Maison d'Amahir



 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Une renaissance

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Keltica

avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 13/10/2014
Age : 34

MessageSujet: Une renaissance   Lun 9 Fév - 21:29

Cela faisait quelques semaines déjà que Keltica avait pris ses quartiers à Yèvre ; les premiers jours, la jeune femme s'était plus ou moins cloîtrée, intimidée, n'osant pas déranger la vie du château, mais peu à peu, elle avait pointé le bout de son nez, et s'investissait discrètement. Elle avait abandonné sans regret tous les froufrous, les belles robes, et restait la plupart du temps en robe simple, quand elle ne portait pas carrément une tenue masculine, bien plus pratique pour se détendre ! Par exemple, elle prenait plaisir à aller dans les cuisines avec sa fille Sophie, et ensemble, elles préparaient des petits gâteaux pour le goûter, ou pour le dessert. Avec les deux plus petits, ils allaient tous les quatre se promener dans les environs, et la jeune femme retrouvait peu à peu la sérénité. Certes, elle n'oubliait rien, mais elle se recentrait sur elle-même et ses enfants.

Un matin, alors que les enfants dormaient encore, Keltica se prépara en silence ; après avoir revêtu une chemise blanche, des braies noires seyantes, des bottes et une cape, puis attaché sa longue crinière d'un lien de cuir sur la nuque, la jeune femme quitta la chambre pour gagner les écuries. Saluant aimablement les palefreniers qui s'affairaient, Keltica rejoignit le box de Sterenned et le cajola longuement, lui offrant quelques pommes.


Bonjour mon tout beau... tu as envie de te défouler un peu, je t'ai un peu oublié depuis notre arrivée... Mais on va se mettre au travail, on va être les meilleurs bientôt en joutes, tu pourras aller pavaner auprès des jolies pouliches !

Elle sourit, le regard amusé, alors que Sterenned venait blottir son nez contre son épaule ; ce cheval lui était précieux, il lui avait été offert par un homme d'exception, et elle prenait soin de ce bel animal avec toute son affection, en souvenir de celui qui lui en avait fait cadeau. Avec des gestes sûrs, elle le sella, le harnacha avec soin, et en le prenant par la bride, le guida à l'extérieur de l'écurie. Là, elle l'enfourcha, et d'un coup de talons, le lança au galop. Les cailloux volèrent sous les sabots tandis que le couple cavalière-animal prenait de la vitesse, dans le soleil à peine levé.

Quelle sensation de bonheur et de liberté ! Le visage fouetté par l'air matinal, les cheveux dansant dans son dos, Keltica ressentait une fougue nouvelle, comme si elle laissait derrière elle les soucis, au moins le temps de la course. Sterenned galopait avec ardeur, dans un rythme parfait, Keltica pouvait ressentir sa nervosité, sa puissance sous son corps, qui remontait dans ses reins à chaque mouvement. Totalement en harmonie, elle le laissait aller à sa guise, le cheval menait la danse et l'emmenait là où il le souhaitait. Après de nombreuses lieues, enfin, il ralentit, les naseaux écumants, mais poursuivit sa route au petit trot. Keltica se redressa un peu sur sa selle, échevelée, les joues roses de fraîcheur et de plaisir ; cela faisait bien longtemps qu'elle n'avait pas eu un tel sourire sur les lèvres, un regard aussi serein...
Revenir en haut Aller en bas
Lexhor
Phoenix d'Alluyes
Phoenix d'Alluyes
avatar

Messages : 5074
Date d'inscription : 19/10/2009
Age : 32
Localisation : Orléans - Paris

Pour améliorer le rp
écus:
0/0  (0/0)
RP: Pas commencé

MessageSujet: Re: Une renaissance   Dim 15 Fév - 1:44

Ses séjours à Yèvre étaient désormais réguliers, bien que parfois un peu courts, lui laissant le loisir de mieux connaître son invité et de la voir chaque fois un peu plus installée et prenant possession du château et du domaine y étant lié. Il était heureux car elle semblait revivre même si il la savait toujours soucieuse et meurtrie. Mais le temps faisait son oeuvre et la tranquillité qu'elle trouvait au sein de la baronnie semblait alléger un peu le poids qui pesait sur ses épaules. Elle pouvait y voir ses enfants s'y ébattre en tout quiétude, dans un écrin duveteux et bien loin des sources de tous ses maux. Ici elle pouvait être telle qu'elle était, elle était libre et dispensée des convenances et autres obligations.

Ce jour là, il était arrivé dans la matinée et avait demandé à voir son invitée, comme à chaque fois qu'il venait, et on lui avait répondu qu'elle était sortie, sans que l'on sache exactement où elle était et ce qu'elle était allée faire. Après un moment à être envoyé d'un coin à l'autre du château, il obtint finalement l'information que Keltica avait été vue prenant la direction des écuries. Les palefreniers lui indiquèrent la direction qu'elle avait prise et il leur fit préparer un cheval pour partir à sa recherche, sans pour autant être sûr de pouvoir la retrouver. Après quelques minutes de chevauchée à scruter l'horizon au loin, il la découvrit, au loin, arrêtée, sans doute en train d'observer le paysage et de faire reposer sa monture. Ralentissant son allure il s'approcha doucement d'elle en souriant. Le temps était froid mais la journée était belle.


Un jour idéal pour une promenade revigorante. Vous semblez apaisée quoiqu'il en soit. Presque radieuse. Il m'est plaisant de vous voir ainsi. Votre regard me rappelle celui du bal au Louvre.

Il lui adressa un léger clin d'oeil avant de laisser échapper un rire amusé.

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Keltica

avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 13/10/2014
Age : 34

MessageSujet: Re: Une renaissance   Mer 18 Fév - 17:45

Toute à la contemplation du paysage, balayé par de frais coups de vent, Keltica n'entendit pas l'approche du prince sur son cheval, et sursauta presque lorsqu'elle entendit sa voix ; spontanément sur la défensive, elle tourna vivement la tête et sourit en reconnaissant Lexhor, se décontractant aussitôt.

Votre Altesse, vous m'avez fait peur... J'étais dans mes songes, à contempler ce beau paysage, vous avez bien de la chance d'être maître de si belles terres !

Elle espérait que le prince n'avait pas trop remarqué sa brusque tension ; malgré les jours qui passaient et qui l'apaisaient peu à peu, la jeune femme ne comptait pas offrir la moindre faille à qui que ce soit, et cela avait pour conséquence une méfiance et une réserve exacerbées vis-à-vis des personnes qu'elle ne connaissait pas ou peu. Heureusement, Lexhor n'était pas de ces gens-là, et Keltica lui vouait une grande confiance, ainsi qu'une amicale affection ; elle aurait été peinée de le blesser par un réflexe conditionné par ses errements et ses souffrances !

Je ne savais pas que vous deviez rentrer aujourd'hui au château, sinon j'y serai restée pour vous accueillir, au lieu de vous forcer à cavaler pour me rechercher. J'ai profité du beau temps pour sortir, cela faisait longtemps que Sterenned avait besoin de se dégourdir les pattes...

D'une main douce, Keltica caressa l'encolure de son étalon, qui secoua fièrement la tête, puis la jeune femme reporta ses yeux sur le Prince avec un petit rire.

Et puis cela me fait du bien également ; quand j'ai vu le soleil pointer ce matin, j'ai eu envie d'en profiter ; aussitôt dit, aussitôt fait, et me voilà, dans un endroit que je ne connais pas, mais qui me plaît. Oui, je vous l'avoue, je me sens mieux, dernièrement ; je suis heureuse que vous le remarquiez, cela veut dire que vos efforts pour m'aider ne sont pas vains. Je n'ai pas fini le chemin, certes, mais je suis, je crois, sur la bonne voie.

Et elle ne mentait pas, comme en témoignait son sourire amusé. Depuis longtemps, elle s'était laissée dévorer par le paraître qui s'imposait à son rang, surtout pour survivre dans certains nids de vipère, et là, retrouvant le calme et la sérénité, elle n'avait aucune gêne à se trouver devant Lexhor, en tenue bien moins recherchée que celle dont elle avait l'habitude. Elle se sentait elle-même, certes pas comme avant, mais en progression ; avant d'être vicomtesse et tout le reste, elle était Keltica, et elle l'avait presque oublié. C'est pour cela que sa soif de liberté pointait si rapidement depuis quelques jours, parce qu'elle avait inconsciemment saisi ses nouvelles priorités. Keltica s'approcha de Lexhor avec un sourire mutin, les yeux légèrement pétillants.


Peut-être cela va vous paraître étrange, mais que diriez-vous de prendre la clé des champs ? Une petite course, puis je découvrirai votre domaine avec vous pour me guider... Ne dites pas non, s'il vous plaît ! Nous serons rentrés pour le déjeuner, promis !
Revenir en haut Aller en bas
Lexhor
Phoenix d'Alluyes
Phoenix d'Alluyes
avatar

Messages : 5074
Date d'inscription : 19/10/2009
Age : 32
Localisation : Orléans - Paris

Pour améliorer le rp
écus:
0/0  (0/0)
RP: Pas commencé

MessageSujet: Re: Une renaissance   Ven 27 Fév - 16:39

Son rire franc raisonna dans l'air alors qu'elle lui "reprochait" de lui avoir fait peur. Si ce n'était pas son attention, il n'en était pas moins amusé de l'effet produit. La preuve lui était donnée qu'elle se sentait bien sur ses terres pour ne pas se rendre compte d'une présence approchante. D'un geste bienveillant il flatta l'encolure du destrier de la jeune femme afin de le saluer également.

Je suis heureux que vous vous plaisiez tant ici que vous ne vous rendiez pas compte de ma présence. Les terres de Yèvre sont effectivement pleines de charme. Le paysage contraste quelque peu avec la rudesse de la forteresse. Mais peu à peu elle devient plus confortable, n'est-ce pas ?!

Il ne vit pas au-delà de la surprise de Keltica, trop content de la voir souriante et sembler joyeuse. Il savait pour l'avoir vécu que l'on ne pouvait pas se défaire de ses tourments si rapidement et que tourner la page était toujours long, compliqué et douloureux. Mais il avait bon espoir de la voir revivre peu à peu et renaître à nouveau.

Si je vous avait fait prévenir de ma venue, je n'aurais pas eu le plaisir de vous faire la surprise et de vous voir sursauter. Ni de me lancer à votre poursuite.

Il esquissa un large sourire, caressant la tête de la monture qui semblait effectivement ravie de s'abattre dans les pâtures avec sa cavalière. Le Prince hocha la tête en l'écoutant lui confirmer ce qu'il ressentait. Elle allait mieux même si le chemin vers le bonheur n'était pas encore totalement parcouru. Mais elle le disait elle-même, elle avait emprunté la bonne voie.
ce fut son tour de rire, amusé par sa dernière proposition à laquelle il acquiesça de la tête avant de mettre tout de même un bémol.


Une ballade me fera du plus grand bien. Je vais vous faire le tour du propriétaire, mais pas de course ! Je suis d'humeur tranquille ce jour et j'ai surtout envie de discuter tout en profitant de cette campagne dont je n'ai que peu le loisir de jouir. Mais nous terminerons au galop ! Vendu ?

Son regard se fit interrogateur et ses yeux brillaient de malice. Il songea même qu'ils pouvaient prolonger la journée en se faisant parvenir de quoi pique-niquer. Le temps était frais et un repas champêtre n'était pas du tout de saison mais le ciel était clair et le soleil, bien que lointain, était de sortie. Et puis il y avait de l'originalité dans cette idée qu'il allait laisser mûrir le temps de la ballade.
Machinalement il commença à faire avancer son frison au pas, sans pourtant autant quitter la Vicomtesse du regarde.

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Keltica

avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 13/10/2014
Age : 34

MessageSujet: Re: Une renaissance   Dim 1 Mar - 23:33

Entendre le rire du Prince faisait beaucoup de bien à Keltica ; elle le savait franc et sincère, et le son de ce rire était vrai, sans fausseté aucune. Son sourire s'élargit en voyant son cheval apprécier la caresse de Lexhor, alors que d'ordinaire, l'animal pouvait faire preuve d'un sacré mauvais caractère et renâcler à tout contact inconnu. C'est d'ailleurs pour cela qu'elle l'avait reçue, car à l'époque, son propriétaire ne pouvait rien en tirer, alors qu'une simple caresse de la part de la jeune femme avait dompté le fougueux destrier.

Le regard de Lexhor, pourtant, ne l'avait pas quitté, et elle n'en sentait pas une gêne, comme cela pouvait lui arriver quand on la suivait des yeux un peu trop longtemps. Jouant sur les rênes, Keltica fit se ranger Sterenned à son côté, afin qu'il prenne la même allure et qu'elle puisse converser sereinement avec son ami, une pointe de malice dans la voix pour lui répondre.


Vendu ! Une belle balade fera parfaitement l'affaire, et vous avez raison, nous pourrons parler sans mal. Un galop final me comblera amplement ! Je suis contente d'avoir eu cette idée ce matin puisqu'au final, nous serons deux à en être satisfaits. Nous avons de la chance, en plus, il ne fait pas trop froid !

Pas trop froid, pas trop froid... Sa cape n'était pas de trop, quand même, ce n'était pas encore le printemps ! Mais le fait était là, elle n'avait vraiment pas envie de rentrer ; elle comptait bien profiter de cette sortie en la compagnie surprise de Lexhor et découvrir les environs sans crainte de se perdre sur le chemin.

Oui, pour le château, j'ai commencé les aménagements, par petites touches, selon ce dont nous avions un peu parlé ; c'est loin d'être terminé bien sûr, mais je prend le temps, sinon je n'aurai plus rien à faire, et je vais retomber dans mes travers. Tout à l'heure à notre retour, nous irons voir ce que j'ai fait, comme cela, vous pourrez me dire les ajustements que vous voudriez voir, d'accord ? Je l'avoue, j'ai commencé par les pièces que vous m'avez octroyées pour mes appartements, mais j'ai quelques idées pour le reste, attention, je ne compte pas dévaliser vos caisses pour mon unique petit confort !!

Elle eut un rire plein de chaleur en croisant le beau regard sombre du Prince ; elle n'avait pas fait ni de miracles, ni de folies. La seule chose était qu'elle s'occupait bien, et c'était seulement cela l'essentiel. Quand elle organisait, qu'elle réfléchissait aux agencements, aux couleurs, elle ne pensait à rien d'autre ; quand elle cousait, pendant que ses enfants faisaient la sieste ou jouaient sagement, elle était tout simplement heureuse. Seule la solitude des longues soirées pouvait amenuiser sa quiétude et lui apporter parfois quelques larmes, mais elle parvenait le plus souvent à écarter les mauvais sentiments, non sans se battre, certes. La progression était lente, tout simplement, mais existante.
Ses émeraudes toujours pétillantes se posèrent sur Lexhor à son côté ; ils étaient si proches que leurs genoux se frôlèrent un instant dans la chevauchée.


N'ayez pas peur, je n'ai pas fait de votre majestueuse forteresse un château de princesse de contes de fées ! Maintenant, expliquez-moi un peu ce que nous voyons tout autour de nous ; vous le savez, je ne connais pas du tout les terres aux alentours, mais j'ai soif de tout savoir ce que vous voudrez bien me transmettre !

Qui sait, un jour, quand je retournerai en Bourgogne, vous viendrez me faire l'honneur de visiter l'un de mes domaines ? En tout cas, vous y serez toujours le bienvenu, parce que si je n'oublie pas le mal qu'on me fait, je n'oublie pas non plus le bien qui m'est offert.


Elle lui sourit sincèrement avant de reporter ses yeux sur le paysage ; la lente chevauchée la faisait imperceptiblement onduler sur sa selle, ses reins dansant au pas de son cheval, le buste bien droit, comme la fine cavalière qu'elle était. Le léger frisson du vent faisait voleter quelques mèches échappées du lien sur sa nuque, parait ses joues d'une tendre couleur rose et plaquait par moments le tissu de sa chemise sur son buste.

Le beau paysage s'étalait devant eux et elle semblait le dévorer du regard, comme si elle comptait en imprimer chaque souvenir dans sa mémoire, tout en posant des questions à son guide. Une tour de guet, une maison, un pont, une rivière, chaque élément devenait sujet à discussion.


C'est... c'est vraiment beau, et en même temps, si simple... dit-elle suite à une réponse de Lexhor alors qu'ils arrivaient sur la berge d'une rivière au doux clapotis. Ca ressemble à l'Arconce, près de chez moi...

D'un mouvement souple, Keltica démonta et laissant son cheval aller paître quelques fraîches tiges, s'avança au bord de l'eau. S'accroupissant, la jeune femme tendit la main dans l'eau pure, en recueillit au creux de sa paume et la porta à ses lèvres, apaisant en quelques petites gorgées une soif naissante avant de se redresser et de revenir auprès de Lexhor, s'arrêtant juste à côté de lui, levant son visage à sa rencontre.

Je suis partie sans penser à prendre au moins une gourde d'eau, suis-je bête, parfois...
Revenir en haut Aller en bas
Lexhor
Phoenix d'Alluyes
Phoenix d'Alluyes
avatar

Messages : 5074
Date d'inscription : 19/10/2009
Age : 32
Localisation : Orléans - Paris

Pour améliorer le rp
écus:
0/0  (0/0)
RP: Pas commencé

MessageSujet: Re: Une renaissance   Mer 4 Mar - 21:08

L'entrain de la jeune femme lui procura une grande joie, car si au premier abord elle avait semblé avenante, il n'en restait pas moins qu'il avait cru sentir une certaine retenue dans sa réponse. Retenue qu'il mettait désormais sur la surprise de le voir ainsi arriver sur ses sabots. Un fin sourire s'étira en l'écoutant, alors qu'elle affichait un enthousiasme débordant qui le toucha beaucoup. Elle semblait très heureuse de le voir, ainsi qu'à la perspective de passer la journée avec lui. Ou alors elle était une comédienne hors pair. L'humeur déjà bonne du Prince se haussa d'un cran, flatté qu'il était de ce si chaleureux accueil. Sentir qu'une belle jeune femme lui portait un intérêt certain était toujours de nature à réveiller ses sens. Il s'efforça pourtant de ne pas laisser paraître le teneur des pensées qui venaient de lui traverser l'esprit, au fait de la fragilité de la jeune femme dont il faisait avec le temps connaissance. Il afficha simplement une mine réjouie, hochant la tête de temps à autre pour acquiescer.

Il est heureux que ce programme vous plaise, car je ne vous aurait de toute façon pas laissé le choix. C'était simplement pour la forme...

Il parvint à ne pas rire mais ne masqua pas un sourire gentiment moqueur et le ton qu'il avait employé révélait sans équivoque qu'il n'était question là que de plaisanterie.

Mais vous avez plein de bonnes idées. Vous devriez faire plus confiance à votre instinct et l'écouter d'avantage.

Un petit clin d’œil accompagna ces quelques mots. L'air de rien il tentait de l'aider à prendre confiance en elle et à retrouver une certaine estime de soi. Sans plus s'appesantir sur la question, alors que les deux destriers avançaient d'un pas tranquille, il revint sur la question de l'aménagement du château, éludant volontairement la question des travers de Keltica.

Je serais ravi de voir l'avancement de ce projet. Je vous fait tout confiance et vous disposerez des fonds nécessaires. J'ai d'ailleurs apporté avec moi une cassette conséquente qui vous permettra d'embaucher les ouvriers nécessaires et de payer les matériaux.

Il marqua une légère pause.

Et votre sommeil ? La couche est bonne ? C'est une chose très importante...

Il tourna légèrement la tête vers elle en plissant les yeux, arborant un sourire en coin, témoin de son humeur et de son envie de se montrer tel qu'il était vraiment. Il pensait la connaître suffisamment pour pouvoir mettre de côté le protocole et autres convenances. D'autant plus qu'ils étaient seuls et que la circonstance était simple. Rapidement il changea de sujet pour revenir, après une nouvelle digression, vers son intérêt pour la campagne alentours sur laquelle son regard se posa un instant avant de se mettre en mode "guide touristique".

Nous sommes ici dans le Gâtinais, aux portes de l'Ile de France, sur lequel il s'étend également. Devant nous s'écoule la Rimarde qui est l'un des affluent de l'Essonne, elle-même affluent de la Seine. Les terres de la région sont riches et les cultures sont prospères.
Non loin à l'est de Yèvre se situe un autre de mes domaines, Château-Landon, la capitale de ce pays de Gâtine.
Yèvre a donc une position stratégique entre orléanais et Ile de France, sur la route menant à Paris. Voyez comme nous dominons les alentours depuis l'éperon sur lequel nous nous trouvons.


Il avait tenté d'être clair et de donner les points essentiels sans entrer dans des détails ennuyeux. Il n'avait pas mentionné le charme de l'endroit puisqu'elle pouvait le voir de ses yeux. Son regard se porta alors à nouveau sur Keltica.

Je me ferais une joie de vous entendre à votre tour me parler de vos terres un jour. Nul doute que je viendrai vous rendre visite.

Il resta un instant à l'observer alors qu'elle s'approchait de l'eau pour se rafraîchir un puis avant de descendre à son tour de sa monture et de lui flatter la croupe pour la laisser aller à sa guise. D'un pas lent il la rejoignit, cherchant aux alentours la présence d'un des fermiers du château qui ne manquaient pas de parcourir le domaine toute la journée, à cheval comme à pieds, pour vaquer à leurs occupations diverses.

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Keltica

avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 13/10/2014
Age : 34

MessageSujet: Re: Une renaissance   Ven 6 Mar - 14:53

Au bord de l'eau, Keltica se tenait droite, dos tourné au Prince, contemplant la vue magnifique qui s'offrait à elle. Le vent jouait dans ses cheveux, dorés par le soleil, qui caressaient lentement ses reins. L'eau l'avait toujours si bien apaisée, et l'endroit était si beau...
Elle songea un peu à la promenade aux côtes de Lexhor ; une douce connivence s'était établie entre les deux, une jolie complicité, il prenait le temps de l'apprivoiser et elle lui en était reconnaissante, même quand il la taquinait, la jeune femme ne s'offusquait en rien, trop charmée par ses attentions. Sans le savoir, le Prince lui apportait beaucoup, elle se sentait intéressante, lorsqu'il la questionnait, qu'il s'occupait d'elle avec sa gentillesse ordinaire... Et il était attirant, un peu charmeur, il ne fallait pas le nier !

Parler avec lui de ses blessures les amoindrissait ; lorsqu'il lui avait parlé de suivre son instinct, elle avait ri, avec sincérité, alors que peu encore auparavant, elle aurait pu s'assombrir.


Je crois que suivre mon instinct ne m'a pas réussi dernièrement, mais nous allons dire que c'était une petite panne temporaire ! J'ai toujours suivi mon instinct, et à quelques pannes près, cela ne m'a guère desservi, sur la durée. Mais tant pis, je ne vais pas changer pour faire plaisir, je serai juste plus prudente ! Regardez, s'il m'a desservi pour la confiance envers certaines personnes, il m'a parfaitement guidée vers vous lorsque j'ai appelé au secours au hasard... Mon instinct doit être sélectif ! Ou alors vous êtes l'exception qui confirme la règle ?

Son rire était plaisant à entendre, cristallin et doux à la fois ; ses pupilles brillantes s'étaient arrêtées sur le charmant visage de son compagnon de promenade, elle ne craignait plus de le regarder et de soutenir son regard.

Oh là là, attention, je risque de détourner votre argent pour aménager mon propre château de Bourgogne ! Ou même m'acheter de luxueuses robes, de belles parures, pour être la plus jolie !!! Je vais tout vous prendre vos sous !!!
Plus sérieusement, j'espère vraiment que cela vous plaira, et sera conforme à vos goûts. Je n'aime pas quand c'est trop chargé, et j'ai préféré mettre en valeur ce qui existe plutôt que rajouter et rajouter encore. Enfin, nous verrons en rentrant !
Concernant ma couche...


Elle avait bien saisi l'allusion plus taquine à sa chambre et son lit ; elle ne s'en effaroucha pas, elle avait au contraire plaisir à voir que Lexhor était naturel et se permettait ces petites choses, car cela démontrait la confiance qu'il avait en elle, et qu'il la pensait capable de "supporter" ces petits coquineries sans prétention. Sans doute serait-il agréablement surpris à sa réponse qui prendrait le même chemin ! Elle se pencha vers lui, comme pour une confidence, rieuse.

Je dors à merveille, soyez-en rassuré ! J'ai demandé des oreillers supplémentaires pour bien me pelotonner, des couvertures épaisses pour ne pas avoir froid, et j'ai acheté des draps au tissage très fin, pour ne pas abîmer ma peau douce... C'est très important, pour une jeune femme, une peau toute douce, ce serait dommage de l'écorcher par des linges, ne croyez-vous pas ?

Keltica avait alors souri, amusée, puis reporté son regard sur les lieux devant elle tandis que Lexhor détaillait tout sans lourdeur ; c'était un très bon guide, il connaissait son domaine et il était facile de ressentir qu'il aimait sa terre. Puis ils étaient arrivés à la rivière, les chevaux s'étaient éloignés de concert pour paître, et ils n'étaient plus qu'eux deux.
C'est pour cela que Keltica était là, fine silhouette qui se découpait sur l'eau de la rivière et les ajoncs de la berge ; lentement, elle ouvrit les bras et s'étira, respirant à plein poumons. Qu'elle était bien !!! Une jolie promenade, un endroit magnifique, un compagnon de balade agréable et charmant, que demander de plus ? Son sourire était étincelant de bien-être lorsqu'elle se retourna ; Lexhor était à présent tout proche.


Ce serait un grand plaisir de vous accueillir à Lugny, et croyez-moi, vous ne repartirez pas les mains vides ! Je n'ai pas oublié que vous n'êtes jamais contre un bon verre de vin... Vous aurez toujours une chambre de prête, n'hésitez jamais !
Mais... vous cherchez quelqu'un ? Je vous vois tourner la tête partout...


Aurait-il prévu quelque chose avant de la rejoindre ? Une surprise ? Intriguée, Keltica le fixait, cherchant des réponses dans ses yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Lexhor
Phoenix d'Alluyes
Phoenix d'Alluyes
avatar

Messages : 5074
Date d'inscription : 19/10/2009
Age : 32
Localisation : Orléans - Paris

Pour améliorer le rp
écus:
0/0  (0/0)
RP: Pas commencé

MessageSujet: Re: Une renaissance   Mar 10 Mar - 20:56

Au bord de l'eau, Lexhor se tenait droit, tête bien tournée vers Keltica, contemplant la vue magnifique qui s'offrait à lui. Le vent jouait dans ses cheveux, dorés par le soleil, qui caressaient lentement ses reins, soulignant ainsi les lignes de sa croupe. Les cheveux l'avaient toujours apaisé, le tableau était si beau...
Comme quoi, la même chose vue avec des yeux différents peut être appréciée de différentes manières. Puis bon, lui, il la connaissait bien, la rivière. Reprenant ses esprits et sortant de sa rêverie, il s'approcha d'elle, se plaçant derrière, sans la toucher, la frôlant simplement.


L'instinct n'est pas infaillible en effet. Rien ni personne ne l'est. Et je suis loin d'être une exception. Mais peut-être aussi qu'il nous incite à emprunter certaines voies pour que nous affrontions certaines épreuves nécessaires et les dépasser. Une route plate est certes plus facile à emprunter, mais il n'y pas au bout cette satisfaction que l'on ressent lorsque l'on vient à bout d'un chemin escarpé. La difficulté fait la saveur et la fierté.

Une fois n'est pas coutume il parvint à en rester là avant de devenir trop lyrique, comme il savait si bien le faire. Le but de la ballade était de se détendre et de profiter, pas d'attraper un mal de crâne le plus rapidement possible. Plongeant son regard dans le sien, il lui sourit, alors qu'ils revenaient à un sujet plus léger.

Dépensez, dépensez. Faites-vous plaisir. Même pas peur. Le pognon c'est fait pour circuler !
Et je suis persuadé que ce que vous avez fait me plaira. Sinon, je referai tout faire à mon goût, voilà tout ! Moi j'aime quand ça brille et que c'est clinquant. Il faut que ça impressionne ! M'enfin Yèvre n'est pas fait pour cela. Alors vous avez tout bon.


Son regard se fit soudain charmeur, alors qu'elle surenchérissait sur le sujet de sa couche avec une espièglerie dont il ne l'avait pas ou peu vu user. Ses yeux brillèrent un instant et un sourire complice se dessina sur ses lèvres.

J'ai pour habitude de juger des choses par moi-même. Les gens ont une fâcheuse tendance à enjoliver la réalité. Alors voyez-vous, même si je ne demande qu'à vous croire, je ne m'avancerai pas plus quant à la douceur de votre peau, sans en avoir la preuve concrète.

Il se redressa alors et prit un air faussement sérieux. L'air de rien, il poursuivit sur sa lancée, faisant mine d'évoquer un détail technique comme un autre.

Ainsi donc vous êtes frileuse. Moi j'aime mieux dormir nu !

Enjoy. Il détourna alors le regard et fit quelques pas en avant, la laissant méditer sur ces derniers mots, profiter de l'air frais et...s'étirer à quelques pas de lui, creusant son dos en laissant apparaître ses formes. Discrètement, plus ou moins, il profita largement de ce moment pour faire travailler son oeil d'expert et évaluer l'ampleur des atouts de Keltica. L'oeil du phénix était exercé à la chose et parvenait vite à se faire une idée assez juste. Par chance, elle brisa le silence et le sortit une nouvelle fois de ses songes.

Je vous remercie de votre invitation. Je ne manquerai pas de l'honorer, d'autant que vous semblez prévoir de me choyer.

A ses derniers mots, il haussa les sourcils avant de sourire. Mieux valait qu'elle ait remarqué qu'il tentait d'alpaguer un des hommes de ferme qu'elle ne se rende compte de ses regards insistants d'homme de base.

Ho, j'ai toujours des quelques consignes à donner. Et les hommes de ferme parcourent le domaine toute la journée pour une quelconque raison. Le premier que j'attrape aura un peu plus de travail.

Il savait bien mentir, le Prince, lorsque le besoin se faisait sentir. Il avait une longue carrière politique derrière lui...

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Keltica

avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 13/10/2014
Age : 34

MessageSujet: Re: Une renaissance   Jeu 12 Mar - 17:01

Depuis quand n'avait-elle pas ressenti ce frisson, en sentant la présence d'un homme si proche, lui frôlant le dos ? Keltica avait alors dégluti, un peu difficilement, avec un tout petit soupir discret. Un instant, un tout petit instant, la pensée de ses longues mains sur ses hanches fines fila dans son esprit, un émoi de sensualité depuis longtemps enterré... La jeune femme reprit pied lorsque Lexhor blagua sur les dépenses et le clinquant ; lui, bling-bling ? Allons donc !!

Elle se contenta de l'écouter, pouffant de rire à certains instants, appréciant le fait qu'il puisse passer d'une pensée philosophique à une boutade sur les dépenses inconsidérées, donnant suite à un petit jeu plus intime jusqu'à retrouver sérieux -réel ou non ?- sans être strict.

Elle avait parfois l'impression, quand elle se tournait vers lui, que ses yeux sombres s'étaient quelque peu égarés sur elle, mais n'en faisait-elle pas autant ? Après tout, quand il s'était détourné, les émeraudes de la jeune femme avaient couru sur le dos du Prince, détaillant ses épaules larges, ses hanches bien dessinées... Un bel homme, un très bel homme même, et Keltica n'était certes pas aveugle pour le constater et l'apprécier à loisir.

Lorsqu'elle posait les yeux sur lui, elle lui trouvait un air charmeur, terriblement séduisant, et il savait sans aucun doute en user ; en témoignaient ses petites allusions presque coquines, que Keltica appréciait à leur juste mesure. Bah quoi, après tout, qui le saurait ? Sa façon de faire l'encourageait, et Keltica choisit de poursuivre le jeu. Il ne s'y attendrait sans doute pas, puisqu'il avait changé de sujet sur la fin ; avec un tact tout féminin dans ce mini-défi, cherchant à semer le doute dans l'esprit de son ami, voire y placer d'autres pensées, Keltica s'approcha presque jusqu'à susurrer à son oreille.


Je crains que votre esprit de déduction ne soit légèrement altéré, votre Altesse ; si j'aime effectivement avoir nombre de couvertures dans mon lit, rien ne vous dit que, sous ses couvertures, je ne sois pas dans le plus simple appareil... Qui plus est, comme vous, j'aime bien juger les choses de mes yeux, donc, si un jour il vous prenait l'envie de vous assurer de la douceur de ma peau, me sera-t-il loisible de juger alors de votre nudité dans votre sommeil ?

Osé. Très osé. Elle touchait presque son torse de son buste, mais ne s'y attarda pas ; un tout petit pas en arrière et elle lui faisait face à nouveau. Sa voix n'avait pas tremblé, ses yeux n'avaient pas cédé d'un millimètre, seule une jolie rougeur parait les pommettes de la jolie blonde, qui se dessinait moins glaciale que ce que l'on pouvait croire.
Après ce qu'elle avait vécu, Keltica s'était longtemps enfermée dans l'image de froideur, de doutes, mais la chaleur du phénix l'avait ranimée ; par le petit jeu des mots coquins, des sourires charmeurs, elle se rappelait qu'elle était une femme et que, même si elle avait voulu les enterrer, sa sensualité et ses désirs n'étaient pas morts, juste... en sommeil, et sans doute ne faudrait-il pas grand-chose pour que tout remonte à la surface. Dans son esprit s'alluma une petite alerte ; "attention ma fille, tu joues avec le feu..." Mais d'un sourire, Keltica chassa cette image ; "jouer avec le feu d'un phénix ne peut que me faire renaître...."

Attirées par un mouvement non loin, les émeraudes de la jeune femme dévièrent du visage du Prince pour regarder derrière lui ; trois silhouettes s'avançaient sur le chemin, sans doute intriguées par la présence de chevaux sellés sans cavaliers. Comme si de rien n'était, comme si elle n'avait rien dit auparavant que quelque chose de banal, Keltica sourit au Prince.


Votre Altesse, je crois que vous êtes exaucé, il y a trois de vos gens qui s'approchent, vous allez pouvoir leur donner le travail que vous envisagiez !

Le sourire sur ses lèvres était à la fois tendre et amusé ; tendre de par la conversation, amusée de la rupture de celle-ci au moment où Lexhor aurait pu rétorquer de belle manière. Poliment, Keltica fit quelques pas à l'écart, pour laisser son ami donner ses directives, elle n'avait peut-être pas besoin de savoir ce qu'il en était et lui assurait ainsi sa discrétion.

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Lexhor
Phoenix d'Alluyes
Phoenix d'Alluyes
avatar

Messages : 5074
Date d'inscription : 19/10/2009
Age : 32
Localisation : Orléans - Paris

Pour améliorer le rp
écus:
0/0  (0/0)
RP: Pas commencé

MessageSujet: Re: Une renaissance   Lun 16 Mar - 21:26

La journée était belle, le temps clément et la ballade agréable et bénéfique. Sans parler de la compagnie de Keltica qui était charmante, plus détendue et sereine que les fois précédents où il l'avait vue. Ils commençaient à pouvoir se permettre de se révéler tels qu'ils le sont, signe qu'ils avaient franchit le cap de la simple connaissance et étaient devenus des amis, même s'ils avaient encore à apprendre l'un sur l'autre. Ils avaient même noué une certaine complicité qui se renforçait à mesure qu'ils devenaient plus à l'aise. Si à l'aise qu'ils en venaient même à plaisanter sur un sujet plus intime. Et il s'étonnait un peu de la répartie de Keltica qui ne se contentait pas de rougir mais lui rendait la pareille, ajoutant à leurs échanges une pointe de provocation et de curiosité. Et ils se frôlaient même, ce qui donnait une certaine ambiguïté à ce qui ne devait être à l'origine qu'une ballade entre amis. Il afficha un sourire en coin alors que les allusions se multipliaient. Plantant ses yeux bruns dans le regard clair de Keltica, il arborait un air amusé et satisfait.

Mon esprit de déduction est parfaitement aiguisé chère amie. Et mon sens de l'a propos également. Voyez vous, ce n'était qu'un moyen pour moi d'obtenir la réponse sans devoir poser la question.

Pas mécontent de lui il laissa échapper un léger rire tout en lui adressant un clin d’œil. Et il ajouta, l'air de rien...

Mes appartements ne sont pas clos la nuit...

La jeune femme ne pouvait ignorer qu'il allait passer la nuit à Yèvre puisqu'il venait tout juste d'y poser ses châsses. A mots (à peine) il venait de glisser une invitation à son attention ou tout du moins de laisser la porte ouverte. Il voulait malgré tout prendre des précautions sachant la jeune femme fragile et que son cœur fut mis à rude épreuve. Il ne désirait pas jouer avec elle et laisser planer le doute sur ses intentions, mais simplement lui apporter la tendresse et l'affection dont elle manquait depuis trop longtemps. Et aussi lui rappeler qu'elle était une femme, désirable et jolie, qui devait reprendre goût à la vie et reprendre confiance en elle. Plus il la découvrait, plus il devenait évident pour lui qu'elle étaient une jeune femme intéressante et généreuse qui possédait des qualités indéniables et des atouts...qui étaient loin de le laisser insensible, bien au contraire.
Les pensées qui traversaient l'esprit du Prince, et dont il venait de trahir volontairement les intentions qui en découlaient, furent troublées par la voix de Keltica lui annonçant l'arrivée de garçons de ferme. Lexhor sourit et hocha la tête. Il ne pu en ajouter plus mais ce n'était sûrement que partie remise.


C'est parfait. Je vous laisse quelques instants et reviens vite.

Il de porta à hauteur des hommes avec lesquels il discuta deux trois minutes. Ceux-ci s'occupèrent de récupérer les deux montures et le Prince retourna auprès de Keltica. Lui tendant son bras il lui sourit chaleureusement.

Nous allons continuer à pieds si vous le voulez bien. De toute façon nous n'avons plus le choix...

Il regarda les cavaliers s'éloigner d'eux avant de reporter son attention sur la Vicomtesse.

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Keltica

avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 13/10/2014
Age : 34

MessageSujet: Re: Une renaissance   Ven 20 Mar - 15:49

La jeune femme avait l'impression que l'étau dont elle s'était pourvue s'entrouvrait peu à peu ; sa parole était plus libre, elle se laissait un peu plus aller aux confidences et au jeu mi-provocant, mi-amusant, de l'intimité, et il lui était plaisant d'entendre Lexhor la soutenir et par ses mots malicieux et équivoques, l'encourager à poursuivre. Lorsqu'elle était pleinement en confiance, avec un homme qui plus est, elle savait parfaitement se démarquer des oies blanches qui fuient dès que les allusions sont trop brutales pour leurs petites oreilles prudes -c'est-à-dire très vite- ; Keltica, elle, savait entendre ce genre de choses et aimait en jouer, justement parce que cela surprenait les hommes qui lui en parlaient. Ce n'était pas parce qu'elle en parlait qu'elle était une catin de bas étage, loin de là, les hommes qu'elle avait charnellement connus se comptaient sur les doigts d'une main, et étaient presque toujours passés par la case "mariage" avant tout acte. Mais depuis bien des mois, elle s'était volontairement privé du charme de ces conversations malicieuses, brisée par le souvenir d'un menteur ; or, là, elle était bien, joueuse, légèrement provocante, comme pour tester à nouveau ses "pouvoirs" de séduction par la parole. Lexhor ne la jugerait jamais mal, elle le savait au plus profond d'elle, sinon, il aurait déjà cessé le jeu ; et ils n'étaient que tous les deux, elle se savait hors d'atteinte de tout jugement de quiconque.

Décidément, vous êtes bien trop doué, à chaque fois je tombe dans le panneau, la fausse affirmation que je corrige et qui finalement est le but de votre manoeuvre, tout savoir sans avoir jamais l'air de demander !!

Elle eut un léger rire, tout en conservant ses yeux rivés aux siens, alors qu'il poursuivait ; ses mots résonnèrent comme une forme d'invitation à ses oreilles et son esprit, tout en étant dit de manière informelle. Keltica comprit que les mots étaient justement choisis dans cette optique, dire tant de choses avec presque rien. Heureusement, son sens de la répartie rebondit très vite sur l'allusion, et la jeune femme, masquant son trouble naissant dans un sourire malicieux, reprit à mi-voix.

Ainsi donc, vous ne fermez pas la porte... Et bien je vous avoue que moi non plus, tout simplement parce que je ne détiens pas les clés de votre domaine... Oh je ne les demande pas, certes, je ne me permettrais pas !

Un partout ; sous le même air de rien, l'information cruciale était donnée. Pourtant, Keltica, cette fois, ressentait un trouble plus vif ; était-ce le regard profond de Lexhor dans ses yeux au moment où il lui avait dit cela qui l'avait autant marquée ? Lorsqu'elle s'écarta, après un sourire, alors qu'il allait s'entretenir avec les garçons de ferme, elle ferma les yeux, cherchant à apaiser le battement un peu plus langoureux de son coeur, et fut aussitôt assaillie de questions internes. De petits papillons semblaient voleter dans son ventre, comme un désir trop longtemps réfréné, mais c'était très discret ; elle ne voulait pas se leurrer, mal interpréter les actes et confidences de Lexhor, son esprit faisait tout pour la refroidir. Sous les yeux de son ami, elle se sentait jolie, presque désirable, même si, évidemment, il n'avait à aucun moment porté la main sur elle ou dit quelque chose qui le confirmait sans équivoque. Et malgré elle, son esprit lui rappelait les mots de l'autre crétin, qui l'avait charmée pour une nuit, jouant d'elle et de ses sentiments. Lex, lui, ne lui demandait rien, et elle prenait ses jeux et ses mots pour ce qu'ils étaient, de l'aide, du soutien, pour lui montrer ce qu'elle était, même si elle n'y croyait plus vraiment.

Un peu nerveuse, elle passa ses doigts sur sa bouche, tout en mordillant sa lèvre inférieure, signe évident de trouble chez elle ; elle avait envie de jouer, elle avait soif de ce sentiment de désir, même s'il restait insatisfait, elle avait envie de se prouver qu'elle pouvait encore ressentir ces choses, que tout n'était pas brisé en elle, et qu'un jour, peut-être, un homme mériterait vraiment ce désir et ses envies. Elle chassa donc ses mauvaises pensées, pour n'en garder qu'une en tête, qu'elle se murmura à mi-voix :


Profite d'être vivante...

Son cry prenait tout son sens ; elle était vivante, maintenant, même blessée, son coeur battait toujours. Des regrets, elle en avait déjà trop pour son jeune âge, et il était temps pour elle qu'elle profite un peu. Au diable les jugements, les apparences ! Lexhor ne voulait que son bien, elle en était convaincue au-delà du raisonnable, et elle voulait y croire. Il lui offrait une liberté de parole sans pareille, elle n'allait pas la refuser, tout en allant à son rythme pour se libérer. Au même instant, il revenait à elle et sans remord, elle lui fit face, juste à temps pour voir les chevaux entraînés par les gens du domaine alors que son ami lui offrait son bras.

Et bien, parfait, profitons du beau temps pour marcher oui, ce n'est pas plus mal ! Par contre, si j'ai mal aux pieds pour le retour, vous devrez me porter, tant pis pour vous, c'est vous qui l'aurez choisi !

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Lexhor
Phoenix d'Alluyes
Phoenix d'Alluyes
avatar

Messages : 5074
Date d'inscription : 19/10/2009
Age : 32
Localisation : Orléans - Paris

Pour améliorer le rp
écus:
0/0  (0/0)
RP: Pas commencé

MessageSujet: Re: Une renaissance   Mar 24 Mar - 21:02

Dites, si vous voulez que je vous tripote il suffit de le demander ! Inutile de trouver une excuse...

S'il avait un tant soit peu réfléchit avant de laisser fuser naturellement sa remarque il se serait sûrement exprimé autrement. Mais la répartie était venue toute seule sans qu'il n'eut le temps de filtrer sa pensée. Un peu trop à l'aise le Prince mais complètement lui-même, manquant parfois cruellement de finesse. Il éclata de rire dès qu'il acheva sa phrase, se rendant compte de ce qu'il venait de dire, un peu honteux tout de même.

Lorsqu'elle attrapa son bras ils commencèrent à marcher tranquillement vers un endroit particulier qui convenait bien à ce que préparait le Prince. La direction prise les rapprochaient du château bien que ne les y conduisant pas. La nature commençait à reprendre vie au sortir de l'hiver et fut l'objet de discussions à plusieurs reprises. Lexhor menait la cadence d'un pas relativement lent afin de laisser le temps à ses gens de préparer ce à quoi il avait pensé tout au long de leur promenade. Il prenait soin de ne rien laisser paraître de la surprise improvisée qu'il avait prévue et dont il espérait qu'elle plairait à son amie. Après une bonne demi-heure ils arrivèrent à destination. Un petit clos près de la rivière abrité de quelques grands arbres au sein duquel se trouvait une petite cabane en bois qu'utilisaient de temps à autre les gens du château pour pêcher un peu de poisson notamment. Ses usages étaient divers et son aménagement spartiate. Une partie était réservé à tout un bric à brac et l'autre était aménagée en coin de repos. Une paillasse y était improvisée, faite de paille et de pièces de lin.

Non loin de la cabane avaient été déposées peaux d'animaux et couvertures, ainsi que plusieurs paniers contenant boissons et nourritures propices à un pique-nique improvisé. Le Prince emmena donc la jeune femme en direction de ce qui serait leur dîner, content de voir qu'ils n'arrivaient pas trop tôt.


C'est pas tout mais il commence à faire faim. Ho, mais que vois-je ! Un pique-nique ! Quelle chance !

Jean-Lexhor Poquelin était né. Un grand avenir dans la comédie semblait s'ouvrir devant lui après cette prestation hautement théâtrale. Il maîtrisait parfaitement l'expression de la surprise. C'était peut-être un chouilla surjoué...mais sûrement voulu !

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Keltica

avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 13/10/2014
Age : 34

MessageSujet: Re: Une renaissance   Sam 28 Mar - 23:22

Ploooofffff... Comme un gros soufflé bien appétissant qui s'effondrait au moment où la cuisinière l’apportait sur la table, Keltica ressentit une brusque chute de sensualité aux mots de Lexhor et se figea. Son tendre sourire s'envola de ses lèvres et elle regarda son ami, les yeux un peu écarquillés, comme pour être sûre qu'elle avait bien entendu. La façon de parler, certes un peu triviale, n'était pas choquante en soi, mais elle ne s'y attendait tout simplement pas. Le ton qui avait été jusque là badin s'était mué en quelque chose de plus direct et moins... délicat. En regardant son ami, elle vit sa gêne, malgré son rire, et comprit que les mots avaient dépassé sa pensée, et qu'il ne pensait pas à mal. Il était juste lui-même au final, et se dévoilait un peu tel qu'il était...

Le rire du Prince la fit sourire, mais la jeune femme abandonna sur l'instant toute humeur taquine ; il valait mieux laisser cela là et peut-être, y revenir plus tard, si et seulement si cela s'y prêtait à nouveau. Sa main fine sur le bras de son ami, Keltica lui emboîta le pas, et n'hésitait pas à lui poser des questions sur ce qu'elle voyait, sur ce qui les entourait ; elle prenait mentalement des idées pour aménager un peu les alentours de ses terres, quand elle y retournerait, si elle y retournait un jour. La marche était lente et se prêtait à ces conversations simples, le soleil plus haut réchauffait les épaules de la blonde, couverte de sa cape qui battait ses mollets à chaque pas. Au détour de leur cheminement, elle se rendit compte que Lex l'avait entraînée vers une petite cabane de bois, dans une sorte de tout petit pré carré, près de beaux arbres élancés. Un instant, Keltica put imaginer des gens pêcher à l'ombre de ces arbres, les pieds plongés dans l'eau ; devant la cabane, elle "vit" un feu, des braises chaudes pour cuire le poisson fraîchement sorti de l'onde, des enfants qui jouaient, des chants, des danses improvisées...


C'est mignon, cet endroit !!!

C'était spontané, la simplicité de Keltica refaisait surface ; cette petite cabane, elle la trouvait charmante, quand d'autres l'auraient dénigrée et méprisée. La preuve, n'imaginait-elle pas de suite une partie de pêche amusante ? Mais Lexhor l'emmenait un peu à côté, et c'est là qu'elle vit les paniers, les couvertures, même des peaux d'animaux, posés à l'ombre des arbres et prêts à être disposés pour un pique-nique en tête-à-tête. Aux mots de son ami, elle ne put s'empêcher de pouffer de rire et embraya de suite.

Oh là là quelle chance en effet !!! Tout cela tombé du ciel pile au moment où la faim commence à nous prendre ! Tout semble prêt, on dirait, c'est merveilleux !!! Seraient-ce des petits lutins de la forêt qui nous offrent cela ?


Evidemment, elle n'était pas dupe une minute ; elle était profondément touchée que Lex ait secrètement préparé cette jolie surprise rien que pour elle, mais elle ne souhaitait pas l'embarrasser avec mille remerciements, du moins pas pour l'instant. Ses yeux étaient doux et pétillants et témoignaient de sa reconnaissance, elle était curieuse de savoir ce qu'il avait prévu pour ce pique-nique...

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Lexhor
Phoenix d'Alluyes
Phoenix d'Alluyes
avatar

Messages : 5074
Date d'inscription : 19/10/2009
Age : 32
Localisation : Orléans - Paris

Pour améliorer le rp
écus:
0/0  (0/0)
RP: Pas commencé

MessageSujet: Re: Une renaissance   Ven 3 Avr - 19:46

Ha les jeunes femmes et leur côté fleur bleue, romantique. Lexhor avait beau fonctionner à moitié comme une femme il n'en restait pas moins un homme. Et un homme qui avait un certain vécu le rendant parfois enclin à s'affranchir de certaines subtilités. On appréciait ou non mais la chose avait pour avantage de lui permettre de jauger les personnes à qui il avait à faire. La réaction de Keltica le renseigna un peu plus sur elle. L'expression déconfite de son visage lui procura une soudaine envie de rire qu'il retint tant bien que mal, mais sans parvenir à réprimer un sourire amusé. Ses mots n'avaient pas dépassé sa pensée mais il n'avait simplement pas prit le temps de les choisir. Sachant désormais à quoi s'en tenir, il pèserait sans doute chaque mot avant de s'exprimer, à moins d'avoir envie de revoir cette moue si parlante sur le visage de la blonde. C'est ce à quoi il tâcha de se tenir, le temps du trajet jusqu'à leur arrivée sur les lieux de leur dîner improvisé.

C'est charmant oui. Et encore plus à la belle saison. J'aime beaucoup ce coin. Il se prête parfaitement à ce genre de circonstances.

Il déplia  quelques couvertures qu'il étala ensuite avant d'y prendre place en incitant Keltica à en faire de même. Puis il entreprit de vider les paniers afin d'en découvrir le contenu qu'il ignorait. Pain, charcuteries, volailles rôties et fromages, ainsi que fruits frais et secs. Du vin accompagnerait ce repas simple

Je ne sais pas si ce sont des lutins mais nous n'allons pas laissé perdre tout cela.Servez-vous, cette longue ballade vous a sûrement creusé l'appétit à vous aussi.

Pendant qu'il la laissait se pencher sur toutes les victuailles qui étaient désormais à leur disposition il entreprit de servir deux hanaps de vin et en posa un, destiné à Keltica, non loin d'elle.

Et voilà pour vous. De quoi vous désaltérer. Et vous réchauffer aussi, après quelques minutes.

Il avala une petite gorgée avant de poser sa main libre au sol pour s'appuyer dessus. Regardant autour de lui, souriant légèrement, il resta silencieux et rêveur, pas mécontent de pouvoir s'asseoir un peu et se reposer au calme dans un cadre plaisant.

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Keltica

avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 13/10/2014
Age : 34

MessageSujet: Re: Une renaissance   Lun 6 Avr - 22:27

Les émeraudes de Keltica balayaient le site ; c'était calme, apaisant, et Lexhor avait eu une très bonne idée que ce pique-nique plus ou moins improvisé. Elle se doutait qu'il avait organisé un minimum, mais il y avait une note de nonchalance, de liberté, qu'elle appréciait particulièrement, car totalement conforme avec ce qu'elle avait mis en place au château, ce à quoi elle tenait. Lexhor avait préparé un petit coin pour s'installer et la jeune femme le rejoignit, s'asseyant sur les couvertures au sol sans plus de cérémonie ; elle le laissa tout déballer, et sourit avec malice alors qu'elle sentait les prémisses d'un tout petit gargouillis.

En effet, je crois que je commence à avoir faim, je ne pensais pas me promener si longuement et je suis partie ce matin sans déjeuner. Mais ce changement de programme me ravit tout à fait, je vous le promet, vous n'auriez pu me faire davantage plaisir que ce pique-nique ici, sous ce beau soleil, avec tant de bonnes choses à déguster, je suis comblée, vraiment !

A son invitation, la jolie blonde regarda les différents plats à sa disposition et après quelques hésitations, choisit une belle tranche de jambon et un beau morceau de pain moëlleux, à la mie parfumée. Posant le tout en équilibre sur son genou, Keltica inclina la tête vers Lexhor pour le remercier de l'avoir servie en vin, et porta le hanap à ses lèvres pour en déguster une gorgée.

Je reconnais cette saveur, mon ami, bien que je n'ai toujours pas progressé dans l'oenologie ! Un bon Lugny...

Elle eut un rire, et après avoir reposé le hanap, sans plus de manière, s'appuya sur un coude ; le vin était bon, le jambon parfaitement préparé, la compagnie agréable, le soleil présent, que demander de plus ? Pas un nuage n'ombrageait le beau ciel bleu, au sens propre comme au figuré, et après quelques minutes de dégustation silencieuse, elle regarda son ami.


Et vous, vous ne mangez pas ? Ne me laissez pas manger seule, sinon, ma gourmandise va faire un malheur, et je ne pourrais plus entrer dans mes robes !! Surtout que tout me semble si appétissant... Allez, dites-moi ce qui vous ferait plaisir, que je vous serve un peu !

Au moins, la jeune femme, depuis son arrivée à Yèvre, avait retrouvé de l'appétit ; elle n'avait jamais été une grosse mangeuse, mais elle parvenait davantage à grignoter chaque jour, et s'était effectivement un peu remplumée, sans attenter au charme de ses formes, évidemment ! Déposant à côté de son hanap son morceau de pain, elle se redressa, sourire aux lèvres, les yeux rivés à Lexhor.

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Lexhor
Phoenix d'Alluyes
Phoenix d'Alluyes
avatar

Messages : 5074
Date d'inscription : 19/10/2009
Age : 32
Localisation : Orléans - Paris

Pour améliorer le rp
écus:
0/0  (0/0)
RP: Pas commencé

MessageSujet: Re: Une renaissance   Lun 13 Avr - 23:59

L'avantage du pique-nique c'est que bien vite les provisions furent déballées, identifiées et étalées sur les couvertures et peaux étendues sur l'herbe. Tout était prêt et il n'avaient plus qu'à combler leur faim et étancher leur soif. C'est d'ailleurs parce cela que commença le Prince, avalant quelques gorgées de vin tandis que Keltica se préparait une tartine. Son regard se porta devant lui, vers la rivière, qu'il observa quelques instants, profitant du calme qui régnait autour d'eux. Le silence n'était brisé que par le bruissement du vent dans les feuilles, du clapotis de l'eau sur des pierres et du chant d'oiseaux s'ébattant dans les arbres. La nature commençait à se réveiller au sortir de l'hiver et se préparait au retour des beaux jours avec l'avènement proche du printemps. Au loin, il apercevait de gros nuages gris comme l'on pouvait parfois en voir à cette saison.

Reportant son attention sur Keltica, il hocha la tête en souriant, acquiesçant ainsi à ses propos.


Il faut toujours se tenir prêt à l'imprévisible. Heureusement que je suis là pour y penser...

Il leva son verre avant de boire une bonne gorgée et inspecta ensuite rapidement tout ce qui se trouvait à leur disposition, passant sa main sur son bouc pour le lisser.

Je vais prendre tout comme vous, ça devrait être bon. Je vous fais entièrement confiance. Et au besoin vous ferez ajuster vos robes, tout simplement !

Il y avait toujours une solution à tout, ou presque. A son tour il s'appuya sur le côté, s'allongeant presque, s'étirant un peu, tout en la regardant faire.

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Keltica

avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 13/10/2014
Age : 34

MessageSujet: Re: Une renaissance   Jeu 16 Avr - 21:56

En fait, vous me dites que vous parvenez... à prévoir l'imprévisible ? Serait-ce de la sorcellerie, votre Altesse ? Prenez garde que je n'aille alerter votre cas auprès de l'Inquisition Romaine !! Quoique... vous côtoyant fréquemment, je serai certainement inquiétée et torturée pour me faire avouer que je suis des vôtres !! Promis, je me tairais ! Je suis trop sensible pour supporter la question !!

Rieuse, Keltica posa son doigt sur ses lèvres, mutine, en signe de promesse de silence, tandis que le Prince cherchait manifestement que choisir pour son déjeuner, pensif. En attendant sa décision, la jeune femme embrassa à nouveau du regard le paysage, et remarqua que le temps fraîchissait légèrement, mais ne voulut pas s'y attarder, sans doute n'était-ce rien d'important, s'il fallait lever le camp, le Prince saurait mieux qu'elle en juger. D'ailleurs, sa réflexion fut interrompue par les mots de son ami qui venait de se décider.

Oh pour faire ajuster mes robes, ce ne sera pas un souci, mais que porterai-je en attendant ? Et puis, comment voulez-vous que je séduise à nouveau si je deviens toute grosse avec des taaaas de livres en trop ? Non, non, ce ne serait pas sérieux, voyons ! Après, je n'oserai même plus quitter votre château, et vous devrez me supporter, ce qui ne serait pas de tout repos, ni pour vous, ni pour votre budget, car il faudra continuer de me nourrir !


Elle éclata de rire à cette idée, impatiente de voir la tête que ferait Lexhor à cette perspective. Alors qu'elle tendait la main vers le nécessaire pour préparer le menu, elle remarqua que Lexhor ne la quittait pas des yeux ; un peu surprise, elle poursuivit sa préparation tout en reprenant la conversation, un peu taquine.

Est-ce le fait de parler de sorcellerie tout à l'heure qui vous fait craindre que je vous empoisonne avec votre tartine ? Vous ne me quittez pas des yeux, peut-être n'avez-vous pas si confiance que cela, héhéhé... Tenez, voici pour vous, mangez de bon coeur, je n'ai rien rajouté que ce que vous avez demandé !! Et bon appétit à vous !

Reposant son couteau près du pain, elle tendit la tartine à Lexhor, souriante, puis reprit la sienne, qu'elle croqua avec appétit, à nouveau appuyée sur son coude pour regarder son ami, de l'autre côté du panier.

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Lexhor
Phoenix d'Alluyes
Phoenix d'Alluyes
avatar

Messages : 5074
Date d'inscription : 19/10/2009
Age : 32
Localisation : Orléans - Paris

Pour améliorer le rp
écus:
0/0  (0/0)
RP: Pas commencé

MessageSujet: Re: Une renaissance   Jeu 23 Avr - 23:58

Dubitatif, le Prince haussa un peu les sourcils, tentant de comprendre là où elle voulait en venir. Il hocha finalement la tête et sourit légèrement.

Ho mais je n'ai rien dit de tel. J'ai simplement dit qu'il fallait savoir anticiper et être prêt à parer à toute éventualité. Comme manger avant une ballade susceptible de s'allonger un peu, par exemple !

Son sourire s'étira un peu avant qu'il ne lâche un petit rire. Il hocha de nouveau la tête en l'écoutant parler de sa ligne, songeant que la notion de "grosseur" était toute relative. Lui n'aimait pas les femmes trop mince, ça n'était d'ailleurs pas dans l'air du temps, mais préférait les femmes pulpeuses, généralement. Ses yeux se plissèrent naturellement avant qu'il ne poursuive.

La belle saison approche, vous pourriez donc vivre nue. Et puis si vous avez des livres en trop, vous pourriez les lire au coin du feu avant que les nuits ne soient moins fraîches. Et si vous devenez si insupportable, je n'aurais qu'à quitter le château, tout simplement. Non non, ne vous posez pas trop de question, il n'y pas de problèmes, uniquement des solutions !

Cette fois ce fut lui qui se mit plus amplement à rire, impatient de voir si elle serait réceptive à son humour un peu décalé et bien différent du sien. Il se saisit du pain et du jambon qu'elle venait de lui préparer avec soin, la regardant avec un air un peu étonné.

Nous discutons pendant que vous vous affairez et j'ai pour habitude de regarder les gens avec qui je converse, surtout lorsqu'il s'agit de jolies femmes. Mais si vous préférez, je détournerai le regard le reste de la journée, bien que ce ne soit pas pratique !

La voilà qui se plaindrait presque d'être regardée ! Lui jetant un dernier regard avant de tourner la tête, il croqua une bouchée avec plaisir.

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Keltica

avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 13/10/2014
Age : 34

MessageSujet: Re: Une renaissance   Dim 26 Avr - 23:08

A demi-allongée sur son coin de couverture, Keltica écoutait le Prince tout en mâchonnant sa tartine ; elle pouffa de rire lorsqu'il lui parla de vivre nue, mais le laissa poursuivre sa phrase, pour ne pas lui couper la parole, et répondit alors en souriant.

Vivre nue, voilà une vraie liberté ! Le vent pour seuls vêtements, ou l'eau de pluie selon le temps... Mais sans vouloir jouer les coquettes, je crains qu'alors vous perdiez le commandement de vos gardes, si je me mettais ainsi à les aguicher ! Je ne doute pas qu'il y ait des filles de joie dans les environs mais admettez que ce n'est pas la même classe, non ?

Posant sa tartine, la jeune femme s'accouda en une pose gracieuse et délicieusement lascive, puis changea de posture avec une petite moue sur les lèvres ; rien n'était vulgaire dans son mouvement, Keltica était juste une jeune femme qui avait une belle sensualité qu'elle ignorait elle-même, mais qu'elle dessinait innocemment à cet instant. D'ailleurs, en s'accoudant de nouveau, le col de sa chemise s'entrouvrit et glissa légèrement sur son épaule, dévoilant une douce rondeur à la peau blanche, mais Keltica n'y prit pas garde. Elle n'y voyait absolument aucun mal, et puis ça convenait au petit jeu.


Vous avez raison, au diable les livres en trop ! La vie est trop courte pour perdre du temps à vouloir rester fine comme une aiguille, et de toute façon je suis trop gourmande pour cela. Et puis... je me plais ainsi, tant pis pour ceux qui ne sont pas contents. Rappelez-vous, n'étais-je pas charmante au bal du Louvre, dans ma si belle robe ?


Son sourire se fit plus doux à ce souvenir ; c'était là qu'ils s'étaient rencontrés, et elle portait effectivement une belle tenue, parfaitement seyante, qui offrait un point de vue ravissant sur son décolleté. Il fallait bien mettre en valeur les grâces que les dieux avaient daigné lui accorder quand même !!

Aux derniers mots de Lexhor, lorsqu'il détourna les yeux, la jeune femme fit une nouvelle moue, plus désappointée, navrée de s'être mal fait comprendre.

Ah mais non, je n'ai pas dit cela voyons ! Bien évidemment que j'espère votre regard, mon ami ! Et d'ailleurs, très charmante manière de placer un compliment sur ma personne... Allons, allons, ne gardez pas votre visage tourné !!


Malicieuse, elle tendit le bras, juste assez pour oser toucher le menton du Prince et, du bout des doigts, imprima une délicate tension pour qu'il revienne poser les yeux sur elle.


Cela fait trop longtemps que je n'ai pas eu la compagnie d'un homme si agréable, alors ne me privez pas de vos yeux !!

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Lexhor
Phoenix d'Alluyes
Phoenix d'Alluyes
avatar

Messages : 5074
Date d'inscription : 19/10/2009
Age : 32
Localisation : Orléans - Paris

Pour améliorer le rp
écus:
0/0  (0/0)
RP: Pas commencé

MessageSujet: Re: Une renaissance   Jeu 14 Mai - 19:05

Imitant sa camarade de promenade et désormais convive de dîner, le Prince croquait avec appétit dans la tartine qui lui avait été préparée avec application. L'air frais de la fin de l'hiver et la balade qu'ils venaient de faire lui avaient donné faim et il était bien content de faire cette pause bienvenue. Il hocha largement la tête pour acquiescer à ses propos alors qu'elle venait avec douceur de lui faire tourner la tête de nouveau en sa direction.

Mes gardes sont très disciplinés. Malgré les tentations ils savent devoir se tenir et les risques qu'ils encourent en cas de non respect des règles. Alors ne vous privez pas. Mes domaines sont ceux de la liberté et s'il vous plaît d'y vivre nue, faites-le !

Une bonne gorgée de vin aida le pain et le jambon à faire leur chemin jusqu'à son estomac avant qu'il ne pose les yeux avec plus d'attention sur Keltica, un sourire amusé aux lèvres en la voyant prendre une position qui ne pouvait qu'aiguiser les sens de l'homme qu'elle avait en face d'elle. Et plus encore lorsqu'elle laissa involontairement apparaître un peu plus qu'il n'aurait pensé en voir.

Vous étiez très charmante en effet, lors de ce bal, malgré la déception de ne pas avoir dansé avec le Roi avant de l'avoir fait avec son Dauphin.

Il acheva son hanap de vin avant de le remplir à nouveau et d'en faire autant avec celui de la jeune femme, tout en lui jetant un regard en coin afin de profiter une fois encore de cette rondeur qui semblait vouloir s'échapper. Et puis savait-on jamais si l'autre côté n'avait pas décidé de choir également.

Les femmes fines comme des aiguilles sont loin d'être les plus séduisantes vous savez. Et il faut en effet savoir profiter des plaisirs de la vie. Après tout s'ils existent ce n'est pas pour rien.

Et en parlant de plaisirs, il bu une nouvelle gorgée de vin afin de terminer sa tartine.

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Keltica

avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 13/10/2014
Age : 34

MessageSujet: Re: Une renaissance   Mar 19 Mai - 16:12

Croquant dans sa tartine avec appétit, Keltica venait de l'achever ; d'un geste nonchalant, elle repoussa les miettes de pain qui ornaient sa chemise, les laissant pour les oiseaux qui profiteraient de leur prochain départ pour faire un petit festin avec les restes. Accoudée, elle regardait et écoutait Lexhor, attentive à ses mots, un léger sourire sur les lèvres.

Pour le bal, vous vous trompez bien ; je n'ai nullement été déçue que vous m'ayez invitée avant le Roy. L'honneur de danser avec le Dauphin de France ne peut réellement valoir de déception, à mon sens. Qui plus est, lorsque le Roy m'a alors invitée, il m'a littéralement plantée au milieu de la salle de bal, alors que la musique jouait et que les autres couples dansaient, me mettant dans une position humiliante aux yeux de tous. Je n'ai jamais oublié le mépris ostensible dont il a fait preuve, pensif, alors que j'attendais de danser, ce pour quoi on était toutes là ; il a choisi sa reine alors qu'elle ne faisait pas partie des prétendantes, changeant les règles à sa guise au milieu du jeu ; ce n'est pas un comportement que je peux admettre. Donc je n'ai aucun regret d'avoir dansé avec vous en premier, car cela a sauvé toute ma soirée à ce bal, et a ouvert la porte à la belle relation que nous avons à présent vous et moi. Dans ce bal, j'ai gagné un merveilleux ami, alors vous comprendrez que je n'en tire aucune déception !

Sa main prit le hanap de vin que le Prince venait de remplir à nouveau ; oh bien sûr elle n'allait pas se soûler, certainement pas, ni se rendre malade, mais elle apprenait à trouver plaisir dans la saveur de ce vin que ses terres produisaient, afin d'en être fière et de le promouvoir à son juste niveau, bien que les fils la rattachant à sa Bourgogne se défaisaient les uns après les autres. Il lui restait cela, et elle le protègerait. Une petite gorgée, et Keltica reposait le hanap, l'envie de parler lui déliait la langue.

Vous savez Lexhor... je ne suis pas habituée à me comporter librement ; vous avez dû le voir, d'ailleurs, je crains l'image que je renvoie, je crains les jugements que l'on peut m'attribuer sans raison. Je ne crois que peu aux compliments, car je ne m'estime pas à leur hauteur, même si je crois en la sincérité des personnes. Et vous, à l'instant, vous me dites de vivre ici en toute liberté, de me comporter comme je le voulais, de profiter des plaisirs de la vie... Tout ce que je m'interdis... Tout ce qui m'attire aussi...

Avec un léger soupir, elle détourna le regard, portant ses yeux vers les gros nuages gris qui s'étaient rapprochés sous l'effet du léger vent, mais c'était comme si elle ne les voyait pas. Elle se redressa et s'assit, les jambes un peu repliées pour se maintenir assise ; le vent faisait onduler quelques mèches rebelles de sa crinière, caressant sa joue par instants, son épaule était toujours légèrement dévoilée, et son visage avait une belle douceur mélancolique tandis qu'elle poursuivait, sans regarder son ami, comme s'il était plus facile de se confier sans le voir.


Comment dire, en fait ; j'aime la femme que je suis, j'ai des convictions, des valeurs plus qu'honorables sur le plan moral, je ne suis pas une abrutie au niveau intellectuel, et je me trouve plutôt jolie... Mais je manque affreusement de confiance en moi, et je n'arrive pas à passer le cap qui me permettrait de me dire "tu es ce que tu es alors oublie les autres et sois ce qu'il te plaît"... En un sens, je sais ce que je vaux, mais je me mets toujours en-dessous des autres... Dans tous les domaines. Et pourtant, au fond de moi, je sais que je ne suis pas plus nulle que les autres, et c'est simplement ce qu'ils veulent me faire croire pour garder leur emprise... Ce qu'on retient de moi, de ce que je sais, c'est ma froideur, ma distance et mon caractère enflammé dans les débats. Sauf... que ce n'est pas tout moi... Je ne suis pas que cela... Je suis... qu'est-ce que je suis d'ailleurs....

Un nouveau soupir franchit ses lèvres tandis qu'elle posait son menton sur ses bras, eux-même posés sur ses genoux remontés contre sa poitrine ; une impression de fragilité se dégageait de la jeune femme, elle baissait totalement les armes à cet instant, pelotonnée sur elle-même comme un dernier instinct de protection, malgré son envie de s'épanouir.

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Lexhor
Phoenix d'Alluyes
Phoenix d'Alluyes
avatar

Messages : 5074
Date d'inscription : 19/10/2009
Age : 32
Localisation : Orléans - Paris

Pour améliorer le rp
écus:
0/0  (0/0)
RP: Pas commencé

MessageSujet: Re: Une renaissance   Dim 28 Juin - 20:01

Tout en lissant son bouc il écoutait attentivement Keltica revenir sur ce bal et les souvenirs lui revinrent en mémoire. Il se souvenait bien que tout ne s'était pas déroulé comme prévu et comme la plupart des gens, surtout les prétendantes, l'avaient imaginé. Le Roi Jean avait finalement revu ses plans, avec sans doute beaucoup de maladresse et faisant la déception de nombreuses jeunes femmes. Et il se souvenait aussi de l'épisode avec Keltica. La journée du roy avait été longue et éprouvante et il n'avait pas pu tenir le rythme jusqu'à la fin. Le Prince ne pouvait que comprendre la réaction de la Vicomtesse qui avait vécu directement la fatigue royale et avait été déçu et désolé pour elle. Il opina du chef.

Le déroulement du bal et sont issues n'ont pas été tels que l'on aurait pensé, c'est vrai. Alors si au moins j'ai pu un peu sauvé votre soirée, j'en suis heureux. Jean était un homme bien, malgré l'image qu'il a pu vous laisser. Mais il n'était pas parfait et il est vrai que lors du bal, et plus encore ensuite, dans son choix, il a été maladroit. L'homme s'est très souvent effacé devant le Roi et il a fait beaucoup de choix au regard de sont statut, de son rang. Et ce ne fut forcément pas sans conséquences. Mais voyez, il a tout de même fait quelque chose de bien. C'est lui qui m'a demandé d'inviter à danser des prétendantes afin d'éviter qu'elles ne s'ennuient. Ensuite, le choix fut le mien.

Lui aussi porta la coupe à ses lèvres afin d'en boire une bonne gorgée et de reprendre un peu sa respiration, tout en écoutant à nouveau son invitée parler. Ses yeux se plissèrent un peu alors qu'il se concentrait sur ses propos. Il avait pu se rendre compte, au moins un peu, des craintes qu'elle mentionnait et sourit légèrement. Il comprenait bien, pour être passé par là durant une période de sa vie. Mais il était bien plus vieux qu'elle et il ne nourrissait désormais plus les mêmes peurs.

Vos craintes sont légitimes au regard de votre âge. Il vous faut faire votre propre expérience et vous verrez que vos peurs s'estomperont avec le temps. Je suis passé par les mêmes interrogations que vous et désormais je m'en affranchis complètement. Mais cela ne peut se faire en un claquement de doigts. Néanmoins, évitez de tout vous interdire, surtout lorsque vous êtes en sécurité.

Machinalement et par mimétisme, il observa lui aussi le ciel et fronça de nouveau les sourcils, songeant que le temps était incertain et qu'il semblait rapidement changer. La pluie semblait guetter, mais un petit coup d’œil en direction de la cabane le rassura. Ils pourraient y trouver refuge au besoin.

Savez-vous que vous êtes bien compliquée, Keltica ? Vous êtes une femme en somme. Léger rire. Vous êtes paradoxale quoi qu'il en soit. Vous avez une assez haute opinion de vous et pourtant aucune confiance en vos capacités. Vous savez avoir du caractère mais pensez que les gens tentent de vous avoir sous leur emprise. Je n'ai pas véritablement de conseils à vous donner, si ce n'est de toujours suivre votre instinct. Il ne vous fera pas toujours opter pour le meilleur choix mais vous vous torturerez pas tant et vous aurez la satisfaction de vous êtes écouté. Ce qui est toujours une source de sérénité.

Et comme pour joindre le geste à la parole il se rapprocha un peu d'elle, passant un bras autour d'elle avant de caresser du revers de sa main libre son épaule dénudée, glissant plus bas jusqu'à être arrêté par le tissus. Un léger sourire mutin s'ajouta à son audace et à son impulsivité.

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Keltica

avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 13/10/2014
Age : 34

MessageSujet: Re: Une renaissance   Mar 30 Juin - 16:46

La voix grave de Lexhor était apaisante, et il savait dire les mots qu’il fallait ; la blonde comprenait qu’il n’avait pas toujours été d’accord avec le Roi, mais il avait trouvé ce qu’il fallait pour amoindrir les erreurs ou les maladresses, arguant du poids d’une couronne royale, sur la tête d’un homme bon, mais soumis et dévoué à la raison d’Etat.

Je comprends… Comme tout Roy, feu Jean a fait ce qu’il a pu pour le bien de son Royaume, je crois… Je ne lui en veux pas vraiment, c’est simplement, comme vous dites, qu’il a été maladroit. Et puis… comment en vouloir à une personne qui n’est plus ? Mon destin n’était tout simplement pas d’être sa Reyne, je l’ai bien compris.

Voyez-vous… Je crois au Destin, dans le sens où rien n’arrive par hasard. Le Destin a peut-être voulu que je sois à ce bal non pour rencontrer le Roi et danser avec lui, mais pour connaître et apprécier son Dauphin. C’est ainsi. Parfois on pense à une chose, on ne l’obtient pas, on est déçu, puis plus tard, on comprend que l’on n’a nullement perdu au change ; une fois la prime déception passée, on regarde autour de soi et on se rend compte de ce qui reste, et ce à quoi on ne s’attendait pas et qui est mieux que ce que l’on n’a pas eu.


Son regard glissa vers le Prince, assis à quelque distance ; il y a quelques mois, si on lui avait dit que le Dauphin de France l’accueillerait dans un de ses domaines et partagerait un pique-nique plein de confidences, elle ne l’aurait pas cru. Et pourtant, la blonde était bien là, par la magie du Destin.

Il est difficile d’imaginer qu’un homme comme vous puisse douter de lui-même ; je veux dire… Vous êtes l’un des personnages les plus influents du Royaume, votre parole est écoutée, vous êtes respectable et respecté, et j’ai du mal à vous imaginer passant par mes interrogations. Mais cela me donne de l’espoir ; si vous étiez comme moi et que vous avez réussi à vous affranchir de vos craintes, je dois pouvoir y arriver aussi, un jour… Quand j’arrêterai de tout m’interdire…

Lorsqu’il parla d’elle et qu’il eu ce petit rire agréable à ses oreilles, Keltica sourit de même, mais garda le visage baissé. Il avait raison, elle était un vrai paradoxe ambulant, sans cesse partagée entre ses envies et sa raison. Mais Lexhor avait dit une chose essentielle : elle devait s’écouter, elle-même, et arrêter de penser trop aux autres, à leurs avis, à leurs jugements, souvent émis sans savoir.

Une fois de plus, vous visez juste, mon ami… Est-ce qu’il vaut mieux plaire aux autres et se renier soi-même, ou assumer ses volontés, ses désirs, ses actes et ses envies ? J’opte pour la seconde solution, sans hésitation. Souvent mon instinct me parle, je l’écoute assez souvent, tout en aménageant pour être la plus raisonnable, en apparence. Mais parfois, j’ai envie de me laisser aller, d’être moi, de tout envoyer balader….

Vous dites ne pas avoir de conseils à me donner, et pourtant, sans le vouloir, c’est ce que vous faites, vous m’aidez à me comprendre, à envisager les choses différemment, tout en m’offrant votre écoute et votre sécurité en ces lieux paisibles. Une fois de plus, je vous remercie de tout ce que vous m’apportez… Et vous avez raison ; je suis incroyablement compliquée, pour une femme qui se pense toute simple !


Keltica eut à son tour un petit rire, mais alors qu’elle songeait à ce qu’elle devait changer, par petites touches, elle sursauta presque lorsque Lexhor, venant tout près d’elle, l’enlaça ; Keltica sentait sa main à sa taille, son bras dans son dos. C’était doux et tendre, et elle eut l’impression d’être un oiseau fragile qu’il souhaitait apprivoiser et remettre sur pied, pour qu’elle s’envole à nouveau, pleine d’assurance. D’ordinaire, Keltica se serait levée et aurait fui, mais pas là ; la confiance lentement tissée montrait les preuves de ses avancées. C’est alors qu’elle remarqua son épaule dénudée, lorsque le Prince y posa sa main libre pour une délicate caresse, presque un frôlement. Elle réprima un frisson et tourna le visage pour regarder le Prince, un peu incrédule, et constata que son visage était tout près du sien ; ses émeraudes se perdirent dans les yeux sombres, décelèrent le sourire mutin, et s’attardèrent une demi-seconde sur les lèvres de Lexhor, lèvres qui lui semblaient si attirantes… Keltica n’avait encore jamais fait attention à leur dessin, et pourtant, maintenant, elle ne voyait plus que cela. La blonde sentit ses pommettes rougir légèrement et pensa soudain à la conversation d’avant, le fameux lâcher prise… Lâcher prise… Suivre l’instinct...

La blonde obéit donc impulsivement à son instinct ; se haussant légèrement, elle posa avec délicatesse ses lèvres sur celles du Prince, un bref, très bref instant, avant qu’elle ne se reprenne, les joues en feu, et le regard baissé.


Je… euh… j’ai eu envie, pardonnez-moi…

Pourtant, elle n’esquissa pas le moindre geste pour échapper à son bras qui l’enlaçait ; elle resta sur place, le visage tourné de l’autre côté, le cou dévoilé, mais elle ne s’enfuit pas. Même si elle refusait encore de l’admettre, elle voulait rester là, près de Lexhor, juste elle et lui, sans rien demander d’autre…

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Lexhor
Phoenix d'Alluyes
Phoenix d'Alluyes
avatar

Messages : 5074
Date d'inscription : 19/10/2009
Age : 32
Localisation : Orléans - Paris

Pour améliorer le rp
écus:
0/0  (0/0)
RP: Pas commencé

MessageSujet: Re: Une renaissance   Lun 10 Aoû - 21:22

Même s'il ne s'était pas immiscé au sein du, ou plutôt des différends qui étaient nés du fameux bal des prétendantes, il avait eut vent des rancœurs de nombre de prétendantes envers le Roy du fait de son attitude pendant et après cet évènement mondain. C'était pourquoi il avait appuyé le Grand Chambellan de France lorsque celui-ci conseilla au Roy d'ouvrir le bal avec la régente impériale, présente en tant que représentante diplomatique plutôt qu'avec sa maîtresse de l'époque afin que les jeune femmes venue pour lui ne soient pas froissées. Hélas c'est sans doute ce qui a aidé le Roy à songer à l'épouser par la suite. Et il avait sentit et comprit que Keltica avait été déçue et blessée par Jean sans qu'il ne puisse vraiment y faire quelque chose. Aussi il était heureux d'avoir un peu apaisé la jeune femme en l'éclairant sur les raisons des choix qu'avaient fait son ami.

C'est un résumé parfait. Il a prit son rôle très à cœur, trop peut-être et il a fait fi de ses émotions, de ses envies, au profit des intérêts du Royaume et du prestige de la Couronne.
Quand au destin, vous avez sans doute raison. Si nous sommes maîtres de nos propres décisions, nous devons parfois subir les affres de la vie et y faire face. Et il faut savoir renaître lorsque l'on se brûle les ailes.


Tout en buvant quelques gorgées de vin, il ne pouvait s'empêcher de sourire en écoutant son invitée s'étonner de lui découvrir des faiblesses. Entre l'image que l'on avait de soi et celle que l'on renvoyait aux autres, il pouvait y avoir une marge importante. Sans doute les efforts qu'il déployait pour cacher certaines de ses failles n'étaient pas vains. Au fil des années il avait apprit à ne rien laisser paraître.

Tout le monde a des craintes, des doutes, des peurs. Personne n'est infaillible. Alors pourquoi dérogerais-je à la règle ? Le temps et les épreuves nous apprennent à faire avec et à dépasser nos craintes, à ne pas faire tant attention à ce que peuvent penser les autres.

Il marqua une légère pause, réfléchit quelques instants en buvant quelques gorgées. Il hocha la tête et sourit, écoutant la jeune femme tout en s'efforçant de trouver les bons mots.

Si cette petite discussion a pu vous aider, au moins un peu, à entrevoir les choses d'une autre manière, alors j'en suis heureux. Vous verrez qu'avec le temps vous saurez faire la part des choses. Vous ménagez, vous écouter, sans pour autant devenir déraisonnable.

C'est alors qu'à la faveur du rapprochement qu'il avait opéré afin de la réconforter, que l'ambiance qui régnait jusque là autour de ce pique-nique improvisé entre amis, sur air de confidences, changea du tout au tout en se chargeant d'envie et de désir. Leurs yeux se croisèrent jusqu'à ce que leurs lèvres se rencontrent durant un bref instant. Le Prince fut légèrement surpris de cette initiative, sans pour autant s'en étonner, avant que Keltica ne détourne le regard et ne s'excuse. Il sourit légèrement, resserra son étreinte et saisit l'une de ses mains.

Il n'y a rien à pardonner. J'ai connu bien moins agréable que la douceur des lèvres d'une belle jeune femme. Quand je vous disait qu'il fallait parfois suivre son instinct, en voici un parfait exemple.

Toujours souriant, il délaissa sa main afin de poser la sienne sur la joue de la blonde et lui détourner le visage pour qu'elle le regarde à nouveau. A son tour il se pencha doucement vers elle afin de l'embrasser tendrement.

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Keltica

avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 13/10/2014
Age : 34

MessageSujet: Re: Une renaissance   Dim 16 Aoû - 23:54

Keltica n’en revenait pas de sa propre audace ; les yeux baissés, elle avait l’impression que ses joues brûlaient. Depuis des mois, elle s’évertuait à tout contrôler, ses envies, ses désirs, se brimant jusqu’à la plus grande frustration pour devenir froide et insensible, et voilà qu’en quelques heures, la proximité du Prince avait rompu son enfermement. La blonde sentait son cœur battre dans sa poitrine, redoutant la réaction de son ami ; avec toute sa mauvaise foi intérieure, elle songeait qu’après tout, elle n’avait fait que mettre en pratique ses conseils… Et puis, il l’avait enlacée en premier, et avait caressé son épaule d’abord ! Mais elle n’y croyait pas elle-même ; aiguillée par les circonstances, elle avait eu envie de l’embrasser, elle l’avait fait, il n’y avait pas à tortiller davantage.
Elle devinait un peu la surprise de Lexhor, par son silence, mais n’osait toujours pas relever les yeux vers lui ; s’il avait eu un regard moqueur, sa fragilité ne l’aurait pas supporté… Mais il n’y eu aucun rire, aucun geste marquant une moquerie ; au contraire, la belle put sentir que Lexhor resserrait sa tendre étreinte à sa taille, tout en venant cueillir délicatement sa main posée sur sa cuisse. Keltica eut un léger frémissement, se mordillant la lèvre inférieure, écoutant sans ciller les mots qu’il prononça d’une voix légèrement plus basse qu’avant, plus intime, comme pour augmenter encore un peu leur tendre rapprochement. En plus, il approuvait le fait qu’elle suive son instinct, mais lui, qu’allait-il faire ?

La réponse ne tarda pas ; Keltica ne résista pas lorsque la main du Prince se posa sur sa joue pour l’attirer à nouveau face à lui. Lentement, elle releva les yeux, et croisa alors son visage souriant, empreint de tendresse. Le cœur de la blonde battait la chamade, et cette fois-ci, ce fut Lexhor qui s’approcha pour s’emparer tout en douceur de ses lèvres. Ce n’était alors plus le petit frôlement que Keltica avait esquissé ; non, c’était un vrai baiser, celui dont on ne veut pas se détacher… Keltica poussa un léger soupir en goûtant les lèvres de Lexhor, puis, lentement, amena sa main à se poser sur le torse du prince, avant de remonter timidement vers son cou, comme pour le maintenir contre elle. Le baiser gagna un peu en force ; ce n’était pas non plus un baiser qu’on qualifierait de torride, non, il s’agissait d’un baiser tendre et un peu ardent. Quoi de plus naturel après tout entre deux personnes qui ressentaient un tant soit peu de désir envers l’autre ?

Pourtant, Keltica ne prenait pas l’initiative d’accentuer encore davantage le baiser ou l’appui de sa main dans le cou du Prince ;  elle savourait déjà le contact de leurs lèvres, qui ravivait en elle des désirs qu’elle croyait sagement éteints. Un instant, elle se demandait à quand remontait son dernier baiser, sa dernière étreinte, mais très vite, elle chassa ce souvenir de son esprit, pour ne pas briser son tendre élan avec des souvenirs douloureux. Elle ne voulait plus se poser de questions, et souhaitait simplement profiter de ce moment d’égarement sensuel quand soudain…

Un lourd grondement s’éleva sans crier gare, faisant tressaillir la jeune femme, qui se réfugia  par réflexe plus avant dans les bras de Lexhor, interrompant le baiser. L’orage s’était rapproché et déjà de lourdes gouttes de pluie s’écrasaient sur les deux amants. Le cœur palpitant autant de la surprise du tonnerre que par le désir de leur étreinte, Keltica regarda le Prince, un sourire à la fois malicieux et dépité sur le visage.


Je pense… que nous devrions nous mettre à l’abri…

Un éclair zébra le ciel, comme pour ponctuer sa remarque, avant que la pluie ne se mette tout à fait à tomber. A regrets, Keltica se remit sur pied, et se mit de suite à rassembler les restes du pique-nique, les couvertures, les peaux, afin de ne pas laisser tout cela s’abîmer, sans prêter attention à ses propres vêtements qui commençaient à prendre l'eau. La cabane non loin serait leur refuge, le temps que l'orage passe…

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une renaissance   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une renaissance
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Maison d'Amahir :: Orléanais :: Baronnie de Yèvre-le-Chastel - Lexhor :: Le château-
Sauter vers: