tenait encore bon, tel un ultime rempart inconscient.
Mais, sur son chemin, cette petite demeure isolée représenta soudain, et un havre de tranquillité, et une tentation bien trop grande de céder.

Un prince noir et haletant s'engouffra, en nage, dans la bâtisse, gagné par une fièvre intense et enivrante qui l'avait emporté, le transportant dans un état second, auto-destructeur et désormais irréversible.
Une fois la porte claquée derrière lui, il plaqua son dis contre et s'autorisa quelques instants pour reprendre son souffle, avant de glisser au sol. La manche gauche fut prestement relevée et le poignard tiré de sa protection de cuir.
Une sensation noire parcourut toute son échine. Les douleurs et les meurtrissures de son cœur et de son âme devaient sortir pour le libérer. Il n'était plus en mesure de vivre avec elles ni de les combattre. Il ne pouvait plus les enfouir pour les fuir. Les occulter pour ne plus penser. Tout son être réclamait un exutoire.

Son corps était désormais en flammes, mais le phénix n'était pas en train de renaître. La torture devait prendre fin, là, maintenant. Dieu ne semblait plus en mesure de l'entendre, ou pire, de l'aider. Son souffle était court et chaud, bien que des frissons et des tremblements le faisaient désormais tressaillir, signe pour lui qu'il était temps de mettre fin à ces souffrances et d'assouvir enfin ces pulsions dont il rêvait de plus en plus.
Dans un ricanement nerveux, il approcha la lame du dos de son bras, quelques centimètres plus en amont de son poignet puis entailla entailler la peau et la chaire.
Il poussa un râle de plaisir, puis un cri sourd de soulagement lorsque son sang commença à se répandre sur le sol. Son rire s'amplifia encore un peu plus et son corps commença à se détendre dans une douceur salvatrice et réconfortante. La douleur physique s'empara alors de lui, le délestant d'un poids bien plus grand encore. Faire souffrir son corps pour apaiser son esprit. Il avait trouvé son exutoire.

La blessure était douloureuse mais non létale. Ses esprits revenus, son âme apaisée, il entreprit de soigner, sommairement, son corps meurtri et souillé. Il fouilla la lingerie et découpa dans un linge blanc ce qui lui servirait de bandage et dont il se servit pour arrêter l’hémorragie et dissimuler la plaie. La manche rabaissée compléta le camouflage.
Son forfait accompli, Lexhor prit quelques minutes de repos, avant de faire un rangement sommaire et de quitter les lieux. Nul doute qu'il aurait encore à se rendre en ce lieu libératoire, dès que son corps aurait oublié la douleur et ne retiendrait plus son attention. Soulagé, détendu, il regagna la forteresse afin de préparer son départ.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Lexhor
Phoenix d'Alluyes
Phoenix d'Alluyes
avatar

Messages : 5194
Date d'inscription : 19/10/2009
Age : 32
Localisation : Orléans - Paris

Pour améliorer le rp
écus:
0/0  (0/0)
RP: Pas commencé

MessageSujet: Re: [RP] Hells Bells   Dim 8 Juin - 20:41

Au retour de Bretagne et plus précisément de Brocéliande, où il avait fait partie de la délégation française participant au Tournoi qui y était organisé, il avait de nouveau ressenti le besoin irrépressible de retrouver son antre pour se purger de toute cette colère, de toute cette haine qui s'étaient emparées de lui. Ce qu'il apprit là-bas, ce dont il dû prendre conscience, l'avait presque tué. Il aurait préféré, durant ces quelques jours, que ce fusse le cas. Mais il devait vivre avec cela, et pire, faire comme si il ne se doutait de rien, ne savait rien. Du moins pour le moment. Le temps de réfléchir à ce qu'il allait faire. Une décision s'était imposée à lui sur le moment. Il ne savait encore s'il devait et s'il allait s'y tenir. Agir sous le coup de l'émotion, nourrie pas des sentiments noirs ravageurs, il le savait, pouvait se révéler avoir des conséquences plus néfastes que salvatrices. Plus perturbé qu'à l'accoutumée encore, il avait négligé son apparence, hirsute, barbe mal taillée et yeux rougit et cernés par la fatigue accumulée. Alors qu'il pénétrait dans la bâtisse, dont il avait fait en sorte de se réserver l'accès désormais, sa nervosité était à son paroxysme. Désormais il n'avait plus à se contenir, à faire semblant, à donner le change. Il était seul avec lui-même, et avec ses démons. La porte était scellée.

Le Prince prit place dans un fauteuil après s'être emparé de linges propres. Il avait également approvisionner la maisonnette avec de quoi soigner sommairement des blessures. Plus organisé que la première fois, et plus décidé aussi. Cette fois il ne tenterait pas de résister à une tentation trop forte pour sa volonté, pis même, il l'avait planifiée des jours auparavant. Le coutel dont il avait usé pour accomplir son prime forfait y était désormais dévolu et resterait à demeure en la petite maison du péage. Il avait cédé une fois et les vannes étaient ouvertes. Les barrières étaient tombées et tout le poussait à soulager ainsi son âme. En souffrant, en entaillant ses chairs, il libérait toute la souffrance qui le possédait et le détruisait. A défaut de pouvoir tuer quelqu'un pour se défouler et laisser ses pulsions morbides s'assouvir, cette solution lui convenait pour le moment, même si ses bienfaits n'étaient que temporaires. Il se saisit alors de son couteau et imprima une nouvelle coupure, parallèle à la première, maintenant cicatrisée, et aussi profonde, sur la face extérieure de son bras gauche. Un râle s'échappa de sa bouche, mais contrairement à la fois précédente, il ne se sentit pas soulagé pour autant. Pas complètement. Il ajouta alors une troisième entaille, un peu plus haut sur le bras, et une quatrième. Là, la douleur physique commença à prendre le pas sur les souffrances morales. Ses errements se dissipèrent, bien qu'il furent toujours présents en toile de fond. Mais pour le moment, le grand Prince se trouvait sur l'autoroute de l'enfer, traçant sa route à folle allure, mettant de côté les soucis et les questions. Les pensées et les images vomitives.

Une fois qu'il eut terminé de planer, que son destrier ailé fut garé dans son box et que le dauphin en fusse descendu, il reprit ses esprits et s'affaira à faire cesser le saignement des plaies puis à y appliquer un peu d'alcool. Souffrance supplémentaire qui acheva un ouvrage bien réalisé. Des bandes propres parèrent une fois encore le bras meurtri qui fut dissimulé sous une manche longue.
Il resta quelques minutes dans son fauteuil, les yeux fermés, profitant de cet état cotonneux qui l'envahirait encore un moment. Les joutes de Paris approchaient. Un autre tournoi. Qu'il espérait sans de telles désillusions. Il porterait ses couleurs qui plus est. Pour donner le change, encore et toujours. Même si il en était venu à le regretter devant le peu d'enthousiasme dont elle avait fait montre à son égard. Qu'importe. Les festivités seraient fastueuse et il serait chez lui à Paris. Il comptait bien profiter de cet interlude, avant de replonger dans le marasme qui était devenu quotidien dans son existence. Une fois qu'il fut reposé et que quelques forces lui étaient revenues, il sortit tranquillement et regagna la forteresse, plus serein.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Lexhor
Phoenix d'Alluyes
Phoenix d'Alluyes
avatar

Messages : 5194
Date d'inscription : 19/10/2009
Age : 32
Localisation : Orléans - Paris

Pour améliorer le rp
écus:
0/0  (0/0)
RP: Pas commencé

MessageSujet: Re: [RP] Hells Bells   Dim 7 Sep - 18:39

15 août 1462. Jour le plus chaud de l'année. Le plus brûlant même. Du moins à l'intérieur du phénix qui achevait de se consumer ce jour là. Un détour par Alluyes s'imposait avant d'entamer un long voyage vers le Languedoc. Le terme d'une longue agonie autodestructrice se profilait, mais pas avant qu'une ultime pulsion ne fut satisfaite.

Après un rapide tour au château, le Prince prit discrètement le chemin de la petite maison du péage, au calme et à l'écart de toute présence. Bien que son état d'esprit fusse bien différents des fois précédentes où il pénétra dans ce lieu devenu si particulier pour lui, le feu qui brûlait en lui était semblable et comparable à celui qui l'avait poussé à se mutiler, sans qu'il ne comprenne réellement pourquoi et sans qu'il puisse s'en empêcher. Le trop point de noirceur qui l'animait devait être évacuer de son âme, de son corps. Son échec venait d'être officiellement acté la veille et publié le jour même. La tempête grondait à nouveau, après le calme relatif qui régna en lui les jours qui précédaient. Mais ce jour là, tout remonta et il eut l'irrépressible envie de recommencer, une bonne fois pour toute.

La porte fut fermée et barrée derrière lui. Une bouteille de vin fut descendue avant qu'il ne prépare sa douloureuse mais salvatrice entreprise. Couteau, alcool fort et linges propres. Et un bon fauteuil. Et un petit feu dans la cheminée, dans lequel il fit chauffer la lame de son couteau. Sa chemise retirée et son couteau en main, il reprit ses scarifications là où ils les avaient laissées, au début de son bras. L'avant bras, lui, était déjà lacéré de nombreux coups. La douleur l'obligea à lâcher de longs râles rauques, mais le soulagement était tel qu'il ne s'arrêta pas avant d'arriver en haut de l'épaule. En nage, dans sa bulle, il n'avait plus de lien avec ce qui l'entourait et se plaisait à penser que, peut-être, l'enfer n'est pas un mauvais endroit où être.

Enfin, il nettoya ensuite ses blessures à l'alcool avant de bander entièrement son bras et de se rhabiller. La douleur le tiendrait un moment. Tout au long du voyage au moins, avant de s'apaiser. Une nouvelle purge qu'il espérait la dernière, avant d'entamer une vie nouvelle qu'il imaginait faite d'inconnu et de solitude, au moins dans son cœur et dans son âme.
Après avoir prit un peu de repos, il effaça toute trace de son passage et sortit de la maison, fermant la porte sur toute cette folie honteuse dont il éviterait soigneusement de parler.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [RP] Hells Bells   

Revenir en haut Aller en bas
 
[RP] Hells Bells
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les Hells Angels font un saut à Haïti
» Jingle bells
» Clematis cirrhosa 'Jingle Bells'
» mes million bells dépérissent!
» Suggestions peut etre ??

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Maison d'Amahir :: Orléanais :: Duché d'Alluyes - Lexhor :: Le domaine :: La grande allée des peuples-
Sauter vers: